La saga des fausse bonnes idées : quand l’éolien offshore prend le large

L’éolien offshore est présenté dans la plupart des publications comme la meilleure solution pour produire de l’énergie propre, renouvelable et plutôt permanente. Loin des côtes, les champs éoliens ne sont même plus une offense à la vue d’esthètes désuets qu’offusquent la vue d’élégants oiseaux blancs dans nos campagnes.

A l’occasion des projets français en Bretagne et en Normandie, un débat s’est ouvert sur l’impact écologique de ces implantations et quelques études contradictoires sont depuis sorties sur cette question. Il se se peut que j’y revienne dans les prochains jours.

Toujours est-il que ces nouvelles péripéties ont mis en évidence qu’il y avait des risques à programmer des installations de n’importe quelle taille, n’importe où. On se rappelle ainsi une évidence un peu oubliée que toute activité humaine apporte avec elle une perturbation de l’environnement et si dans la plupart des cas, celle-ci reste admissible, plus l’activité est importante, plus cette perturbation devient une pollution, et plus cette dernière est concentrée, plus elle produit d’effets nuisibles.

C’est dans ce contexte que les professionnels de la branche ont présenté leurs projets de développement au large de notre littoral https://www.actu-environnement.com/Éolien offshore : les cinq leviers que propose la filière pour atteindre 50 GW en 2050. Tout cela semble bien pensé: anticipation, débats publics, planification et pour finir intensification.

C’est peut-être sur ce dernier point que le bât va peut-être blesser. En effet, les membres de ces syndicats sont loin d’être tous des écologistes utopistes; il y aurait plutôt des industriels dont le mantra est la productivité et leur conviction est bien établie que plus ce sera grand, plus ce sera efficace.

Et c’est d’ailleurs dans cet esprit qu’un groupe, qui s’est forgé une certaine réputation dans l’exploitation des hydrocarbures en mer, va s’investir massivement dans cette activité https://www.energiesdelamer.eu/TECHNIP energies veut mener l’industrialisation de l’éolien flottant en France. Nul ne doute que, comme pour les plates-formes pétrolières et gazières, les ingénieurs de cette entreprise mettront en œuvre toutes les suretés nécessaires pour éviter le moindre incident. Il n’empêche que l’intrusion d’installations industrielles dans un univers où règne l’activité artisanale (pêche côtière) ou le loisir (plaisance, pêche amateur) peut ne pas se faire sans heurt. Et je ne parle ici que des perturbations subies par l’espèce humaine.

En outre, on ne peut s’empêcher de penser que malgré les engagements RSE qu’elle a l’obligation de prendre, cette entreprise puisse à certains moments être prise en défaut de vigilance https://www.rse-magazine.com/Le pétrolier français Technip sommé de mieux traiter ses salariés. A ce niveau, les conséquences ne peuvent être négligées.

Et pourtant, il faudra bien y venir car d’autres pays ont mis la barre très haut et les aléas actuels du marché européen de l’énergie montrent qu’en l’état actuel des choses l’énergie éolienne marine est devenue un élément indispensable du mix énergétique continental https://www.revolution-energetique.com/Quand les éoliennes anglaises portent assistance aux centrales nucléaires françaises.

Un autre grand énergéticien français, qui, lui aussi, a beaucoup à se faire pardonner du point de vue saccage de l’environnement, l’a bien compris qui investit massivement dans le Nord de l’Ecosse https://totalenergies.com/Total devient partenaire d’un projet éolien offshore géant en Mer du Nord écossaise. Il est à noter que ce projet, le plus grand d’Europe actuellement apparaît gigantesque et pourtant il va mettre en œuvre des appareils qui sembleront minimes au regard de ce qu’envisage de produire Technip. Je voudrais rajouter un dernier point concernant ce communiqué de presse du groupe Total(energie). Leur service de communication a eu raison d’attirer notre attention sur l’avertissement qui figure en bas du communiqué dont j’extrais cette phrase : «  Les entités dans lesquelles TOTAL S.A. détient directement ou indirectement une participation sont des personnes morales distinctes et autonomes. TOTAL S.A. ne saurait voir sa responsabilité engagée du fait des actes ou omissions émanant desdites sociétés. » Juridiquement imparable mais on est loin de l’extension de responsabilité des groupes français à l’ensemble de leurs activités en France et à l’étranger que réclament les nouveaux standards en matière de RSE.

L’éolien en mer , encore une bonne idée mais qui peut générer de mauvaises pratiques si on n’y prend garde.

Cet article, publié dans développement durable, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.