De l’intérieur du parti, petite ballade dans le territoire des désillusions

Avertissement : ce billet a été écrit suite à la publication du livre de Cécile Duflot mais non publié pour ne pas « nuire au parti » EELV. Lire la suite

Publié dans COUPD'GUEULE | 2 commentaires

TAFTA : les manipulateurs ne font pas dans la dentelle.

Certains pensaient que les fuites  organisées par Greenpeace Pays-Bas avaient mis du plomb dans l’aile des négociations, jusque là secrètes, entre les Etats-Unis et la Commission Européenne, représentant unique et exclusif des 27 Etats de l’Union. http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/05/02/ou-en-est-le-projet-de-libre-echange-transatlantique_4911922_3234.html Où en est le projet de libre-échange transatlantique ? Lire la suite

Publié dans mondialisation quand tu nous tiens | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Le mentir vrai des médias

C’est bien connu, la presse ne ment jamais, ou alors très rarement et plus par manque de vigilance que par excès de zèle. Du moins, j’aime à le croire, sinon cela ne servirait à rien que je parte d’articles de presse pour développer ma réflexion sur le monde tel qu’il va plus ou moins bien.  C’est bien connu aussi, tout l’art du journaliste ou plutôt de son rédacteur en chef est dans le titre, suffisamment accrocheur pour attirer l’attention, suffisamment fort pour marquer les esprits, au point parfois d’oublier le contenu de l’article proprement dit. Lire la suite

Publié dans développement durable | Tagué , , , | 1 commentaire

Transition énergétique et transactions énergiques

Le 25 avril dernier la ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer lançait la conférence environnementale qui devait marquer que ce gouvernement est bien, comme l’a affirmé le premier ministre, le gouvernement le plus écologique que la France ait connu Lire la suite

Publié dans développement durable | Tagué | Laisser un commentaire

Mieux vaut en rire-rubrique inépuisable- n°121: Est-ce à ça qu’on reconnaît une métropole ?

« Dépêchons-nous d’en rire aujourd’hui, de peur d’avoir à en pleurer demain. »Beaumarchais

« L’humour est la politesse du désespoir. » Oscar Wilde

« On peut rire de tout mais pas avec tout le monde. » Pierre Desproges

« Pour ce que rire est le propre de l’homme. » Rabelais

Est-ce à ça qu’on reconnaît une métropole ?

La métropolisation de la France a été réclamée à cors et à cris par certains économistes comme la meilleure défense de notre économie contre la mondialisation. Le raisonnement pour étayer cette revendication était aussi péremptoire qu’injuste. Dans une économie mondialisée, disent-ils, l’essentiel de la valeur est créée dans les métropoles où se concentrent la recherche, les capitaux et les centres de décision. C’est fort de cette conviction que les socialistes qui n’en n’ont plus beaucoup (de conviction) ont commencé la réforme territoriale de madame Lebranchu par la sacralisation du fait métropolitain. J’ai déjà dit tout le mal que j’en pensais par ailleurs et notamment la nullité de la réflexion politique de la ministre dans cette affaire mais cette décision a des conséquences inattendues. Enfin pas tant que ça quand on y réfléchit. En effet qui dit centre de décision et capitaux dit hauts revenus et qui hauts revenus dit dépenses ostentatoires. Et c’est pourquoi, nous avons ceci http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/automobile-premiere-concession-bretonne-pour-maserati-03-05-2016-266956 Automobile. Première concession bretonne pour Maserati

Est-ce à ce genre de détail qu’on va reconnaître maintenant les villes françaises qui ont véritablement une vocation métropolitaine ? Brest figurent sur cette liste tout comme Grenoble Strasbourg ou Montpellier. Nancy est sur les rangs, de même que Dijon et d’autres villes de moindre envergure. Heureusement qu’il n’y a pas que cette marque automobile pour symboliser le luxe tapageur sinon elle aurait eu du mal à répondre à la demande.

Publié dans pacte républicain, territoires | Tagué , , | Laisser un commentaire

Mieux vaut en rire-rubrique inépuisable n°120 La poésie atteint des cimes à Bercy

La poésie atteint des cimes à Bercy

Les gens de Bercy, hommes de chiffres et d’argent, n’ont pas la réputation d’être des grands poètes, loin s’en faut. Ils font plutôt dans l’austère et le costume gris anthracite sur chemise blanche et cravate unie, rouge les semaines paires et bleu clair les semaines impaires. Et pourtant lorsqu’il s’est agi de trouver un nom pour le fichier chargé de suivre les redressements fiscaux, ils ont trouvé ceci https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000032507625&dateTexte=&categorieLien=id Arrêté du 1er mars 2016 modifiant l’arrêté du 2 octobre 2012 portant création d’un traitement automatisé de données à caractère personnel de suivi du contrôle fiscal à la direction générale des finances publiques dénommé « ALPAGE »  Avouez que ça en jette un plus que les noms barbares dont sont affublés la plupart des productions du ministère des finances qui sont dans leur version papier plutôt baptisés CERFA 2045, etc…. A lire ce joli nom, on sent l’air pur vous envahir les poumons et avec lui la bonne odeur d’herbe et de fleurs sauvages en entendant au loin le bêlement grêle du mouton qu’on tond ou le beuglement long de la vache qu’on trait. Remarquez, pour ce qui est de la tonte ou de la traite, cela a au moins le mérite de décrire ce à quoi ce fichier doit servir. Mais, noyé dans la poésie bucolique, ça passe. Hélas, le rêve passe, en effet, les brillants esprits, parfois fertiles, qui encombrent les services de la Direction des Finances Publiques de l’Etat a manqué de créativité pour terminer l’acronyme. Il leur manquait un U  pour trouver le bon nom. A moins que par malice, ils l’aient volontairement omis. Si cela est, non seulement, on cultive la poésie à Bercy mais aussi l’humour noir et une connaissance certaine de l’argot car tout le monde ne connait pas le sens du verbe ALPAGUER.

Publié dans administration publique | Tagué , | Laisser un commentaire

RSE : Ma chère entreprise

J’avais bien dit que j’allais commencé un nouveau concours, celui des classements les plus absc..Du coup, je suis allé dans mes archives à absconneries et j’ai trouvé cela. http://www.ouest-france.fr/economie/et-le-ndeg1-des-entreprises-ou-il-fait-bon-travailler-est-4115497 Quelle sont les entreprises où il fait bon travailler ?

J’avoue à ma grande honte qu’à part l’entreprise qui entretient les caries dentaires de nos gamins à coup de barres chocolatées, je ne connaissais pas les entreprises du podium. Cela dit, je ne dois pas être le seul et d’ailleurs ça n’a aucune espèce d’importance. En effet, ce qui est important c’est que l’entreprise ait des pratiques qui ne fassent pas honte aux salariés qui y travaillent.

Voici pris au hasard dans la presse de ce jour-là quelques titres

IBM France annonce 360 suppressions de postes

300 postiers manifestent à Paris contre les réductions d’effectifs

La famille Rockefeller quitte l’industrie du pétrole

Les salariés de McDonald’s réclament 13 euros de l’heure

Chez Vuillermoz, pas de pointeuse, les salariés ont la clé de l’usine

Chez Téléperformance, mail obligatoire pour demander une pause-pipi

Armani n’utilisera plus de fourrure animale dans ses collections

Emploi. Le contrat « zéro heure » explose au Royaume-Uni

Royaume-Uni. Un PDG fait don de 9 millions d’euros à ses salariés

Et vous si vous deviez choisir entre ces différentes entreprises et ces différents pays, laquelle ou lequel choisiriez-vous, a priori ? C’est à peine moins abscons que les classements des cabinets. Reste bien l’option d’aller regarder les bilans RSE des entreprises qui en font. Cela suppose évidemment que ces bilans RSE soient le plus transparents possibles et prennent en compte la globalité de l’entreprise, dans le sens où on parle « d’entreprises globalisées » et alors là on touche à une question qui a animé un début de polémique en France sur les limites de l’exercice

http://www.atlantico.fr/decryptage/quand-bruno-roux-acharne-contre-entreprises-francaises-eric-verhaeghe-2636200.html Quand Bruno Le Roux s’acharne contre les entreprises françaises

Manifestement la loi sur le devoir de vigilance des maisons mères sur leur filiale en gène plus d’un et ça se comprend. En effet, quand on y regarde de plus près, on peut très bien avoir en France une maison-mère qui choie ses salariés du siège mais qui à l’autre bout de la chaîne, actionne des filiales dont le fonctionnement rappelle plus Zola ou Dickens que le guide des bonnes pratiques de l’Observatoire de la Responsabilité Sociale des Entreprises (ORSE).

Publié dans RSE | Tagué , , , , | Laisser un commentaire