Mieux vaut en rire -rubrique décidément inépuisable- n° 248 : l’arroseur arrosé.

Je ne suis certes pas le dernier à protester lorsque les appellations d’origine de produits alimentaires ne sont plus protégées, voire même dévoyées comme c’est le cas pour le champagne en Russie (voir les épisodes précédents).

Mais là https://www.huffingtonpost.fr/Le gruyère n’a pas besoin venir de France ou de Suisse, selon la justice américaine franchement, je trouve que certains abusent . Que les Suisses, c’est à dire les habitants de la Gruyère, dans le canton de Fribourg https://fr.wikipedia.org/District de la Gruyère crient à la spoliation d’appellation, rien de plus normal. Mais que des producteurs français d’un produit homonyme en fassent de même est quand même un peu fort de café. A la limite qu’on dise « fromage façon gruyère français » serait plus juste, d’autant que ces produits sont élaborés un peu partout en France à partir de lait dont la provenance n’est pas certifiée.

En d’autres termes, ces producteurs français reprochent aux Etats-Unis de faire ce que eux ont réalisé dans les années 50, à une époque où on était moins regardant. Certains sont même encore moins fondés à le faire qu’ils ont sans vergogne usurpé une autre appellation suisse, l’Emmental, pour en étiqueter des produits élaborés en Bretagne et Pays de Loire.

Cette décision des autorités américaines, c’est donc pour eux un remake de ce sketch dont je ne me lasserait jamais dû au génie des Frères Lumière.

Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.