Vouloir commander à la nature

Ainsi, un de ces nombreux autocrates nés de la dispersion de l’U.R.S.S. pense qu’il peut par oukase maitriser la nature et mettre fin à un désordre naturel https://www.ouest-france.frLe Turkménistan ordonne l’extinction de sa « Porte de l’Enfer », cratère en feu depuis cinquante ans. Incidemment cette volonté d’extinction me fait penser à Badinguet, ce neveu d’un autre autocrate, corse celui-là qui, avant de devenir le premier président de la République Française puis le dernier empereur, publia cette opuscule parfaitement périssable « de l’extinction du paupérisme ». Il prouvait par là qu’il fut un temps utopiste, mais surtout qu’il mesurait mal ce qu’était la vraie pauvreté et les causes de celle-ci.

Mais revenons à notre « porte de l’enfer ». On pourrait rire de ce potentat qui « ordonne » de stopper ce qui apparaît comme un phénomène naturel un peu exceptionnel, si cela ne révélait pas une tendance profonde à l’autoritarisme. On retrouve là la mégalomanie des anciens dirigeants de l’URSS qui pensaient pouvoir changer le cours des choses en transformant les steppes de ces républiques soviétiques d’Asie centrale en grenier à blé ou en champs de coton. La mer d’Aral aura du mal à y survivre https://lematin.ma/express/La mer d’Aral, un désastre écologique orchestré par l’Homme. On peut d’autant moins en rire que le journaliste nous rappelle que par ailleurs le Tukménistan se révèle incapable de juguler les nombreuses fuites de méthane qu’occasionne une exploitation mal maitrisée des réserves gigantesques de gaz du sous-sol turmène. S’il y avait quelque chose à « ordonner », ce serait peut-être plutôt cela : entretenir un minimum, les gazoducs.

L’idéal serait évidemment d’arrêter purement et simplement cette extraction de gaz mais ceci est une autre histoire qui s’écrit actuellement ailleurs dans le monde. Tant que certains pays seront des clients forcénés de cette source d’énergie https://www.connaissancedesenergies.orgNucléaire et gaz inclus dans la taxonomie verte : la Commission européenne prolonge les consultations, il n’y a aucune raison que le Turkménistan, comme la Russie, la Norvège et les autres pays gaziers se montrent vertueux et tuent leur poule aux œufs d’or. Ce serait pourtant une autre façon de vivre avec la nature, s’y adapter plutôt que de vouloir lui ordonner.

Cet article, publié dans développement durable, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.