Faut-il en rire ? 2/4

Il y a dans l’actualité des situations qui prêtent à l’ironie, qui pourraient même nous faire sourire mais dont nous ne sourions finalement pas parce que même si Beaumarchais, Oscar Wilde et Pierre Desproges ont raison, il y a quand même des limites à ne pas franchir Lire la suite

Publicités
Publié dans COUPD'GUEULE | Tagué , , | Laisser un commentaire

Faut-il en rire ? 1/4

Il y a dans l’actualité des situations qui prêtent à l’ironie, qui pourraient même nous faire sourire mais dont nous ne sourions finalement pas parce que même si Beaumarchais, Oscar Wilde et Pierre Desproges ont raison, il y a quand même des limites à ne pas franchir. Lire la suite

Publié dans COUPD'GUEULE | Tagué , , | Laisser un commentaire

Suppression des contrats aidés : Mesure à effet immédiat

Comme un peu partout en France, les associations du Pays de Morlaix ont décidé de montrer leur inquiétude face à la suppression des contrats aidés qui leur permettaient de disposer de moyens humains suffisants pour mettre en œuvre leurs projets malgré le ralentissement généralisé des soutiens financiers des collectivités publiques : https://www.ouest-france.fr/Morlaix. Emplois aidés : les associations broient du noir On peut regretter une telle dépendance aux contrats aidés, au motif que ces contrats sont quand même d’une grande précarité et plutôt peu gratifiants pour ceux qui les occupent. On peut également regretter que les associations soient contraintes d’y recourir comme palliatif financier au manque de ressources pérennes. Mais nul ne peut ignorer le cri d’alarme qu’elles lancent quand elles disent que c’est vraisemblablement le plus grand plan social qui est en train de s’organiser dans la plus complète indifférence. Et encore, on peut dire qu’elles sont en dessous de la vérité. En effet, la mesure a à peine été annoncé dans le courant de l’été qu’immédiatement les premiers effets se sont faits sentir sur l’emploi associatif. Ce constat ne vient pas du monde associatif lui-même mais a été fait par une officine qui est à mille lieues de ces préoccupations. En effet, parfois la lecture des dépêches des agences financières peut se révéler instructive : http://www.optionfinance.fr/Le rythme des créations de postes dans le privé en France a ralenti au troisième trimestre En fait, l’information qui nous concerne apparaît dans le cœur de la dépêche elle-même en langage codé : « plus de 5 000 postes ont été détruits au troisième trimestre dans le secteur privé non marchand, à comparer avec les 5 400 créations qui y avaient été enregistrées sur les trois mois précédents »
« Secteur privé non marchand » quel euphémisme pour parler des associations, mais derrière le parler politiquement correct, il y a cette réalité : les associations qui contribuaient largement à la création d’emplois ont complètement inversé la tendance et le tout dans l’espace d’un trimestre. On peut redouter que cela ne soit qu’un début.

Publié dans COUPD'GUEULE | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Brève de compteur n°n115 « sortir du nucléaire : un autre bal des hypocrites »

Les COP se succèdent et un rituel est en train de s’instaurer : alors que les diplomates et les représentants des parties, comme on dit dans le jargon onusien, discutent de la mise en œuvre de l’accord, l’avant-scène est occupée par ceux qui veulent profiter de ce temps médiatique fort pour faire avancer leurs thèses : Lire la suite

Publié dans démocratie, je dis ton nom, développement durable | Tagué , , | Laisser un commentaire

Paradise papers , le bal des hypocrites

Assez rapidement les uns après les autres, dans le petit Landerneau politique, manifestent leur réprobation en faisant semblant, pour certains, de découvrir ce qu’un consortium de médias indépendants est en train de mettre sur la place publique sous le nom de code « Paradise Papers ». D’aucuns sont réellement outrés et on les comprend, pour les autres on comprend moins ce brutal accès de vertueuse ire.

Il y a d’abord ceux qui ont la mémoire courte : Communiqué de presse du 6 novembre 2017 – http://www.deputes-socialistes.eu/paradisepapers-lenfer-de-limpunite-fiscale/ #ParadisePapers : l’enfer de l’impunité fiscale Leur charge est violente et juste contre ce système mais ils oublient que eux ou leurs amis politiques ont été en charge des affaires publiques en France à une époque où un certain nombre de textes ont été votés dont la fameuse loi bancaire qui en ne séparant pas les fonctions de banques de dépôt et de banque d’affaires permettait que certaines pratiques dénoncées ici perdurent. Ils oublient aussi que , en tant que parlementaires européens, ils n’ont pas sanctionné la politique indulgente de la Commission vis-à-vis de paradis fiscaux, dont certains sont communautaires. Cela dit, leur colère tardive est quand même salutaire car elle montre que les mentalités changent et après tout, comme le disent les Evangiles « Bienvenue aux travailleurs de la onzième heure, le Paradis leur est ouvert ! »

D’autres ont carrément perdu même la mémoire immédiate. En effet, le ministre de l’économie a raison de dire ceci : http://www.lemonde.fr/Pour Bruno Le Maire, l’évasion fiscale est une « attaque contre la démocratie » et nous verrons plus loin pourquoi, mais il semble oublier que son ministère, à sa façon contribue à donner raison à ceux qui « optimisent » . En effet en instaurant une taxe identique, non progressive sur les revenus du capital, http://info.economie.lefigaro.frFlat tax : les 1% plus aisés concentreront 44 % des gains son gouvernement essaie d’aligner vers le bas le régime fiscal français sur les régimes européens plus favorables, espérant ainsi faire revenir ou attirer les capitaux nomades. La liste des bénéficiaires des petits arrangements fiscaux, grâce à la loi, montre que cet espoir est vain car ce n’est pas le « trop d’impôt » qui pousse ceux-ci à biaiser avec leur fisc national, mais l’idée même d’impôts puisque dans leur pays d’origine, l’imposition est généralement plus légère, voire beaucoup plus légère qu’en France. Pour eux, l’impôt n’est pas une contribution à la vie d’un groupe social mais juste « un coût » qu’il convient de minimiser au maximum. Ainsi donc en envoyant ce signal à ceux qui vivent principalement de leurs revenus financiers, le ministre justifie à sa façon leur allergie fiscale et de ce fait participe aussi de cette attaque contre la démocratie.

En fait, il ne s’agit pas tant d’une attaque contre la démocratie que contre l’Etat, contre les Etats ; c’est du moins le constat que fait le premier fonctionnaire de France, le vice-président du Conseil d’Etat : https://www.acteurspublics.com/Jean-Marc Sauvé : “La fonction publique souffre d’une forme de paupérisation de l’État”

Et c’est bien de cela qui est en cause : la capacité d’un Etat à assumer ses fonctions régaliennes en prélevant sur les citoyens et les entreprises les ressources nécessaires à son fonctionnement. On retrouve là l’imprécation lancée par Ronald Reagan et reprise par Margaret Thatcher, au milieu des années 80 en pleine vague de néo-libéralisme : « We must starve the beast », « nous devons affamer la bête. », cette bête étant forcément l’Etat honni par les libéraux au nom de leur liberté. Toutefois, on ne peut pas en vouloir à notre ministre d’avoir fait ce raccourci et de déclarer « la démocratie en danger » car si on y regarde bien, cette opération de sevrage de l’Etat se fait le plus souvent avec la complicité active de micro-Etats dont le caractère démocratique n’est pas évident.

Et c’est là où finalement le bât blesse le plus, puisque parmi les Etats épinglés par les « Papers » successifs se trouvent êtres des Etats-membres, certes petits comme Luxembourg ou Malte mais Etats considérés comme démocratiques tout de même. Il y a donc une certaine hypocrisie, notamment de la part du président de la Commission de crier haro sur les enfers fiscaux et surtout un grand cynisme à critiquer ceux qui dans leur environnement immédiat jouent un peu avec les règles fiscales : http://info.economie.lefigaro.fr/L’UE ouvre une enquête sur le fisc britannique

En l’occurrence, cela ressemble plus à une forme de vengeance contre les « lâcheurs » du Brexit qu’à une volonté de moraliser les mœurs fiscales. Ce n’est ni grand ni très moral, mais surtout ce sera inefficace puisque les Britanniques n’en auront bientôt plus rien à faire. Tout au plus cela permettra-t-il à un commissaire européen de dire qu’en matière de moralité fiscale la Commission est exemplaire. HYPOCRITE !

Publié dans démocratie, je dis ton nom | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Les jeunes avec ou contre les vieux ?

L’élection de Justin Trudeau au Canada en 2015 à 44 ans tout juste puis celle d’Emmanuel Macron en France en mai 2017 à 39 ans à peine et enfin celle de Sebastian Kurz à 31 ans en octobre 2017 ont fait croire à une vague jeuniste. Le paradoxe est que ces jeunes ont souvent dû leur victoire aux votes souvent très conservateurs des franges les plus âgées de l’électorat.

Les apparences peuvent être trompeuses puisque simultanément, il y a aussi ceci https://www.ouest-france.fr/POINT DE VUE. Corbyn, Sanders… La voix des seniors Comme le dit fort bien cet article, leur succès est dû à l’engouement que suscite leur discours auprès des plus jeunes électeurs.

Manifestement, les grands perdants de ce petit jeu sont les quadragénaires-quinquagénaires dont le discours est devenu inaudible car ni rassurant, ni enthousiasmant.

En fait, il semblerait que Corbyn, comme Sanders, aient pris pour exemple un vieux monsieur de 93 ans qui lui aussi, a su parler aux jeunes générations en publiant en 2010 un petit opuscule d’une trentaine de pages « Indignez-vous ! ». Stephane Hessel a immédiatement été audible parce qu’il s’exprimait du haut de sa longue expérience et surtout en s’appuyant sur un parcours discret, efficace, et surtout sans accroc ni reniement, au service des idéaux dont il se faisait le chantre dans son petit livre : démocratie, droits de l’homme et solidarité.

Et maintenant qu’avons-nous en France pour représenter ces nouveaux sages en politiques :Jean-Luc Mélenchon, 66 ans et 31 ans de carrière politique ininterrompue au plus haut niveau ? Alain Juppé, 72 ans et 41 ans de carrière politique , interrompue seulement 2 ans pour des raisons judiciaires ? Voilà de belles longévités mais qui ne peuvent plus faire rêver car pour l’un comme pour l’autre, cette longévité les dessert car elle les a usé.

En fait, la vraie raison de ces succès des trentenaires-quadragénaires(Trudeau-Macron-Kurz) comme des sexagénaires-septuagénaires (Corbyn-Sanders)  tient en ce seul mot : ils ne sont pas usés et donc ils peuvent encore faire croire qu’avec eux les choses iraient autrement. Ils ont su trouvé les mots pour en convaincre ceux dont l’âge les éloignent le plus mais si cela ne restait que des mots, quelle désillusion !

Publié dans démocratie, je dis ton nom | Laisser un commentaire

« Emploi emploi emploi » en sautant comme des cabris

Je vous livre tel quel ces trois informations lues à trois minutes d’intervalle sur deux sites d’informations financières

1°) Banque Mondiale : Doing Business : réformer pour créer des emplois Près de 3 200 réformes de l’environnement des affaires ont été mises en œuvre dans le monde depuis 15 ans, selon le dernier rapport Doing Business

2°)Option Finance ; Le chiffre du jour 4,1% Le taux de chômage américain au mois d’octobre. Il s’agit du plus bas niveau depuis janvier 2001

3°)AOF – 03 novembre 2017 : Les salaires ont baissé en octobre aux Etats-Unis, pour la première fois depuis décembre 2014

Est-il besoin de commenter si ce n’est pour dire qu’avec de tels exemples le mot « réforme » devient un gros mot ?

Publié dans l'économie comme on la subit | Tagué , , , | Laisser un commentaire