En germe, économie sociale ET solidaire ou ….? l’impact social, nouveau Graal?

Certains voient dans l’économie sociale et solidaire, la solution pour une sortie de crise par le haut.C’est faire beaucoup d’honneur à l’ESS de lui décerner ce brevet de panacée et il me paraît illusoire de croire que du jour aux lendemains (même si ceux doivent « chanter ») les valeurs qu’elle porte puisse supplanter celles qui supportent le modèle économique actuel que par commodité j’appellerai « capitalisme mondialisé ».

Avant d’entamer un débat sur l’évolution possible de l’ESS, il est quand même bon de rappeler de quoi on parle. A cet égard, l’interview de cet universitaire peut se révéler utile à certains pour se remémorer les quelques bases fondamentales de ce secteur qui puise ses origines dans le mouvement social, politique et syndical, de la seconde moitié du XIX° siècle http://www.aqui.fr/economies/Que se cache t-il vraiment derrière le sigle ESS aujourd’hui ?
Il y rappelle notamment trois piliers fondamentaux qui font de l’ESS un projet politique à part entière :
1°la non-lucrativité, c’est à dire l’absence de rémunération du capital apporté. Ceci induit que ces entreprises ont la nécessité d’être rentable mais que le fruit de cette rentabilité, le profit, est intégralement conservé DANS l’entreprise
2°la gestion démocratique et participative c’est à dire l’application du principe « un homme=une voix » et la participation des intéressés aux décisions qui les concernent, ce qui influe sur le mode de gouvernance des entreprises de ce secteur
3°l’utilité sociale c’est à dire la contribution sociale et écologique au fonctionnement de la société en général. Cela induit que les entreprises de ce secteur aient défini la nature de leur impact social et environnemental et se soient dotées d’outils pour le mesurer.

L’impact social, le nouveau Graal ?

C’est d’ailleurs à propos de ce dernier point que le journal La Croix publiait le 6 mars 2020, c’est à dire 10 jours avant le Grand Confinement, cet article relatant une initiative du syndical patronal de l’ESS, l’UDES https://www.la-croix.com/Mesurer l’impact social, un outil pour l’économie de demain
Excellente initiative de proposer aux entreprises de l’ESS un indicateur leur permettant d’évaluer leur performance en fonction de leur objet social et à partir d’indicateurs qui leur correspondent. En quelque sorte, ce serait, si l’initiative fait florès, une manière vertueuse d’élaborer leur « rapport RSE »,exemple dont pourraient s’inspirer les grandes entreprises qui ont également cette obligation de rapport annuel sur leurs efforts RSE, depuis le Grenelle de l’Environnement et qui y répondent souvent fort mal par manque d’expérience ou par mauvaise volonté.

L’impact social des entreprises semble être la nouvelle lubie médiatique des entreprises et des gouvernants. Cela remonte aux débuts de la précédente décennie avec la création du Mouvement des Entrepreneurs Sociaux dont l’influence fut sûrement grande dans la rédaction de la loi sur l’ESS de 2014, dit loi Hamon, quand fut créé le statut d’entreprise solidaire d’utilité sociale (ESUS) dont j’ai déjà dit tout le mal que j’en pensais Doux ESUS , ils ne parlent que de gros sous ! : le financement de l’ESS (suite et pas fin) Les conditions de renouvellement de cet agrément sont tellement floues qu’elles en disent long sur l’incapacité de l’administration à comprendre comment se mesure l’impact de ces entreprises sur la société, notamment en terme de solidarité active. Cela n’empêche pas les dirigeants d’aujourd’hui de vouloir embarquer tout ce beau monde sous une bannière au nom incongru « French Impact », qui fait écho à la bannière éclatante des start-up « French Tech ».

Les mots sans les faits pour les corroborer sont par essence, creux, ….sans impact.

Publié dans ESS | Tagué , | Laisser un commentaire

En germe, pourrait-on faire sans la Chine ?

C’était une question qui se posait déjà dans un article que j’ai utilisé dans un précédent billet et dont je m’étais servi pour poser naïvement l’autre questionpourra-t-on faire sans les Etats-Unis ?

Bien entendu, dans les deux cas la réponse est non. Par contre, commence à se poser la question de « comment faire avec » et des inquiétudes commencent à poindre ici et là, notamment sur la capacité de la République Populaire de Chine à infiltrer les autres économies via ses investissements directs. Et en la matière, les Etats-Unis envisagent avec beaucoup de sérieux de reconfiner leur économie. Du coup, la Chine ne souhaite pas être en reste et envisage à son tour de reconquérir une forme d’autonomie par rapport aux marchés mondiaux pour se reconcentrer sur son marché national et les marchés régionaux. C’est du moins le sens de cet article https://www.lemonde.fr/Pour Pékin, le découplage économique a déjà commencé

En la matière, l’Union Européenne n’entend pas être en reste et prépare également des mesures conservatoires afin de colmater la trop grande porosité de son économie aux investissements chinois, notamment dans les domaines considérés comme stratégiquement sensibles https://www.lemonde.fr/L’Europe face à la Chine, le lent déniaisement

On en est là pour l’instant mais compte tenu de ce recentrage progressif de l’économie chinoise et sa volonté d’investir plus sur des modèles économiques régionaux, la question qu’il faudrait peut-être aussi se poser, maintenant que la Chine atteint des niveaux d’excellence dans certaines technologies de pointe et compte tenu de l’immensité de son territoire et des ressources naturelles qu’il contient est : « La Chine pourrait-elle faire sans nous ? »

Un découplage complet de l’économie chinoise pour paraphraser le titre de l’article du Monde serait sûrement aussi préjudiciable aux économies européennes et américaines qu’à l’économie chinoise. Et il semblerait que la Chine envisage cette nouvelle option sans angoisse particulière d’autant que grâce à sa diplomatie d’influence, elle s’est garanti de sérieux relais ailleurs dans le monde. Heureusement d’ailleurs car son talon d’Achille reste quand même son agriculture et son incapacité à nourrir les 1.200 millions de Chinois faute de terres arables suffisantes ; de ce point de vue avoir des points d’appui en Afrique n’est pas forcément une mauvaise chose, bien au contraire.

Entretemps, par petites touches, la République Populaire de Chine affirme ses ambitions impériales. Ainsi en imposant des règles léonines aux entreprises aériennes étrangèreshttps://www.lemonde.fr/La Chine veut imposer un bonus-malus sanitaire aux compagnies aérienneselle ne fait que reprendre à son compte les recettes qui ont pendant des decennies assis l’imperium américain.

Mais de manière plus subtile, elle contribue aussi à la réécriture de l’Histoire mondiale. Tenez, prenez cette mini-série historique diffusée sur Arte, chaîne de télévision germano-française
https://www.arte.tv/fr/videos/086936-001-A/comment-le-metal-blanc-a-faconne-le-monde-1-3/
https://www.arte.tv/fr/videos/086936-002-A/comment-le-metal-blanc-a-faconne-le-monde-2-3/
https://www.arte.tv/fr/videos/086936-003-A/comment-le-metal-blanc-a-faconne-le-monde-3-3/

A priori il n’est question que du rôle joué par l’argent métal dans la lente dégringolade de l’Empire du Milieu, mais en fait tout au long de ces trois épisodes, on rappelle que au XVI°, le leader mondial s’appelait la Chine.

C’est d’ailleurs exprimé de façon très explicite dans la présentation de la série sur le site d’Arte : « Comment, dès le XVIe siècle, l’argent a été le pivot d’une mondialisation économique dominée par la Chine. Une saga historique très complète qui embrasse quatre siècles et trois continents.
En 1571, la Chine des Ming décide de rationaliser la levée de l’impôt et impose à ses sujets un paiement en argent, déjà utilisé comme monnaie. Dix ans plus tard, à Potosí (actuelle Bolivie), dans l’Empire espagnol, on découvre d’immenses mines du précieux métal. En échange de denrées de luxe dont elle a le monopole, la Chine va en importer une partie. Manille, dans la colonie espagnole des Philippines, devient la plaque tournante de ce commerce d’emblée très lucratif et la population chinoise y afflue, non sans fortes tensions entre communautés. Mais trop dépendante de ses importations, ralenties par les aléas de la navigation et la faiblesse de sa production domestique, la dynastie Ming chute en 1644. Fondée par les guerriers mandchous du Nord, la nouvelle lignée des Qing continue de placer le commerce au premier plan, aidée par le succès mondial du thé, que la Chine est la seule à cultiver. Prisé notamment en Grande-Bretagne et en Russie, il garantit l’argent dont le royaume a besoin. Contrôlant strictement les marchands étrangers “barbares”, l’Empire du Milieu domine les échanges de son économie en plein essor.
Empires
Fourmillant de détails, de personnages, d’anecdotes et de documents, contée par des spécialistes passionnants, historiens en majorité, cette fresque déconstruit avec brio l’ethnocentrisme occidental pour retracer l’histoire économique du point de vue de l’Empire du Milieu, dont elle explicite au passage le nom. Filmée sur trois continents (Asie, Europe, Amérique), elle embrasse plus de quatre siècles pour montrer que l’argent a déterminé le destin de plusieurs empires et, surtout, constitué le pivot de la première mondialisation. »

Vous avez bien lu « pivot de la première mondialisation ». C’est à la façon dont se réécrit l’Histoire, qu’elle soit vraie ou fausse d’ailleurs, qu’on mesure qui est en train de gagner la guerre.

Par curiosité, j’ai été voir qui avait produit ces documentaires. Il faut avoir un œil exercé pour lire que c’est une boite inconnue « management production matchlight » pour le compte de EI China et EI Asia

Pour EI Asia, j’ai trouvé ce lien-ci qui renvoie à une société basée à Hong-Kong https://wap.ei-asia.ltd/eiasia.php . Quant à EI China, je n’ai trouvé qu’un compte twitter https://twitter.com/entirl_china qui me renvoie à une agence irlandaise de développement des entreprises irlandaise en Chine. Le soft power prend parfois des chemins surprenants.

Certes la Chine pourrait faire sans nous, mais bientôt nous ne pourrons plus faire sans la Chine, à notre corps défendant. A suivre donc.

Publié dans mondialisation quand tu nous tiens | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

En germe, en finir avec le mythe des investissements directs de l’étranger et à l’étranger ?

Les différentes agences qui ont été créées pour vanter les mérites de la France auprès d’investisseurs étrangers dans le but d’inciter ceux-ci à s’installer en France afin d’y créer des emplois ont toujours considéré que le volume de ces investissements était un bon indicateur de l’excellence française. De même s’agissant des investissements des entreprises d’origine française dans les pays étrangers , ceux-ci étaient considérés comme un bon indicateur de leur capacité à « conquérir le monde ».

Juste avant le Grand confinement, la presse s’en fait encore l’écho soit pour s’en glorifier

https://www.lesechos.fr/Investissements étrangers : 2019, l’année du couronnement de la France en Europe

soit pour s’inquiéter de la capacité du gouvernement français à maintenir les conditions favorables à ce leadership (l’anglicisme est une seconde langue nécessaire dans ce milieu), c’est à dire une grande flexibilité et une certaine docilité aux diktats d’une économie qui ne se voyait encore que mondiale, https://www.letelegramme.fr/Investissements étrangers : la France va-t-elle rester attractive ?

Depuis le brutal gel de l’économie mondiale est arrivé mettant cruellement en évidence les failles de ce système . En ce qui concerne les investisseurs étrangers en France, j’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer sur ce sujet, à propos notamment des pénuries d’équipements de protection de base dans un pays qui fut, à une époque, exportateur

#lejourdaprès : conserver sa capacité de réaction

#lejourdaprès : forgeron maître chez soi ou le loup dans la bergerie

Il est donc nul besoin d’y revenir plus avant pour le moment. Par contre en ce qui concerne les investissements de « nos » entreprises à l’étranger(je mets l’adjectif possessif entre guillemets car cela fait longtemps que ces entreprises dites françaises ne le sont plus compte tenu des propriétaires de leur capital social),je n’ai pas encore eu l’occasion de m’exprimer. Mais on peut penser que les polémiques qui ont essaimé autour des aides du gouvernement français aux entreprises automobiles ont un peu contribué à déciller les yeux de beaucoup sur le « patriotisme » de ces boîtes et sur la qualité de leur « made in France ». Un milliard investi ailleurs dans le monde, c’est un milliard de moins investi en France. C’est peut-être bien pour l’équilibre des comptes de l’entreprise en question et tant mieux pour leurs actionnaires ; par contre pour l’emploi en France, c’est une autre histoire. Hors, sauf erreur de ma part, l’intervention économique de l’Etat français vise quand même à développer l’activité en France et non à enrichir les propriétaires d’entreprises basées en France quelle que soit leur origine géographique.

A cet égard et pour reboucler la boucle sur ces IDE investissement DE l’étranger ou À l’étranger, il est quand même paradoxal d’entendre les publicités d’un constructeur automobile japonais vantant les mérites de ses véhicules électriques, les seuls « totalement made in France ». Comme quoi, l’investissement étranger en France a parfois du bon.

Il convient donc de mieux trier le bon grain de l’ivraie et quand un producteur d’énergie d’origine renouvelable fait cette annonce, on ne peut que s’en féliciter https://energiesdelamer.eu/Iberdrola prévoit d’investir entre 3 et 4 milliards € en France, d’une part parce que c’est plutôt vertueux du point de vue écologique (vaut mieux ça que d’investir dans des centrales à charbon comme le fait le patron du journal Le Monde) et d’autre part, parce que surtout, cela va créer des emplois non délocalisables en France.

Là aussi, comme dans beaucoup de choses en germe, le meilleur côtoie le pire. L’IDE n’est donc pas la panacée, ce n’est pas non plus une invention démoniaque. Il va falloir par contre, sérieusement modifier les grilles d’analyse mais aussi les conditions d’autorisation de ces opérations. A suivre donc.

Publié dans l'économie comme on la subit, mondialisation quand tu nous tiens | Tagué , , , | Laisser un commentaire

En germe, changer le business plan des entreprises ?

Dans le monde des affaires, quand on dit Forum de Davos, c’est comme si on avait dit « Ainsi parla Zarathoustra » tant ses oracles sont écoutés. C’est pourquoi, quand on lit ceci, https://www.novethic.fr/après le covid-19, le forum économique mondial appelle à repartir de zéro, on est en droit de se poser quelques questions. Est-ce bien « du passé, faisons table rase » qu’il faut comprendre ? Il ne manquerait plus que «c’est la lutte finale, groupons-nous et demain » etc… et le poing levé. Mais quelle mouche les a donc piqué, tous ces dirigeants économiques, de nous parler d’avenir de la planète à cause d’une pandémie comme il y en a déjà eu par le passé ?

En fait, ils viennent de se rendre compte que l’économie mondialisée telle qu’ils l’ont pensée, à Davos déjà, dans les années 80 venait de buguer et qu’il fallait redémarrer l’ordinateur. Il ne s’agit donc pas de casser le système mais de lui permettre de recommencer à fonctionner quitte à modifier quelques lignes du logiciel. Et puis, ce n’est pas la première fois que, sentant d’où vient le vent, le FEM aura lancé des idées généreuses, sur le partage des richesses, sur l’entreprise inclusive sans que pour autant les choses n’aient fondamentalement changé. Mais peut-être suis-je trop impatient.

Toujours est-il que la question est sur la table et certains l’ont déjà prise à bras le corps ce qui est plutôt bon signe.

C’est d’abord la ministre française de l’écologie qui monte au créneau https://www.novethic.fr/relance verte : élisabeth borne met les grandes entreprises au défi de montrer l’exempleMais elle est là dans son rôle et elle ne l’aurait pas fait qu’on le lui aurait reproché. Toutefois, ce n’est pas lui faire injure de dire que son interpellation aurait eu plus de force si elle avait eu le charisme de son anté-prédécesseur.

Manifestement ce message trouve un écho auprès de certains chefs d’entreprises. Ces deux témoignages semblent le confirmer
https://www.la-croix.com/Élisabeth Ayrault : « Les entreprises doivent investir dans la transition écologique »
https://www.la-croix.com/Emmanuel Faber : « Il faut prendre cette crise comme un avertissement »
Mais j’y mettrai toutefois quelques petits bémols. En ce qui concerne la première, ayant fait une grande partie de sa carrière dans la gestion des déchets puis dans la production d’électricité d’origine hydraulique, il est en quelque sort normal qu’elle tienne ce discours ; elle prêche en fait pour sa paroisse. Quant au second, il est dans la lignée de la famille Riboud qui présida pendant un demi-siècle aux destinées de ce mastodonte de l’agro-alimentaire et dont les prises de position en faveur du développement durable puis de la RSE avaient toujours eu quelques longueurs d’avance sur le reste de la caste. Il n’empêche qu’ils sont en quelque sorte les porte-parole d’un courant qui semble prendre de l’ampleur au sein du grand patronat.

Toutefois, il n’y a pas que les entreprises du CAC 40 pour faire tourner l’économie et les ETI, PME et TPE sont aussi concernées par le nécessaire changement de leur logiciel de gestion, sauf que celles-ci n’ont peut-être pas les 6 milliards évoqués par le patron de Danone pour mener à bien leur mutation. C’est pourquoi le petit coup de pouce gouvernemental peut être apprécié de ceux qui à la tête de petites entreprises veulent, eux aussi, faire évoluer leur boite dans le bon sens, https://www.actu-environnement.com/Un plan pour accélérer la conversion écologique des TPE-PME

Pour autant, la partie est loin d’être gagnée de ce point de vue. En effet, au-delà des mots, il y a …des écrits et d’autres mots qui semblent contredire cette vision optimiste de l’avenir entrepreneurial. Et qui mieux que le think tank officiel des grandes entreprises pour exprimer au mieux leurs intentions réelles, https://www.institut-entreprise.fr/Les 1er jours d’avec : les entreprises veulent une nouvelle mondialisation En d’autres termes, il s’agit simplement de rebooter le logiciel « mondialisation ». Celui-ci était allé très loin dans l’arbitrage entre coûts et risques en faveur des coûts. Depuis, vu l’ampleur des risques pour l’entreprise, le balancier repart dans l’autre sens. Pour parler leur langage, « la répartition de la chaine de valeurs » passe par une réduction de la dépendance aux risquesd’approvisionnement et le rapatriement d’une partie de l’amont de l’entreprise, quitte à ce que cela coûte un peu plus cher , sous-entendu, « nos hommes de marketing arriveront bien à faire passer cette augmentation sur le dos des consommateurs finaux ».

De son côté, le MEDEF essaie bien de « verdir » son discours mais cela manque de souffle, https://www.ouest-france.fr/Les solutions vertes du Medef pour relancer l’économie
Instaurer des barrières douanières n’est peut-être pas une réponse à la hauteur et au-delà le discours tourne rapidement court pour revenir au vieilles antiennes sur la réduction des impôts. Une telle indigence de la pensée, après avoir lu les prises de position de deux chefs d’entreprises éminents, quelle désolation !

Mais ce n’est pas tout. Le patron du MEDEF, qu’on a connu plus moderne lorsqu’il jouait au chroniqueur télé matinal, enfonce définitivement le clou, en rechaussant les godillots lourdingues de son prédécesseur, https://www.lesechos.fr/Roux de Bézieux (Medef) : « Le gouvernement doit dire aux Français qu’il est temps de retourner travailler et consommer
Pour eux, un être humain, c’est fait pour travailler (plus) et consommer (beaucoup).
Pour eux, décidément, le business plan n’a pas fondamentalement changé.

Restent toutefois en germe, des promesses d’un autre modèle. A suivre donc.

Publié dans l'économie comme on la voudrait | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

En germe , le temps est-il venu de la subsidiarité ?

Dans la France centralisée, on a vu émerger l’idée que tout ne pouvait peut-être pas être régenté de la même manière de Dunkerque à Hendaye et de Lauterbach à Plogoff. Le couple ministère/directions départementales a dû faire un peu de place, selon le cas à d’autres couples préfets/maires, recteurs/maires, etc…Cela bouscule un peu le schéma évolutif de la gouvernance à la française fondé sur le dyptique décentralisation/déconcentration.

Dans le même temps, on a vu dans des Etats fédéraux les pouvoirs locaux et le pouvoir fédéral s’affronter, parfois durement comme c’est le cas aux Etats-Unis ou au Brésil, parfois plus courtoisement mais tout aussi fortement comme en Allemagne.

Dans les deux cas, ce qui est en cause, c’est ce qu’on appelle le principe de subsidiarité. Celui-ci trouve une définition qui vaut ce qu’elle vaut dans Wikipedia qui est devenue, qu’on le veuille ou non, la référence des internautes qui ont oublié où ils avaient rangé leur encyclopedia universalis ou même leur dictionnaire Larousse/Robert : « Le principe de subsidiaritéest une maxime politique et sociale selon laquelle la responsabilitéd’une action publique, lorsqu’elle est nécessaire, revient à l’entité compétente la plus proche de ceux qui sont directement concernés par cette action. » https://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_subsidiarité
La version anglaise de wikipedia donne à peu près la même définition : « Subsidiarityis a principle of social organization that holds that social and political issues should be dealt with at the most immediate (or local) level that is consistent with their resolution; » https://en.wikipedia.org/wiki/Subsidiarity

Mais c’est après que cela se gâte. En effet, la version française précise qu’il existe deux formes de subsidiarité
« La subsidiarité peut être :descendante : délégation ou attribution de pouvoirs vers un échelon plus petit, on parle alors de dévolution ou décentralisation. Concrètement, lors d’une subsidiarité descendante, c’est l’échelon supérieur qui décide qui doit connaître quelle question.
Elle peut être ascendante : attribution de pouvoirs vers une entité plus vaste, on parle alors de fédération ou, entre pays, de supranationalité. Concrètement, lors d’une subsidiarité ascendante, c’est l’échelon inférieur qui décide qui doit connaître quelle question. Alors que la version anglaise s’appuyant sur la meilleure référence linguistique disponible est bien plus restrictive :The Oxford English Dictionarydefines subsidiarity as « the principle that a central authority should have a subsidiary function, performing only those tasks which cannot be performed at a more local level »

Reconnaissons qu’il existe en la matière une exception française, du moins dans l’administration publique mais j’y reviendrai plus loin lorsque j’envisagerai l’extension de ce principe au-delà de la sphère publique.

Pour en rester à la gouvernance publique, il apparaît donc que la crise en cours a été un formidable révélateur de tensions existant dans l’application de ce principe qu’il soit montant ou descendant.

Quel que soit le modèle de référence, les réactions des autorités locales ont montré qu’elles avaient une meilleure appréciation de ce qu’il convenait de faire pour gérer au mieux l’équilibre entre sécurité sanitaire, bien-être social et activité économique (la question écologique étant mise entre parenthèse pour l’instant), soit en réclamant plus de souplesse dans l’application de règles générales trop rigides, soit plus de rigueur face à un laxisme inquiétant du niveau central.

D’ailleurs, c’est en s’appuyant sur ce dernier cas de figure qu’il est apparu que le bon sens ne suffisait peut-être pas toujours et que l’édiction de règles générales était indispensable pour permettre à chacun d’exprimer sa spécificité par rapport à cette généralité. On a vu ainsi apparaître deux mouvements, l’un qu’on pourrait qualifier de décentralisation différenciatrice et l’autre de fédératif normatif. En terme de gouvernance, ces évolutions peuvent s’avérer fécondes si elles permettent de clarifier un peu plus le champ de compétence de chaque niveau. Cela permettrait aussi de définir un principe de base qui voudrait qu’un pouvoir central doit être d’autant plus fort que les pouvoirs locaux sont plus autonomes et réciproquement.

C’est alors qu’apparaît ce que la vision française de la subsidiarité a d’incongru. Il ne peut y avoir de subsidiarité descendante. C’est du moins ce que nous apprenons à la lecture de philosophes anciens comme Aristote “la société décrite par Aristote se compose de groupes emboîtés les uns dans les autres, dont chacun accomplit des tâches spécifiques et pourvoit à ses besoins propres. La famille est capable de suffire aux besoins de la vie quotidienne, et le village à ceux d’une vie quotidienne élargie. Mais seule la cité, organe proprement politique, est capable d’atteindre l’autarcie, la pleine suffisance de tout, et c’est ainsi qu’elle se définit : par l’autosuffisance, synonyme de perfection” ou de théologiens, imprégnés de ces principes aristotéliciens comme Thomas d’Aquin : «  le pouvoir politique a mission de “corriger, s’il se trouve quelque chose en désordre; suppléer si quelque chose manque; parfaire si quelque chose de meilleur peut être fait” »

Au passage notons qu’il semblerait que ce soit sur ces principes que l’Union Européenne s’est construite mais il convient de constater que leurs mise en œuvre est parfois chaotique. Cela peut être utile à rappeler, notamment à celles et ceux qui, eurosceptiques viscéraux, en viennent à reprocher, maintenant une inaction face à la crise sanitaire, alors même que les Etats-Membres lui en avaient dénier la compétences. Vaste sujet de méditation, mais revenons à nos principes

D’autres plus proches de nous indiquent que l’application du principe de subsidiarité se résume à l’application de trois propositions concernant les personnes et les sociétés occupant un rang hiérarchique supérieur :
-respecter les attributions de chacun,
-aider (éventuellement),
-remplacer (exceptionnellement)”

Ces trois principes valent, quelle que soit l’organisation concernée, administration publique ou entreprise. En ce qui concerne la première cela impacte fortement la vision que nous devons avoir de ces deux leviers de modernisation de la vie publique qui scandent toutes les vagues de réformes administratives, la décentralisation et la déconcentration. En ce qui concerne la décentralisation, cela induit que la seule collectivité ayant une compétence générale doit être la commune, que compte tenu des enjeux et des moyens à mettre en œuvre ,elle se fait remplacer ou aider par des collectivités territoriales de plus grande envergure et qu’une fois ces délégations faites, elle ne s’ingère plus dans la gestion de ces délégations de compétences. En ce qui concerne la déconcentration administrative, cela implique que le niveau d’administration d’Etat pertinent est le plus proche du terrain, en l’occurrence l’arrondissement ou le département. Les niveaux supérieurs, Région, Inter-Région et a fortiori l’administration centrale ne sont là que pour aider, ce qui dans la pratique veut dire apporter une expertise technique, mais aussi des orientations stratégiques en aucun cas du pilotage. La dimension normative est l’aide principale que doit apporter l’échelon central. Il ne supplée l’administration de base que dans le cas où elle est manifestement défaillante ou lorsque les conditions sont telles que cet échelon territorial de base n’a pas les moyens de faire face à une situation exceptionnelle. Ce sont quelques principes simples dont on perçoit immédiatement qu’ils n’ont pas été respectés lors des plus récentes réformettes.

Mais ces principes doivent aussi s’appliquer à d’autres organisations humaines, les entreprises privées. L’application des principes d’application du principe général de subsidiarité serait une vraie novation dans ce monde qui ne connaît qu’une délégation de pouvoir hiérarchique descendante la plupart du temps. Et si on pousse la réflexion jusqu’au bout, cela peut mener à interpeller sur la capacité des entreprises à faire confiance à ceux qui la font fonctionner, à leur donner une large autonomie d’appréciation, en quelque sorte l’antichambre de la démocratie dans l’entreprise. Pouah ! Quelle horreur !

Après tout, c’est ce que disait déjà la CFDT lors de son congrès d’Issy-lès-Moulineaux en 1972. Ils appelaient ça « l ‘autogestion ». Concept à revisiter et à dépoussiérer à l’aune des nouvelles réflexions sur le rôle des parties prenantes, les nouvelles règles de gouvernance des entreprises et tous les travaux autour des indicateurs nouveaux de performance qui ont fleuri dans la mouvance de la RSE.

Publié dans administration publique, démocratie, je dis ton nom, entreprises | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

En germe, la mutation des élites ?

La crise sanitaire en cours n’y sera peut-être pour pas grand-chose mais les conséquences économiques et sociales qui en découlent seront peut-être le révélateur d’une mutation en cours dans la formation de nos élites.

Cela fait déjà quelques temps que les grandes écoles, spécialité française invendable à l’exportation, se sont ouvertes aux tendances sociologiques lourdes en introduisant des cursus en dehors des sentiers battus, en direction de l’ESS pour les écoles de commerce, en direction de l’entrepreneuriat et les start-up pour les écoles d’ingénieurs. Ainsi une petite poignée pouvait dans chaque promotion cultiver sa singularité et casser pour ce qui la concerne le moule très formatant du cursus, classe préparatoire-concours-grandes écoles.

Mais il semblerait que ces temps-ci, la tendance soit plus lourde et que les inévitables mutations de nos systèmes de production de richesses et de leur consommation soient prises en compte dans la formation de ces « élites », https://www.novethic.fr/ESSEC, sciences po, polytechnique : les grandes écoles prennent le tournant de la transition

Mais justement, peut-être est-ce parce que ces mutations sont inévitables qu’il devenait vital pour ces écoles de s’adapter. En tout cas, c’est un signe que progressivement, ceux qui pensent l’avenir de ce système, ont compris qu’il fallait changer de modèle, un peu par conviction, beaucoup par intérêt, rendant ainsi inéluctable cette mutation.

Donc on va parler changement climatique, gestion soutenable des ressources, RSE, échange équitable peut-être dans ces écoles. On peut donc penser qu’une fois aux manettes, ces jeunes filles et ces jeunes gens auront à cœur de mettre en pratique ces enseignements. En tout état de cause, ils ne pourront plus dire comme leurs prédécesseurs : « nous ne savions pas. »

C’est effectivement une révolution copernicienne et en cela elle ressemble un peu à la façon dont les élites montantes de l’Ancien Régime ont pu accompagner les premiers mouvements de la Révolution Française, nourries qu’elles étaient des enseignements du Siècle des Lumières, des Encyclopédistes et des Physiocrates.

Tiens, à propos de ces mutations des élites, je voudrais vous présenter un cas intéressant. Voici un jeune homme à qui tout a réussi: fils de polytechnicien, ingénieur des eaux et forêts, et sénateur, il est lui-même diplômé d’HEC et de Sciences-Po, ancien élève de l’ENA (promotion René Char 1993-1995), école de laquelle il sortit, en deuxième place je crois, ce qui lui permit de rejoindre tout de suite la prestigieuse Inscepction Générale des Finances. Manifestement, il n’a pas grande appétence pour la haute administration puisqu’assez rapidement il se retrouve banquier Lazard, Crédit Agricole Société Générale. C’est un parcours finalement assez classique jusqu’à son arrivée à la direction générale de la Banque Mondiale. Depuis, il semble consacrer tout ce savoir-faire accumulé au cours d’un quart de siècle pour essayer de concilier performance financière et développement durable, https://www.lemonde.fr/Bertrand Badré ou la nouvelle vie d’un chantre de la finance durable

Certes, il a participé aux côtés de Jacques Chirac, à la mise en place de la taxe sur les transports aériens ce qui pourrait laisser présager une sensibilité environnementale, mais il a aussi contribué au lessivage des économies de nombreux épargnants en contribuant au « succès » de l’opération de recapitalisation d’Eurotunnel, mais ceci constitue le job habituel d’un directeur financier d’une grande banque ou de « sherpa présidentiel ».

Alors que penser de cette nouvelle entreprise ? Le choix du nom, « blue like a orange », est déjà un indice, on aime la poésie dans cette entreprise avec cette référence explicite à Paul Eluard. Après tout quand on est issue d’une promotion qui a choisi un poète résistant comme parrain, ce n’est qu’une demi-surprise.

Il y aurait donc de la poésie dans la « finance verte » . Pourquoi pas après tout ? Mais quand on y réfléchit bien, cette notion de « finance verte » est une sorte d’aporie. En effet, quel est le but de toute entreprise financière ? De faire en sorte que l’argent investi produise plus d’argent qu’il n’y en avait au départ. Quel est le but de tout initiative « soutenable » (traduction du « verte » des journalistes) ? De faire en sorte que cette initiative puisse se reproduire indéfiniment ce qui est impossible si « la finance » prélève régulièrement sa part, car à un moment, il y aura bien extinction de la ressource. Laissons aux philosophes le soin de traiter cette « difficulté logique insoluble » pour nous intéresser aux motivations d’une telle initiative. Remord de banquier ? Mise en pratique de la maxime attribuée à Clémenceau «Quand les événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs. » ? Illustration de cette autre maxime mise dans la bouche du prince de Lampedusa « Il faut que tout change pour que rien ne change. » ? En fin de compte, peu importe, seul l’intéressé pourrait y répondre mais l’essentiel n’est-il pas de voir arriver aux manettes des quinquagénaires pour qui ces questions de développement durable et de préservation de la planète ne sont plus des notions inconnues.

Et comme la génération d’après aura été nourrie à cela, tout est possible même une vraie mutation

Mais pour autant il ne faudrait pas croire que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes dans ce petit monde des grandes écoles. D’anciens schémas de pensée continuent à exister et ont la vie dure, à commencer par la culture de la méfiance qui s’est exprimée de cette façon qui a choqué les étudiants concernés https://www.francetvinfo.fr/Télésurveillance des examens : HEC enregistre les mouvements des yeux de ses étudiants

Il s’agit bien là d’un autre monde que celui que j’évoquai juste au-dessus. On peut le regretter mais il perdure et peut aussi un modèle pour certaines élites, hélas !

Publié dans l'économie comme on la voudrait | Tagué , , | Laisser un commentaire

En germe, la défiance ?

C’est fou le nombre de bêtises qui ont pu être proférées par les uns et par les autres sur les plateaux de télé, sur les ondes et dans les colonnes de la presse depuis que la rumeur d’une possible épidémie en Chine est apparu en fin d’année 2019. Et plus l’épidémie est devenue patente, plus il était évident que cette épidémie devenait mondiale et donc une pandémie, plus ce flots d’âneries s’est gonflé.

C’est fou le nombre d’experts qu’on a vu ainsi fleurir, s’exprimant à longueur de temps sur des sujets qui n’étaient pas forcément leur champs d’expertise. A cet égard, merci Mr Perret pour cette chanson Les confinis – YouTube
C’est sympa en outre d’avoir utilisé le même calembour que moi pour désigner ceux « qui osent tout et c’est même à ça qu’on les reconnait »1
LE JOURNAL DES CONFINIS N°1
Le journal des confinis n°2 un dictateur fou reste un fou dangereux.
Le journal des confinis n°3 : tous les risques à des fins personnelles

Cela pourrait être risible si une telle débauche de sottises n’avait des conséquences désastreuses pour la solidité des liens sociaux.

Depuis déjà longtemps, les gens ne font plus vraiment confiance aux hommes politiques, de moins en moins aux médias. Mais il restait un pilier, l’expertise scientifique.

Cette confiance en la valeur de la parole scientifique est même à la base de l’adhésion de plus en plus forte à l’idée qu’une crise climatique et au-delà une crise écologique majeure est face à nous.
Mais comment voulez-vous qu’on continue à y croire quand sur le même plateau ou sur un plateau voisin, deux experts sont capables avec le même aplomb de défendre deux thèses diamétralement opposées sans que personne ne soit en mesure de les départager.
Le plus triste dans cette histoire est que, de temps à autre, il y a de vrais experts, c’est à dire des personnes qui non seulement travaillent le sujet depuis des années mais encore ont exercé des responsabilités suffisamment importantes pour que les enseignements qu’ils ont retirés de leurs recherches aient pu être validées par la confrontation à des réalités différentes. Mais leur parole est noyée dans le flot d’inepties déversées par des Dr Diafoirus et de ce fait contaminée par la médiocrité ambiante.

A ce propos, d’expertise véritable, dans le monde des publications scientifiques médicales, il y a une bible, « The Lancet » qui est la publication de référence depuis des générations. Etre publié dans « The Lancet » pour certains est une forme de consécration et aucune autre publication scientifique, à ma connaissance, n’a une telle aura, ni une telle crédibilité.

C’est pourquoi lorsque le Monde, autre journal « de référence », publie une interview du rédacteur en chef du Lancet https://www.lemonde.fr/Richard Horton, patron du « Lancet » : « Le Covid-19 montre une faillite catastrophique des gouvernements occidentaux », on est tenté d’y prêter foi, surtout que la chronologie des mises en garde est clairement établie à partir de cet autre article https://www.fr24news.com/L’éditeur du Lancet dénonce le gouvernement pour avoir autorisé des milliers de morts inutiles de coronavirus, hormis peut-être cette petite boulette du tweet du 24 janvier enjoignant aux médias de ne pas lancer des discours trop alarmiste.

Hélas, les héros sont tombés de leur piédestal, la faute à la publication d’une étude qui, avec le recul, apparaît particulièrement scandaleuse et difficilement explicable, même dans un contexte de fébrilité extrême et de précipitation brouillonne https://www.francetvinfo.fr/Coronavirus : le « LancetGate » ou le naufrage de la science businessIl va être difficile à cette publication d’effacer cette tache sur la blancheur immaculée de son antique réputation. Il va être encore plus difficile de croire en la science, du moins en ceux qui parlent en son nom.

Cela va même devenir très compliqué quand les politiques, déconsidérés de longue date, vont vouloir se refaire une crédibilité en appuyant leurs décisions quotidiennes sur l’avis de Hauts Comités Scientifiques.

On en est là maintenant.

Il va être difficile de restaurer la confiance. Mais si on regarde du côté d’organisme comme le GIEC et leur méthode de travail, fondée sur le consensus, il y a peut-être en germe les raisons de ne pas désespérer au point de tomber soit dans le doute existentiel, soit dans le complotisme honteux.

1Référence à cette fameuse sentence du génial dialoguiste Audiard : « les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît. »

Publié dans COUPD'GUEULE | Tagué , , , | Laisser un commentaire

En germe, quelle Europe ?

Sans qu’on y prenne réellement garde, l’urgence de la crise économique à venir est en train de provoquer une mutation majeure de la nature de l’Union Européenne .

Tout a commencé par un appel qui regroupait plusieurs centaines de personnes de tous les pays de l’Union. Un appel transnational, ce n’est pas une nouveauté ; par contre la qualité des premiers signataires l’était puisqu’on y trouvait pêle-mêle des parlementaires européens, des parlementaires nationaux,des elus locaux, des chercheurs, des syndicalistes, des responsables d’ONG, des militants de tous poils, des fondations et des think tank. Et que demandaient-ils ? 500 milliards pour le climat et pour l’emploi
https://www.ouest-france.fr/Appel européen : trois solutions pour le climat et l’emploi
https://www.ouest-france.fr/Europe. Un appel pour un budget de 500 milliards d’euros pour le Pacte vert
A l’aune du budget européen, cela n’est pas rien, plus de trois fois le budget annuel de l’Union. Cet « appel pour un pacte européen pour le climat et l’emploi » pousse donc à un changement d’échelle des finances de l’Union et quand on sait que la force de frappe budgétaire est une des principales manifestations de la puissance étatique, une telle démarche n’a rien d’anodin.

Banco ! A alors proposé le Président français, entraînant dans son sillage la Chancelière allemande sans laquelle rien n’est possible actuellement. Ils rajoutent même 250 milliards à l’enveloppe
https://www.actu-environnement.com/À saisir : plan de relance européen pour financer la transition écologique
https://www.sauvonsleurope.eu/Big bang budgétaire de la Commission: le premier budget de son histoire qui n’est pas une question de dépenses!
750 milliards ! Pour le coup c’est de l’inédit, non pas que les institutions européennes n’aient pas déjà par le passé injecté des sommes aussi colossales dans l’économie. Cela s’est déjà passé après la crise financière de 2008 quand la BCE de Mr Draghi vint au secours des banques en ouvrant largement les lignes de crédit. La nouveauté vient de ce que une partie des ressources viendront de nouvelles taxes communautaires et une autre partie d’emprunt contracté directement par l’Union et dont le remboursement sera mutualisé. L’autonomie de décision financière de l’Union s’en trouve renforcé. Et ça, c’est une véritable révolution. Comme le fait remarquer ce site, très europhile, c’est toujours quand il ya crise que l’Europe avance https://www.sauvonsleurope.eu/Quand l’Europe fait Date !

Mais si la tendance est au renforcement des mécanismes de mutualisation communautaire, sorte de fédéralisme qui ne dirait pas son nom, cela ne peut se faire avec les institutions telles qu’elles existent.

Parallèlement, un autre événement doit amener à approfondir cette question de la refonte institutionnelle. En effet, la Cour Constitutionnelle allemande s’est cru autorisée à remettre en cause les décisions de la Cour Européenne de Justice. Venant de la plus haute instance judiciaire du principal pays de l’Union, le coup était rude. Mais là aussi, la crise portait en elle sa solution car cela paraissait si improbable que la nécessité de clarifier les responsabilités afin d’éviter les mises en cause hors de propos est devenu une évidence. Toujours issue du même site europhile, voici l’analyse qui en est faite et les premières propositions qui en découlent https://www.sauvonsleurope.eu/Réponse du berger à la bergère : un pas de géant en perspective !Elles se fondent sur le principe de la légitimité démocratique qui ne s’obtient que par les urnes et le vote, comme le rappelle cette citation de Winston Churchill reprise dans cet article, la démocratie, au bout du bout de l’analyse, c’est quand même un citoyen, humble, qui glisse un bulletin dans une urne pour dire ce qu’il pense être la meilleure, ou la moins mauvaise, décision. Voilà donc ouvert un chantier qui porte en lui de bien beaux germes d’évolution vers une forme de souveraineté supranationale apaisée.
Il serait temps car si on regarde comment s’est passée la première étape de la mise en œuvre de ce beau projet « Next Generations EU », on se dit qu’il y a encore du chemin à parcourir https://www.lemonde.fr/Coronavirus : les dirigeants européens ouvrent les hostilités sur le plan de relance

Face à l’urgence, on ne peut pas dire que ce soit un élan unanime et enthousiaste !

Publié dans pour l'Europe | Tagué , , , | Laisser un commentaire

En germes, « Homme libre, toujours tu chériras la mer » ?

Ce beau vers de Baudelaire, que longtemps j’ai attribué à Victor Hugo, résume bien ce qui devrait être l’une de nos préoccupations majeures, la préservation du bon état des océans. En effet, quand ¾ de la surface de la Terre est concernée, ainsi que plus de 95% des réserves d’eau et la majeure partie de la faune sauvage, on ne peut s’en débarrasser d’un revers de main négligent au motif que nous vivons sur terre et non en mer. On a beaucoup parlé du 6° continent (7° ou 8° selon les sites consultés) composé essentiellement de plastique rejeté https://fr.wikipedia.org/wiki/Vortex_de_déchets_du_Pacifique_nord mais un peu moins de la détérioration apparemment inexorable des écosystèmes. Or celle-ci existe https://mediathequedelamer.com/thematique/une-biodiversite-marine-en-danger/12/

C’est sûrement pour cela qu’on a instauré une journée mondiale de l’océan, car en général lorsqu’il est devenu urgent d’agir mais qu’on ne veut rien faire, c’est ce qu’on fait, on crée une « journée mondiale de… ».

Mais cette année, les choses sont peut-être différentes. Le témoignage d’Isabelle Autissier, dont on connaît l’intimité avec les océans est à cet égard intéressant https://www.meretmarine.com/Isabelle Autissier : « Sans océans, nous ne serions pas là » car il ouvre des perspectives d’action. En cela, il rejoint d’autres constats scientifiques https://www.futura-sciences.com/On pourrait restaurer la vie marine d’ici 2050 . Mais s’il n’y avait que cela, nous pourrions vivre longtemps d’espoir, sans que rien ne se passe, si dans le même temps, on ne voyait pas éclore un peu partout des initiatives, en général portées par les plus jeunes générations, mais pas uniquement, soit pour réparer localement les dégâts les plus évidents (ramassage des déchets sur les côtes), soit agir plus en profondeur, si on peut dire, en améliorant nos connaissances ou en agissant à plus grande échelle.

A priori, cela n’a pas grand-chose à voir avec l’actuelle crise sanitaire. Toutefois, je ne peux m’empêcher de penser que le choc qu’elle a provoqué, notamment avec cet arrêt brutal de l’activité économique et de toute vie sociale, a déclenché chez beaucoup un réflexe psychologique nouveau, un prise de conscience, que rien de ce qui se passe sur cette planète n’est anodin, l’avènement en quelque sorte de l’effet papillon. Si cette prise de conscience se doublait d’une vigilance accrue, ce serait tout bénéfice et en fin de compte, cette crise aurait produit quelque chose de bien et de durable.

Oui ! vigilant, il faudra l’être et bien sûr le rester car d’autre part, il existe d’autres décisions apparemment anodines qui ont elles aussi en germes, des effets plutôt désastreux.

Tenez ! Voici une décision qui paraît bien innocente https://www.lemonde.fr/planete/La France va étendre son territoire sous-marin. Que la France étende sont plateau continental au large de petites îles perdues aux confins de l’Antarctique ne présente a priori pas un grand intérêt même si cela représente 3 fois la superficie de la Belgique. Pourquoi le faire alors ? On pourrait se dire qu’il s’agit là d’une façon de créer un sanctuaire pour des espèces marines menacées, mais comme cette extension ne concerne pas la colonne d’eau qui est leur lieu de vie habituel, il s’agit d’une fausse piste. Est-ce l’expression d’une volonté de puissance et l’affirmation que la France est (toujours?) une grande puissance maritime ? Peut-être mais ce serait bien puéril, n’est-ce pas ?

Alors ? Ben, alors, réapparaît le mythe des nodules polymétalliques qui agitaient déjà le microcosme onusien dans les années 70/80. Même s’ils s’en défendent les technocrates qui « pensent l’avenir de la France » n’excluraient donc pas qu’un jour, il faille aller chercher sous l’eau ce qu’on ne pourra plus aller chercher sous terre afin d’alimenter les filières industrielles sans lesquelles les équipements dont nous servons quotidiennement, dont l’ordinateur ou le téléphone grâce auquel vous me lisez, ne pourraient être produits. En filigrane, il y a là un modèle d’exploitation des ressources terrestres, cause des crises qui nous pendent au nez dans les prochaines années.

D’où la nécessité une certaine vigilance.

Il ne faudrait pas que le vers de Baudelaire soit l’expression de ce qu’on pourrait appeler « l’amour vache » et si la Mer est l’avenir de la Terre, ce sera pour le meilleur comme pour le pire, selon ce que nous en voudrons.

Publié dans l'économie comme on la subit, l'économie comme on la voudrait | Tagué , , , | Laisser un commentaire

« #Avid19, protégez vos poches ! »

Quelle joie de pouvoir de nouveau rouler sur les voies express et les autoroutes de notre beau pays ! Mais la pandémie n’est jamais loin. En effet, tous les 15 ou 20 kilomètres, les panneaux d’annonces lumineuses, au lieu de nous prévenir des éventuels aléas routiers, nous rappellent en permanence qu’il faut rester vigilant, avec notamment ce slogan simple et direct « Covid19, protégez vos proches ! »

A force de le voir écrit, il a fini par me rentrer dans e cerveau comme une rengaine lancinante et naturellement, il a évolué au gré de ma fantaisie pour devenir ce que vous avez lu en titre. Cela toutefois, mérite quelques explications.

Comme toujours allons les chercher dans l’actualité.

Tous le monde n’est pas perdant dans cette crise et souvent les gagnants se gobergent sans vergogne. Alors qu’en 2008, il était tellement patent que le système bancaire était la principale victime que tous les Etats mirent en péril leurs budgets pour les sauver. Aujourd’hui, rien de tout cela : https://www.lesechos.fr/Coronavirus : les levées de dette des Etats européens ont déjà rapporté 500 millions aux banques

Etats ! Vous qui cassez de nouveau vos tirelires pour « sauver l’économie et l’emploi », faites attention! « #Avid19, protégez vos poches. »

Mais il n’y a pas qu’eux à sortir la tête haute et les poches plutôt rebondies, de cette première crise de consommation, liée au confinement. La grande distribution n’est, semble-t-il, pas trop mal lotie, mais elle craint pour demain car elle ne vit que de votre pouvoir d’achat et si celui-ci a pâti de ces trois mois de sous-activité et risque encore de souffrir dans les mois à venir, il est à craindre que les grandes enseignes ait en fait mangé leur pain blanc. Et comme il est hors de question qu’elles souffrent trop, elles prennent les devants et pour maintenir leurs marges, dans un contexte qui risquerait de peser sur les prix (juste retour des choses après les flambées spéculatives des mois de mars et avril), elles se retournent vers leurs fournisseurs https://www.lemonde.fr/« Ça va taper très fort », ou le spectre d’une nouvelle guerre des prix dans les supermarchés

Fournisseurs, entreprises de l’agro-alimentaires notamment rappelez-vous ce que signifie « guerre des prix » pour vous et oubliez vite les belles promesses, à peine tenues d’ailleurs, après la loi Egalim ! La guerre c’est la guerre et toutes les conventions vont finir dans la corbeille

Fournisseurs référencés de la grande distribution, attention ! « Avid19, protégez vos poches ! »

C’est d’ailleurs ce que dit clairement l’un des interviewés de cet article, le Président si vous voulez puisqu’il préside aux destinées de cette marque de produits laitiers entre autres. Mais lui a du répondant. C’est normal, quand on est le numéro 1 mondial des produits laitiers et qu’on pèse plus de 20 milliards d’Euros de chiffre d’affaires. Du coup, les producteurs de lait, qui connaissent la chanson, ont de quoi s’inquiéter https://www.francebleu.fr/Lactalis : les producteurs laitiers redoutent de payer la note de la crise post-Covid 19

Selon les principes de la dynamique des fluides, la pression sur les prix va se transmettre de proche en proche vers l’amont. Producteurs de lait, attention ! « Avid19, protégez vos poches ! ».

Cela dit, il existe des formules alternatives et la solution trouvée lors d’une précédente crise du lait « C’est qui le patron »https://lamarqueduconsommateur.com/ est toujours applicable sauf que dans les périodes de pouvoir d’achat en berne, accepter de payer un peu plus n’est peut-être pas à la portée de tous.

Mais s’il n’y avait que la grande distribution à en profiter. Tout le monde ou presque se jette dans la mêlée aux bonnes affaires. Il suffit d’avoir quelque chose d’un peu rare à vendre ou à proposer. Ainsi, les petits propriétaires immobiliers qui benoîtement arrondissent leurs fins de mois en louant de-ci, de-là, et parfois plus, quelques mètres carrés, y vont déjà de bon cœur, estimant que le vacancier français, privé de sortie estivale, est plus dépensier que le touriste étranger, bloqué chez lui pour les mêmes raisons : https://www.nouvelobs.com/Les prix des locations en France pour les vacances d’été s’envolent déjà !

Vacanciers, attention ! « Avid19, protégez vos poches ! ».

Voici quelques exemples brutaux de la façon dont les appétits avides de certains se réveillent bien plus vite que ne s’étaient éveillés nos réflexes solidaires dans le premier mois de confinement.

Mais cette avidité s’est manifesté de façon plus subtile PENDANT le confinement et cela concerne encore la grande distribution mais aussi les grands de l’industrie de la bouffe. En effet, arguant qu’il était difficile de maintenir les réseaux habituels d’approvisionnement, les susnommés avaient obtenu des pouvoirs publics qu’il soit dérogé au principe sacro-saint de l’étiquetage sincère : https://actu.orange.fr/france/Coronavirus : la composition de certains aliments a été été modifiée, pas l’étiquette

Le motif invoqué « il faut écouler le stock d’emballage avec l’ancienne recette » était en soi risible. Vu les débits depuis trois mois, il est franchement ridicule. Et surtout ! Ne soyons pas naïfs et n’allons pas imaginer qu’ils ont profité de cette dérogation pour remplacer des produits bas de gamme par des ingrédients plus nobles, parce qu’ils auraient été disponibles. Et surtout, n’imaginez pas que de ce point de vue, le leur, on soit sorti de la crise. Pas vu pas pris. Afin de les aider à retrouver le chemin de la transparence, rien ne vous empêche de signer cette pétition https://www.foodwatch.org/fr/accueil/ lancée par l’association Foodwatch

Consommateurs attention ! « Avid19, protégez vos poches ! ».

Je pourrais multiplier le exemples sans trop de difficulté et c’est cela qui est désolant. L’avidité est un germe extrêmement virulent et qui se propage très vite.

Publié dans entreprises, l'économie comme on la subit | Tagué , , , | Laisser un commentaire

En germe, la fin de la pensée «economiste»?

Depuis le début de la crise sanitaire, le gouvernement français, conscient de ses carences en la matière, mais il n’est pas le seul dans le monde, s’appuie sur l’avis d’experts scientifiques avant de prendre les grandes décisions. Est-ce un prélude à la « république des savants »? Certains l’appellent de leur vœux, car, débarrassée des considérations partisanes, la décision publique leur paraîtrait plus rationnelle et donc ( ce « donc » est sujet à débat) plus conforme à l’intérêt général. D’autres la craignent car ce serait remettre le sort commun entre les mains de personnes dont l’expérience nous montre qu’elles sont sujettes à l’erreur comme tout être humain et que le consensus, indispensable pour être crédible, est rarement atteint dans ces doctes assemblées. Il n’empêche, les avis donnés par ces Hauts Conseils ont permis d’étayer des décisions qui, sans cela, auraient peut-être été plus contestées.

La crise sanitaire s’estompant, il faut bien maintenant affronter la crise économique et sociale que tout le monde annonce. Va pour la même recette. Appuyons-nous sur un collectif d’experts dans ces matières économiques et financières . Aussitôt pensé, aussitôt fait : https://www.lemonde.fr/Climat, inégalités, vieillesse… Macron s’entoure d’un cercle d’économistes pour penser l’après-crise

Tiens, tiens, un commission d’économistes présidée par un prix Nobel d’Economie, ça ne vous rappelle rien. Mais si, souvenez-vous, ce magnifique coup de communication réussi par le président de la République en 2008 pour penser « l’après-crise » financière de 2007-2008 Commission Stiglitz — Wikipédia. Ah ! Elle avait fière allure, cette commission, deux prix Nobel, classés à gauche, plus un économiste classé également à gauche,pour la piloter, plus une vingtaine d’économistes tous plus ou moins dans la même mouvance, pour redéfinir les instruments de mesure de l’activité économique.

Le résultat fut en théorie à la hauteur car même imparfait, le rapport final ouvrait de nouvelles pistes de réflexion https://www.vie-publique.fr/Rapport de la Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social -PDF-

Certes, certains dans les cénacles d’économistes, et au-delà car il n’y a pas que l’économie dans la vie, avaient trouvé que cette commission avait des tares de naissance rédhibitoires et en réponse avaient créé le Forum pour d’Autres Indicateurs de Richesse qui n’étaient pas composé que d’économistes, car il n’y a pas que les économistes pour nous expliquer le bonheur de vivre bien.

4 ans après, deux des animateurs de ce Forum FAIR tiraient un bilan plutôt désabusé des travaux de cette commission et l’usage qui en avait été fait : https://www.lagazettedescommunes.com/Quatre ans après, bilan de la Commission Stiglitz en interview croisée

C’est un fait que fondamentalement, nos économies n’ont pas beaucoup évolué dans le bon sens, puisque les inégalités n’ont cessé de croître, les dégâts faits à l’environnement n’ont pas vraiment diminuer, au contraire, et globalement notre sentiment de bien-être est plus un sentiment de mal-être qu’un sentiment de mieux-être. Bref, ce ne sont pas quelques chiffres de plus dans tableau de bord déjà chargé, qui ont changé notre vie.

Alors que penser de cette nouvelle commission Tirolle-Blanchard? Je laisse le soin de la présenter à un spécialiste, puisqu’il fut, à la fois, membre de la Commission Sen-Stiglitz-Fitoussi et cofondateur du FAIR, : https://blogs.alternatives-economiques.fr/De la « commission Stiglitz/Sen » de Sarkozy à la « commission Blanchard/Tirole » de Macron : un virage vers l’orthodoxie néolibérale, avec quelques nuances de rose

D’après lui, on ne peut rien en attendre. Personnellement étant optimiste de nature et sarcastique de tempérament je me demande si, insidieusement, l’intention ne serait pas autre chose que d’avoir LA réponse à la crise économique. Pour fonder mon impression, je reprends cette opinion, reprise en citation par Jean Gadrey:« le choix a été fait de privilégier une composition homogène en termes de profils et d’expertise, pour avoir les réponses des académiques sur les grands défis »

Au moins avec une telle commission, les choses seront claires : l’Académie aura rendu son oracle, mais nul n’est obligé de croire l’Académie, bien au contraire. Mais au moins, de ce côté-là, le terrain aura été déblayé : on saura ce qu’il ne faut surtout pas faire pour que les choses changent vraiment. En effet, l’Académie va dire ce qu’elle sait, c’est à dire ressasser ses recettes, qui n’ont pas marché et qui ne marcheront plus.

Il sera alors temps d’explorer de nouvelles pistes, cette fois sans les économistes, sauf pour reprendre l’image de Keynes, à les laisser « sur la banquette arrière ». Il sera temps en effet, de considérer que l’économie n’est plus l’alpha et l’omega du fonctionnement de nos sociétés, qu’elle n’est en fait pas vraiment une science mais un ensemble de techniques permettant, parfois, de mesurer avec précisions des phénomènes, le plus souvent de « prédire le passé », en l’expliquant mais totalement incapable d’établir des lois applicables par tous les temps et sous toutes les latitudes

L’économie retrouvera alors sa place et les économistes la leur qui est de rendre compte le mieux possible, de ce qui s’est passé en avançant quelques hypothèses sur ce qui pourrait se passer. Le reste, ce qui va se passer, c’est notre affaire puisque comme l’écrivit Bergson « L’avenir n’est pas ce qui va arriver, mais ce que nous allons faire. » !

Publié dans l'économie comme on la subit, l'économie comme on la voudrait | Tagué , , | Laisser un commentaire

En germe : Etats-Entreprises mondiales, le passage de relais ?

Cela fait déjà quelques temps que dans ces colonnes je vous parle de l’influence croissante des entreprises mondiales sur le fonctionnement de nos sociétés. En 2019, je faisais ainsi au mépris affiché par les GAFAM face aux rodomontades de nos ministres : GAFAM : Ils se moquent bien des Etats (et de nous par la même occasion)

En 2018, a travers cette mini-série de trois articles, j’essayais de faire le point sur cette question :
Etats-Entreprises, le bras de fer ou le sourire de velours? chapitre 1 le choc frontal
Etats-Entreprises, le bras de fer ou le sourire de velours? chapitre 2 une contre-offensive efficace?Etats-Entreprises, le bras de fer ou le sourire de velours? chapitre 3 amadouer pour mieux tuer

Mais voilà, il y a depuis maintenant près d’un semestre, cette crise sanitaire, dont on ne comprend pas encore bien toute l’importance, ni en quoi elle peut être un virage décisif dans l’évolution des différentes sociétés qui composent notre humanité. Il n’y a que quelques signaux, plus ou moins forts pour indiquer ce que cette mutation pourrait être.
Il y a toutefois un fait acquis, hormis deux ou trois exceptions, la plupart des Etats, qu’ils soient démocratiques, pseudo-démocratiques, non-démocratiques ou carrément dictatoriaux, ont eu des réactions plutôt inappropriées à cette pandémie. La croyance en la toute-puissance de l’Etat, plus ou moins ancrée dans l’esprit des peuples selon que la tradition étatiste est plus ou moins ancienne, en a pris un sérieux coup. La confiance sera peut-être dure à rétablir. Est-ce un bien, est-ce un mal ? Chacun y répondra selon ses convictions philosophiques, mais toujours est-il qu’il faudra bien, en cas de faillite constatée de l’Etat sous sa forme actuelle, trouver un succédané capable de faire un vivre-ensemble, rôle assumé jusque là par l’Etat.

En mettant en avant le rôle joué par les fondations d’entreprise, le journal Le Monde pose bien le problème existentiel que pose leur apparente réussite mais ne répond pas cette question, tout aussi essentielle : est-ce une alternative à l’Etat ? https://www.lemonde.fr/« La puissance de la Fondation Gates est, en creux, un révélateur des carences des Etats »

Bon pour l’instant, on reste dans le domaine du compassionnel et de l’action réparatrice et en cela Bill et Melinda Gates ne sont pas fondamentalement différents des dames patronnesses du XIX° siècle, si ce n’est par les moyens financiers dont ils disposent. Evidemment, les choses se compliqueraient si via leur puissance de feu financière, ces fondations se mettaient en tête de définir les politiques sanitaires et sociales des Nations, en lieu et place des Etats, voire des organisations internationales. Il y aurait une question de légitimité. Et je ne parle même pas de tentatives d’empiétement sur les domaines régaliens de la sécurité, de la monnaie ou de la collecte de l’impôt.

Même si une de ces multinationale a en projet la création de sa propre monnaie virtuelle, les grignotages de pans de pouvoirs restent pour l’instant discrets et l’action des entreprises mondiales ou de leurs fondations relève encore le plus souvent du pouvoir d’influence qu’on appelle en mauvais franglais « Soft power ».

Et puis, il y a les symboles de la puissance, ce que les Etats ont toujours brandi pour affirmer leur place sur l’échiquier mondial et chacun brandit les siens en fonction de ses talents. A ce propos rappelons-nous l’époque, pas si lointaine que cela de la guerre froide entre les Etats-Unis et l’Union des Républiques Socialistes et Soviétiques de Russie. Un des symboles de leur puissance respective a été la conquête de l’espace dont l’apogée a été d’atterrir sur la Lune. Cela peut semblait loin et terriblement désuet, d’avoir ainsi engouffré une part conséquente de la substance de ces Nations pour finalement mettre son drapeau sur un bout de caillou stérile. C’est oublier un peu vite que derrière cette « conquête » symbolique, il y avait d’autres conquêtes bien plus concrètes qui sont la maîtrise des télécommunications mondiales, par exemple.

Même si une hirondelle n’a jamais fait le printemps, je ne peux pas m’empêcher de faire un rapprochement entre ces deux informations
https://www.lesechos.fr/Le vol habité vers l’espace, une étape cruciale pour SpaceX
https://www.lesechos.fr/Le retour des Etats-Unis sur la Lune en 2024 de plus en plus compromis
Les Etats-Unis de Trump jette l’éponge alors que l’entreprise d’un milliardaire californien vient de lui lancer un nouveau défi.

Il est trop tôt encore pour dire s’il s’agit là d’un passage de relais, mais cela est peut-être un des scénarios de demain que la mise en évidence des limites actuelles du modèle « tout-Etat » rendrait plus vraisemblable.

Publié dans démocratie, je dis ton nom | Tagué , , , | Laisser un commentaire

En germe, pourra-t-on faire sans les Etats-Unis ?

Tout est parti de là et pourtant quand on regarde les bilans sanitaires, la Chine semble moins touchée que la plupart des autres pays. Cette anomalie nourrit évidemment des tas de rumeurs plus ou moins complotistes, depuis le tripatouillage des statistiques, jusqu’à l’accusation gravissime d’avoir sciemment déclenché cette pandémie en passant par le reproche à peine voilé d’avoir été maladroit voire inconscient dans des manipulations de laboratoire.

Bref, le temps est au « China bashing » et à la volonté de mettre pendant un certain temps la Chine au ban des nations, en commençant par des restrictions commerciales, inévitables si on veut relocaliser (voir les épisodes précédents).

Du coup, cela suscite cette interrogation (faussement naïve?) d’un observateur polyvalent , https://www.ouest-france.fr/POINT DE VUE. Peut-on faire sans la Chine ?

Evidemment, sa réponse est non, car on ne peut plus faire sans la Chine et d’ailleurs qui y aurait intérêt. Par contre, en filigrane se pose la question de « faire avec » et quels rapports de partenariat, d’alliance, de conflictualité nous devons avoir avec cet Etat-continent. Et quand je dis nous, cela veut évidemment dire, nous Européens, car nous, Français, cela fait belle lurette que nous ne pesons plus grand’chose aux yeux des dirigeants chinois.

Depuis 70 ans, nous faisons avec, et même à une certaine période, la guerre froide, beaucoup avec les Etats-Unis. Or ceux-ci, nonobstant le rôle funeste que joue leur actuel président sont, dit-on, un empire sur le déclin. Leur industrie n’est plus dominatrice, leurs forces armées ont montré leur incapacité à être les gendarmes du monde. Il leur reste toutefois, un grand pouvoir d’influence grâce à leurs nouveaux monstres économiques nés de la révolution internet. Cela n’a pas empêché le journal Le Monde de titrer ainsi https://www.lemonde.fr/Le « soft power » américain, fin de partie ? , histoire de souligner que l’impérialisme américain via ses réseaux d’influence habituel vivait peut-être ses dernières belles années. Et le succès des mouvements d’opinion, «#metoo » en 2018 et «#blacklivesmatter » en 2020, partis tous deux des Etats-Unis sont peut-être les derniers feux de cette capacité d’influence de la société américaine sur le reste de la planète.

A l’inverse, la Chine n’arrête pas de semer ça et là des petits cailloux qui rendent son influence grandissante. C’est parfois direct, comme les « routes de la soie », voire brutal, comme les achats massifs de terres en Afrique. Mais c’est parfois beaucoup plus subtil, surtout quand cela s’appuie sur des traditions ancestrales. L’exemple de la lutte contre la malaria est assez illustratif de la démarche. Face au blocus mené par les multinationales du médicament, la Chine a appuyé la démarche d’un des pays les plus pauvres du monde, Madagascar, dans le développement d’une thérapie à base de plantes, originaires de…..Chine https://www.france24.com/Malaria business : les laboratoires contre la médecine naturelle ?; subtil, lorsque les intérêts des laboratoires chinois rejoignent les intérêts des populations les plus démunies sur la base de convergences culturelles, aux antipodes du modèle imposé par des multinationales, en majorité américaine.

Donc, on ne fera plus sans la Chine. Mais pourra-t-on faire sans les Etats-Unis ? Pas plus car ils sont trop lourds. Il faudra faire avec les deux. Et pour peser dans ce monde qui progressivement est passé de la bipolarisation de la guerre froide à la multipolarisation de l’époque révolue de « la mondialisation heureuse », pour revenir progressivement à un monde qui se repolarise autour de trois ou quatre blocs dominants, il faudra être soi-même un pôle. Et cela seule, une Europe parlant d’une seule voie le permettra.

Du coup, la question en germe est , pourra-t-on faire, dans le monde, sans l’Europe ?

Publié dans mondialisation quand tu nous tiens, pour l'Europe | Tagué , , , , | 1 commentaire

En germe, doit-il toujours pleuvoir où c’est mouillé ?

En dix ans de temps, le billet le plus lu sur mon blog portait ce titre un peu sybillin « il pleut toujours où c’est mouille, vieux proverbe breton » qui parlait en fait de cette tendance lourde de l’économie mondiale qui aboutit à ce que les riches deviennent de plus en plus riches au point que c’ en est indécent et que les pauvres deviennent de plus en plus pauvres au point que c’en est révoltant

En ceci, la crise que nous traversons n’a pas fondamentalement changé la donne si on en croit cet article https://www.lefigaro.fr/Ces milliardaires américains qui se sont enrichis pendant la pandémie
C’est également ce que dit un des économistes les plus médiatiques de France : https://www.france24.com/Thomas Piketty : « Je suis frappé par la violence des inégalités sociales dans cette crise »

Naturellement, il en tire une conclusion qui colle pile-poil avec ses thèses antérieures: https://www.liberation.fr/Thomas Piketty : «Pour faire face à la crise du Covid, il faut créer un nouvel impôt sur la fortune»
https://www.youtube.com/watch?v=9PiLMJxJftU Il faut rétablir l’impôt sur la fortune
Sauf que cette fois-ci, il aurait peut-être raison : à période exceptionnelle, solution exceptionnelle. Quand on manque d’argent, soit on en fabrique, c’est ce qui a était fait lors de la crise financière de 2008, avec les conséquences qu’on connait sur l’entassement de masses financières inimaginables par le commun des mortels entre quelques mains, soit on va en chercher là où il y en a. C’est d’ailleurs ce qu’avait fait le Président Roosevelt et avant lui le président Wilson lorsqu’il fallut pour l’un financer l’entrée en guerre en 1917 et pour l’autre financer son New Deal et sortir de la Grande Dépression.

Or la lecture des palmarès de publications comme Forbes nous montre où se trouvent cet argent. Mais pour que cela soit efficace il faudrait que cette taxation à des taux confiscatoires (Roosevelt était passé de 63% à 91% pour le taux maximum) se fasse à une autre échele que la France. Reste alors à espérer que Monsieur Picketty est aussi écouté qu’il n’est lu Outre-Atlantique.

Mais si on reste en France, il y a quand même de la matière. En effet, la lecture sur ces 5 dernières années des titres des publications financières se passe de tout commentaire.
Quand les dividendes portent le CAC 40 à son record …13 mars 2015 
Dividendes records 2016 : qu’est-ce que cela annonce …
Le CAC 40 va verser 46 milliards de dividendes en 2017 | Le …
CAC 40 : 46,8 milliards d’euros de dividendes versés en 2018 …
Les dividendes du CAC 40 ont fortement augmenté en 2019

ou encore ceci
-https://www.latribune.fr/economie/france/la-tresorerie-des-grandes-entreprises-au-mieux-depuis-2007-513553.htmlLa trésorerie des grandes entreprises au mieux depuis 2007 Par latribune.fr | 14/10/2015
-https://www.credit-agricole.fr/entreprise/conseils/magazine/tout-un-mag/la-tresorerie-des-grandes-entreprises-s-ameliore-fortement.htmla trésorerie des grandes entreprises s’améliore fortement 04/05/2017 –
-https://www.afte.com/enquete-rexecode-de-juillet-2019-de-la-tresorerie-sur-les-grandes-entreprises-et-des-etiEnquête Rexecode de juillet 2019 de la trésorerie sur les grandes entreprises et des ETIRésumé de l’enquête : La situation de trésorerie des grandes entreprises et des ETI est en nette amélioration, après une tendance à la dégradation depuis octobre 2017.

Sans rétablir l’impôt sur la fortune, instaurer une taxation exceptionnelle sur les fortunes, y compris les patrimoines boursiers, et un taux d’imposition exceptionnel à 75% sur les plus hauts revenus (l’idée n’est pas neuve, mais la finance est elle toujours mon ennemi, contrairement à un autre) serait un signal fort envoyé à tout le monde que pour une fois le fardeau sera plus équitablement partagé.

Il restera quand même à réfléchir sur les mécanismes qui font que depuis deux décennies au moins, les richesses ont continument tendance à se concentrer entre un nombre de mains toujours plus petits. Et s’il arrivait, hasard heureux que ces mécanismes de taxation provisoires dont je viens de parler avaient contribuer à freiner cette tendance, peut-être serait-il judicieux alors de se poser la question de leur pérennisation.

Publié dans l'économie comme on la voudrait | Tagué , , | Laisser un commentaire

En germe, un nouveau contrat social?

Une des mesures phares de la loi PACTE (loi relative à la Croissance et la Transformation des Entreprises) est la possibilité offerte aux sociétés commerciales d’ajouter à leur objet social une raison d’être qu’on qualifiera faute de mieux de « morale ». Dans la loi, ce sont devenues des « entreprises à mission », joli trouvaille sémantique pour définir une vision plus éthique de la vie et le fonctionnement des entreprises. Cette loi a été promulguée, il y a un an environ le 22 mai 2019 et il semblerait qu’une première entreprise importante décide dans les prochaines semaines à franchir le pas https://www.la-croix.com/Danone s’apprête à devenir la première « entreprise à mission » cotée. Ce n’est pas très surprenant, dans la mesure où, lors du débat public qui a précédé l’examen de la loi au Parlement, les dirigeants de cette entreprise avaient été les plus enthousiastes dans la promotion de cette loi. C’est d’ailleurs une tradition dans l’entreprise depuis que son fondateur, Antoine Riboud avait assené à la tribune de ce qui s’appelait alors le CNPF que l’entreprise avait aussi des responsabilités sociales et environnementales : « Conduisons nos entreprises autant avec le cœur qu’avec la tête et n’oublions pas que si les ressources d’énergie de la terre ont des limites, celles de l’homme sont infinies s’il se sent motivé ». C’était en 1972, c’est à dire à une époque où un autre partenaire social, la CFDT prônait l’autogestion lors de son congrès d’Issy-les-Moulineaux et deux ans avant que, pour la première fois, un candidat écologiste, René Dumont, se présente à l’élection présidentielle.

Pourquoi ces petits rappels historiques, allez-vous me dire, puisque nous sommes en 2020, que le monde a changé, qu’une crise financière sans précédent a failli emporter le système économique dominant, il y a 12 ans, que nous sommes en train de vivre une crise sanitaire d’une ampleur exceptionnelle, qui peut dégénérer en crise économique aux conséquences imprévisibles, que nous savons maintenant que notre planète est confronté à un défi écologique qu certains nous prédisent cataclysmique ?

Ben justement, il est nécessaire de rappeler que cela fait près d’un demi-siècle que des voix utopistes ont indiqué la voie à suivre et que nous sommes encore à poser les premiers jalons de cette grande mutation.

C’est dans ce contexte qu’il convient de prendre acte des prises de positions publiques d’un certains nombre de dirigeants économiques parmi les plus puissants de la Terre https://www.novethic.fr/163 grands patrons de multinationales réclament une relance post-covid zéro carbone. Ce n’est pas nouveau mais dans un contexte où de nouvelles audaces sont permises puisque de toute façon les vieilles recettes ne seront pas efficaces, on peut faire semblant d’y croire en espérant qu’il ne faudra pas encire un demi-siècle pour passer à l’acte, car on n’a plus le temps.

C’est dans ce contexte qu’il convient aussi d’analyser cette initiative syndicale https://www.actu-environnement.com/« Notre nouveau syndicat veut lever le tabou de la casse sociale liée au désastre écologique ». Certes, avec une fédération syndicale créée par un prof de Science-Po, on est loin de la tradition syndicaliste ouvrière du XIX° siècle. Cela est vrai mais d’une part, nous ne sommes plus au XIX¨siècle et d’autre part cela fait belle lurette que la classe ouvrière ne forme plus les gros bataillons des travailleurs salariés.Alors, pourquoi pas, si comme l’affirme le promoteur de cette initiative, son « printemps écologique » vise les 95% de salariés non syndiqués, les salariés des PME-TPE et les salariés des start-up ?

Mais pour sympathique que soit sa démarche, il ne faudrait pas oublier que pour l’instant, ce sont les grandes centrales syndicales qui mènent le dialogue social pour les salariés et que c’est leur attitude qui doit donner le tempo dans la rénovation des relations salariat-patronat qui peut se profiler à l’horizon de cette crise. Or que disent-elles ces grandes centrales syndicales
https://www.cfdt.fr/portail/outils/autres-outils/la-crise-et-l-apres-les-revendications-cfdt-srv1_1118788 LA CRISE ET L’APRÈS : LES REVENDICATIONS CFDT…
https://www.cgt.fr/actualites/social/environnement/urgence-sociale-et-environnementale-meme-combat Urgence sociale et environnementale, même combat !
https://www.force-ouvriere.fr/fo-milite-pour-concilier-environnement-et-justice-sociale FO milite pour concilier environnement et justice sociale

Une telle unanimité syndicale est suffisamment rare pour être soulignée.

Tous les ingrédients seraient-ils réunis pour que la responsabilité environnementale des entreprises soit un nouveau « grain à moudre » dans le cadre du dialogue social ? Sur le papier, certainement. Dans la pratique, c’est moins sûr car il va manquer un élément essentiel, les instruments de mesure permettant de vérifier d’un côté comme de l’autre qu’on va dans le bon sens.

Vaste sujet de discussion. Laissons la place aux experts !

A cet égard, il sera sûrement passionnant de voir quels outils mettra en place Danone pour mesurer le niveau d’atteinte des quatre objectifs que l’entreprise a défini pour créer de la « valeur durable » :
-l’amélioration de la santé « grâce à un portefeuille de produits plus sains »,
-la préservation de la planète « en soutenant l’agriculture régénératrice »,
-une meilleure participation des salariés à la construction du futur de l’entreprise,
-la promotion d’une « croissance inclusive ».
Déjà expliquer ce que chaque objectif signifie ne va pas être chose simple !

C’est toujours au pied du mur qu’on voit les véritables maçons…et les autres.

Publié dans l'économie comme on la voudrait | Tagué , , , | Laisser un commentaire

En germe, la relocalisation ?

Voilà un autre mot-valise du confinement, la relocalisation de l’activité industrielle.
C’est vrai, cela a été vécu comme une humiliation, cette incapacité des économies occidentales et particulièrement de l’industrie française, à fournir rapidement le matériel de protection sanitaire basique dont la pénurie provoqua en mars 2020, panique et polémique, comme souvent quand une société est au bord de la crise de nerf. Certes, on avait déjà oublié que dès le début de la pandémie, ce sont des avions européens qui envoyaient, discrètement, en Chine ces équipements sanitaires de base qui alors manquaient pour faire face à ce qu’on croyait alors une petite épidémie localisée. Nous n’avons retenu que les images, plus largement médiatisées, des avions cargos chinois livrant en Italie puis en France des centaines de milliers de masques, histoire de bien souligner que nous étions incapables de produire des « machins » aussi simples.

C’était peut-être oublier un peu vite l’histoire lamentable qui a été depuis largement narrée de cette usine briochine (de la région de Saint-Brieuc en Bretagne pour ceux qui ne sont pas familiarisés avec les gentilés irréguliers), capable de produire 220 millions de masques par an et qu’un actionnaire américain laissa dépérir parce que la demande publique ne suivait plus.

Toujours est-il que cette mésaventure, et d’autres encore, ont peu à peu décillé les yeux des dirigeants économiques publics et privés. Du coup, le mot d’ordre « il faut relocaliser » sonne un peu comme le glas d’une mondialisation qui n’en finit pas de décevoir les espoirs que certains avaient mis en elle.

La tendance sera-t-elle lourde ou s’agira-t-il juste d’un ajustement à la marge ? Les paris sont ouvert Certains y croit assez fortement https://www.novethic.fr/avec le coronavirus, la relocalisation vers la France pourrait (vraiment) avoir lieu

Venant d’un site dont les principaux soutiens ont les deux pieds dans la mondialisation heureuse, c’est un aveu de taille. Mais notons toutefois que dans la fin de l’article, le propos est déjà plus nuancé : on ne pourra pas tout relocaliser et surtout il ne faudrait pas que le balancier aille trop loin dans un sens après avoir été très très loin dans l’autre et que cela se traduise par un repli protectionniste, car les rétorsions pourraient être sévères. Rétorsion ? Mais de qui donc ? Devinez.

C’est aussi ce que dit cet article https://www.capital.fr/Industrie : un retour massif au Made in France s’annonce difficile qui se veut réaliste. En deux mots, on aura beau faire, dès qu’il s’agit de production de masse il y aura toujours l’effet prix qui viendra perturber toute tentative de chauvinisme économique. Le « buy French » comme on dit en bon Franglais a ses limites dont la moindre n’est pas le pouvoir d’achat.

D’ailleurs, c’est une constante du discours économique de nos dirigeants dès que les choses vont mal et chaque fois, cela s’est révélé une gageure difficile à tenir : https://www.lemonde.fr/Relocalisation : l’éternel retour du « Made in France »

La seule chose qui pourrait changer la donne, c’est peut-être le pragmatisme des industriels eux-mêmes. En effet, dans leurs décisions économiques, il n’y a pas que le prix qui entrent en ligne de compte, il y a aussi d’autres facteurs comme la maîtrise du risque, le contrôle de la chaîne de création de la valeur, la solidité de cette chaîne. D’ailleurs, leur porte-parole quasi-officiel, le think tank, l’Institut de l’Entreprise, dont la lecture pendant ces semaines de confinement a été édifiante ne dit pas autre chose lorsqu’il arrive à cette conclusion : https://www.institut-entreprise.fr/Les 1er jours d’avec : les entreprises veulent une nouvelle mondialisation. Voilà les choses sont dites. Hors de question de revenir sur la mondialisation, il faut en modérer les excès et si relocalisation, il y a, elle se fait dans le champs européen, ce qui est somme toute logique dans le cadre du grand Marché Unique. Incidemment, cela amène à ouvrir une autre piste, identifier un autre germe d’avenir concernant les conditions de concurrence dans ce Grand Marché Unique : même législtation fiscale, même législation sociale, mêmes normes avec évidemment même niveau de contrôle de leur application, etc…

Je note enfin que dans cet article, l’Institut de l’Entreprise consacre autant de temps à parler de RSE et de développement durable que de démondialisation. Cette piste sera évoquée demain….si vous le voulez bien.

Publié dans l'économie comme on la voudrait, mondialisation quand tu nous tiens | Tagué , , , | Laisser un commentaire

En germe, le télétravail

Au hit-parade des mots-valises issus de la crise, voilà bien l’un des grands vainqueurs, le télétravail. Il y a seulement deux mois, bien peu savaient de quoi il s’agissait et surtout comment ça pouvait bien fonctionner. Les plus audacieux, ceux qui avaient découvert la Toile à ses débuts, vers 1990, (à l’époque, on appelait ça « les autoroutes de l’information », c’était poétique!) avaient envisagé son utilisation à titre expérimental, dès l’hiver 1995, pendant ces semaines où les bottes rigides de Juppé nous avaient fait marcher plus que notre saoul. Mais à l’époque, c’était un peu comme si on avait proposé des vols charters low cost aux Parisiens venus voir Lindbergh atterrir au Bourget.

Depuis, certains pays s’y étaient mis et bizarrement pas la France. Nécessité fait loi, dit-on et c’est ainsi que le confinement accoucha d’un beau bébé, le télétravail généralisé. La question est maintenant : est-il viable ? Et si oui qu’est-ce que cela va changer dans nos vie ?

Cet article essaie d’y répondre https://www.actu-environnement.com/La France prendra-t-elle le virage du télétravail ? Tout d’abord, il convient de noter que la principale raison invoquée pour la faible pénétration du télétravail dans les pratiques des entreprises tient à la méfiance des employeurs, qui veulent avoir le contrôle visuel de leurs « subordonnés » (là on ne parle plus de collaborateurs). Cela est un petit écho à un des livres que j’envisage de chronique « la société de défiance, quand le modèle social français s’autodétruit ».
Ensuite, en se fondant sur des sondages en situation, l’article en question montre une large adhésion des salariés sur la base de jugements où se mêlent confort personnel et protection de la planète. Afin d’être tout à fait transparent, il convient de souligner que ces sondages ont été fait alors que la phase de confinement n’était pas encore terminée, soit après trois semaines à un mois de pratique. Cela permet de relativiser tout jugement définitif. C’est d’ailleurs un peu la tonalité de cet autre article paru à la fin du confinement, https://www.novethic.fr/le télétravail : nouvelle norme pour les entreprises ? Où on apprend notamment que si PSA est prêt à passer au tout-télétravail pour ses administratifs, commerciaux et chercheurs, les pionniers du télétravail, les boîtes d’informatique comme IBM ont fait marche arrière et réouvert leur bureau

Hé oui ! Car déjà se sont faites entendre quelques voix discordantes pour affirmer que ce télétravail, ce n’était pas la panacée, dans la durée https://www.lefigaro.fr/Organisation en télétravail : ni une «planque», ni une solution miracle
Quelle découverte ! Le travail salarié, ce n’est pas que l’échange d’un temps de vie contre une rémunération, c’est aussi la création de liens sociaux, des échanges informels, de ces petits trucs qui ne servent à rien pour accroître la productivité immédiate mais sans lesquels, les entreprises, notamment es plus grandes ne seraient pas ces lieux de création qu’elles sont encore le plus souvent La leçon mérite d’être méditée au moment de passer à un autre mode de relations professionnelles.

Mais déjà certains ont en tête d’investir l’espace privé de leurs salariés, avec les meilleures intention du monde https://www.institut-entreprise.fr/Gecina : repenser le logement comme lieu de vie et de lien social
Et c’est vrai que travailler là où l’on vit, ou vivre là où on travaille n’est pas sans incidence sur la façon dont les uns et les autres vont s’approprier cet espace. Cela n’est pas sans poser des questions sur la porosité des sphères de vie.C’est évidemment à mettre dans la balance avec tous les aspects positifs qu’induit le fait de travailler sans quitter son logement. Dans les grandes villes, cela remet en cause les fondements de l’urbanisme, notamment la place de l’immobilier professionnel, puisque un même bureau pourrait être occupé en alternance par deux, trois voire quatre salariés, notamment aussi l’organisation des transports publics et de manière général des infrastructures de transport puisque la majeure partie des déplacements urbains quotidiens sont des trajets domicile-travail. En dehors des grandes villes, cela pose aussi d’autres questions comme la place de la voiture (faut-il systématiquement un second véhicule pour aller au travail?), sur la qualité des infrastructures de communication car sans accès fluide à internet, le télétravail n’a pas grande efficacité.

Mais à travers les réactions des uns et des autres, la question fondamentale que pose la généralisation du télétravail est la modification des relations de travail que cela induit, et qui nous renvoie à la question qui sous-tend tout le dialogue social à la française, le manque de confiance entre les partenaires sociaux. Les salariés y voient un risque de phagocytage de leur vie privée et ils n’ont peut-être pas tort si on en croit l’expérience des deux mois passés. Les patrons y voient un relâchement du lien hiérarchique, lié à l’éloignement et certains même redoutent des phénomènes d’absentéisme présentiel, si je peux me permettre cet oxymore. Mais encore une fois, dans ce domaine comme dans d’autres, une des leçons de cette crise est que la confiance ça n’est pas inné, ça se construit : https://www.lefigaro.frLa confiance ne se décrète pas, elle se co-construit

Pragmatique, le patron du MEDEF apporte une conclusion, provisoire à ce début de débat http://decouverte.challenges.fr/Le télétravail ne doit pas devenir la norme, estime le patron du Medef
C’est une évidence mais maintenant qu’ils y ont goûté massivement les partenaires sociaux vont en faire leurs choux gras et gageons que dans les prochains mois les accords d’entreprise sur le télétravail vont commencer à fleurir avec à la clé une demande d’un petit coup de pouce d’argent public pour faciliter la transition.

Espérons simplement que dans ces négociations, on n’oubliera pas que cette mutation n’est pas totalement neutre en ce qui concerne les fondements de notre droit du travail, en matière d’urbanisme, en matière d’équipement des ménages, en matière d’infrastructures publiques. Cela mériterait peut-être un petit cadrage législatif, non ?

Publié dans l'économie comme on la voudrait | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Les germes de demain

Les Asiatiques qui, manifestement, sont plus à l’aise que nous culturellement face aux crises savent très bien que chaque crise, c’est autant d’opportunités nouvelles de faire bifurquer les voies de l’Histoire.

Dans chaque crise, il y a donc les éléments permettant de la dépasser, pour peu évidemment qu’on y prête attention. Mais il convient toutefois de faire attention à ces germes d’avenir et j’emploie à dessein ce mot car son ambivalence décrit bien les alternatives auxquelles nous serons confrontés. En effet, un germe c’est bien sûr cette petite excroissance du grain d’où va naître la plante de demain, mais c’est aussi, et cela nous le savons bien depuis quelques mois, ce microscopique élément vivant capable d’assommer la plus robuste constitution.

Maintenant que l’actualité n’est plus totalement phagocytée par les bilans quotidiens déprimants par leur lancinante monotonie ou par les interminables tables rondes entre experts de tous et n’importe quoi mais surtout pas du sujet qui nous préoccupe, elle retrouve un peu de sa diversité et de nouveaux sujets ont émergé. Certains sont porteurs de germes d’avenir pour le meilleur ou pour le pire.

De la même manière que je ne propose, dans le précédent billet, d’explorer les écrits passés pour montrer que beaucoup a déjà été dit sur nos avenirs possibles, je me propose de faire un petit tour dans ces germes d’avenir où nous parlerons bien sur relocalisation, télétravail, Europe, transition écologique, responsabilité sociale et environnementale des entreprises, fiscalité et toutes ces petites pistes qui feront peut-être notre « #jourd’après », du moins si « #letempsestvenu » de ces idées.

Publié dans l'économie comme on la voudrait | Tagué | Laisser un commentaire

« Les leçons d’hier » Introduction, ma petite librairie

Voici brut de décoffrage l’inventaire d’une partie de ma bibliothèque, classé pour l’instant dans un ordre presque chronologique, c’est à dire en se calant sur quelques grandes crises qui ont traversée notre histoire

La crise financière de 2007/2008

Commençons par la crise la plus récente, cette de 2007-2008, dite crise des subprimes, qui faillit mettre toutes nos banques au tapis, qui plomba durablement la dette des Etats et nous amena à réfléchir à la façon dont nos économies ne fonctionnaient plus. Des tas de questions sont alors remontées à la surface. Les premières à émerger interrogeaient le modèle économique qui avait failli nous mener à la catastrophe, voire la science économique elle-même :

Paul Krugman « Pourquoi les crises reviennent toujours » Seuil 2009

Frédéric Lebaron La crise de la croyance économique Edition du Croquant 2010.

Manifestement, la crise due à l’explosion de la bulle spéculative liée aux débuts de l’Internet n’avait pas servi de leçon algré l’avertissement lancé par Joseph Stiglitz « Quand le capitalisme perd la tête » Fayard 2003

Il y eut même cet étrange petit opuscule qui devait nous faire réfléchir sur les particularismes de la société française : Yann Algan et Pierre Cahunc « La société de défiance , quand le modèle social français s’autodétruit» Edition Rue d’Ulm 2008

C’est à cette époque aussi que s’est constitué ce groupe d’économistes hétérodoxes qui s’appelaient eux-mêmes « les économistes atterrés » https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_économistes_atterrés

Pus classiquement, un prix Nobel d’économie qui s’était fait une réputation sur un sujet a continué à le creuser comme ici, sur la dénonciation des inégalités

Joseph Stiglitz « Le prix de l’inégalité » Les liens qui libèrent 2012

Joseph Stiglitz et Andrew Charlton « Pour un commerce mondial plus juste » Poche 2010

Et puis, il y eut cette initiative, baroque de sa part, prise par le Président de la République Française de l’époque de convoquer le ban et l’arrière-ban des économistes mondiaux pour une remise à plat des indicateurs économiques traditionnels (la commission Stiglitz-Sen du nom de ses deux principaux animateurs), à commencer par le fameux Produit Intérieur Brut dont on sentait qu’il ne pouvait plus vraiment être un bon indicateur pour les politiques. Cela permit à une école de pensée de creuser un peu plus cette notion de richesse dont la croissance était à la base de l’élaboration du concept de PIB. Tout est parti d’un livre, que je n’ai pas lu, écrit par Dominique Méda « quest-ce que la richesse ? » et surtout du rapport que fit Patrick Viveret à la demande du Secrétaire d’Etat Guy Hascoët en 2004 et qui déboucha sur ce livre Patrick Viveret « Reconsidérer la richesse » Edition de l’Aube poche 2010. Regroupés pour la plupart dans le collectif FAIR, Forum pour une Alternative aux Indicateurs de Richesse, plusieurs économistes s’attaquèrent à cette notion de richesse ou de prospérité

Jean-Marie Harribey « la richesse, la valeur et l’inestimable » Les liens qui libèrent 2013

Juliet Schor « La véritable richesse, une économie du temps retrouvé » Ed. Charles Léopold Mayer 2013

Direction Isabelle Cassiers ouvrage collectif Redéfinir la prospérité Ed L’Aube 2013

Il n’est pas jusque au grand patronat qui se posa, à sa manière, la question de la création de la valeur et de son partage Institut de l’entreprise Revue Societal 1° Trimestre 2012 « Partager la valeur ». D’une certaine façon le livre de Hugues Sibille et Tarik Ghezali « Démocratiser l’économie » Grasset 2010, y répondait par anticipation. Comme quoi déjà, lors de la précédente crise, l’ESS était présenté comme la solution de sortie de crise.

Crise écologique de…puis quelques temps déjà

Au même moment, la crise majeure qui menace la planète était déjà en route mais comme il s’agit d’une crise « rampante », on ne la voit pas trop . Je veux parler de la crise écologique. Malgré la publication du fameux rapport Stern en 2006https://fr.wikipedia.org/wiki/Rapport_Stern , la COP 15 à Copenhague fut un désastre et cet échec fut en quelque sorte un électro-choc qui réveilla bien des conscience et généra une littérature assez abondante dont j’ai déjà parlé un peu à l’époque (voir les prochains épisodes) et d’autres qui ont commencé à mettre sérieusement les pieds dans le plat du modèle économique dominant, maintenant qu’un certain nombre de tabous avaient été brisé par ce fameux rapport, rédigé, non pas par un écologiste un peu enflammé mais par le très sérieux vice-président de la Banque Mondiale

direction Robert Solow ouvrage collectif « Changement de climat, changement d’économie ? » Albin Michel 2011

On osait même parler plus ouvertement de décroissance Jean Gadrey « Adieu à la croissance » Ed les petits matins 2011

Denis Bayon, Fabrice Flipo, Francis Schmenker « La décroissance 10 questions pour comprendre et débattre » La découverte 2012

D ‘autres plus pragmatiques se contentaient de semer des petits cailloux pour montrer que les petits gestes, mis bout à bout pouvaient infléchir le cours des choses Pascal d’Erm « Ils l’ont fait, ça marche edition les petits matins » 2013

Toutes les crises ne sont pas économiques ni sanitaires……

Alors même que l’économie se remettait à peine de l’explosion de la bulle Internet, un événement eut lieu en Septembre 2001 à New York qui au delà de la crise géopolitique qui s’ensuivit, provoqua un traumatisme majeur et durable dans les opinions publiques partout dans le monde, dans un sens ou dans l’autre. Cela inspira à un ingénieur et philosophe,Jean-Pierre Dupuy, plusieurs opuscules

« Pour un catastrophisme éclairé » Ed Le Seuil 2002

« Avons-nous oublié le mal ? » Ed Bayard 2002

« petite métaphysique des tsunamis » Ed Le seuil 2005

…Mais les crises ne datent pas d’hier

Plus loin dans le temps, il y a eu la grande crise de 29, conséquence d’une fin de guerre mondiale mal gérée et qui déboucha aux Etats-Unis sur le New Deal qui fut le triomphe des thèses d’un économiste jusque là très classiques. Cette période lui inspira plusieurs écrits entre 1925 et 1937 repris dans ce recueil au titre évocateur

J.M.KEYNES « La pauvreté dans l’abondance » coll. TEL Ed.Gallimard 2010

On en avait à peine fini avec la crise aux Etats-Unis que l’enfant monstrueux que cette crise avait engendré en Europe menait à une nouvelle guerre et une défaite humiliante pour la France, qui la jeta dans une crise morale. Celle-ci, alors que le pays était occupé, fit émerger une littérature, qui oscillait entre la vision corporative du pétainisme et la vision social-chretienne issue du mouvement du Sillon de Marc sangnier, d’où cet étrange recueil paru en janvier 1942 au titre qui sent fort le ticket de rationnement

« L’économie sans abondance « ouvrage collectif Editions du Cerf collection rencontre Janvier 1942

En guise de conclusion provisoire

Pour bien situer le débat sur la place et le rôle de l’économie, il convient parfois de se référer à quelques grands classiques, pas si vieux d’ailleurs

Amarta Sen L’économie est une science morale 1999 La découverte réed 2003

Voilà, je ne suis pas sûr qu’en ayant lu tout ça, on obtienne forcément les réponses à toutes les questions que nous posent la crise que nous traversons mais ce sont vraisemblablement des petits lumignons qui devraient permettre à ceux qui auront des décisions à prendre, de le faire en meilleure connaissance de cause. En effet, si cette crise est inédite, elle n’est pas exceptionnelle et par bien des côtés, les leçons qu’on a pas su entendre les fois précédentes, peuvent servir cette fois-ci.

Du coup, je vais essayer de relire tous ces bouquins pour pouvoir vous en faire part.

Publié dans l'économie comme on la voudrait | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

#lesjoursd’après : Les leçons d’hier et les germes de demain

Maintenant que les corps se déconfinent, les esprits aussi commencent à se délier. Les uns et les autres commencent à découvrir leurs pensées sur la façon dont les choses pourraient évoluer. On voit ainsi apparaître des initiatives qui, sans cet épisode sanitaro-sécuritaire, n’auraient peut-être pas vu le jour ou du moins n’auraient pas émerger de cette façons-là. Il y a peut-être dans tous ces fragments de pensée et ces bribes d’intention les germes de demain, pour le meilleur mais aussi peut-être pour le pire. Dans les jours qui viennent, j’essayerai d’en discerner quelques uns comme autant de petits cailloux blancs sur la voie du «#letempsestvenude… ».

Mais d’un autre côté, il ne vous a pas échappé que toutes les crises ont fait germé une littérature abondante pour disséquer ce qui s’était passé, por expliquer que cela était prévisible, pour disserter sur la façon de rendre cela impossible à l’avenir et surtout sur l’art et la manière de faire de cet accident de l’histoire un bien, une façon de concevoir un monde meilleur, forcément meilleur. J’ai donc fait un (petit) plongeon dans ma bibliothèque personnelle pour voir ce que les épisodes précédents avaient produit ; Il en ressort que beaucoup de choses ont été écrites pour expliquer comment on aurait pu mieux faire, comment on pourrait mieux faire et pourtant,….on a souvent rien fait. Un petit retour en arrière sur les leçons d’hier s’avère nécessaire pour comprendre (ou pas) pourquoi ces bonnes recettes n’ont pas été appliquées afin que cette fois-ci, on ne perde pas un temps fou à écrire, puis à lire, d’excellents ouvrages dont les effets seront nuls.

Deux séries d’articles donc qui vont scander la phase 2 du déconfinement, jusqu’à l’été donc.

A demain pour le premier épisode

Publié dans l'économie comme on la voudrait | Tagué , | Laisser un commentaire