Une demi-vérité est parfois un gros mensonge

A l’approche de la COP 26 sur le climat, les grandes manœuvres médiatiques vont bon train, histoire de faire pression sur les délégations présentes pour obtenir, ou non, des avancées significatives dans la lutte contre les causes des dérèglements climatiques qui sont en train de remettre en cause la survie de l’espèce humaine sur une planète qu’elle a saccagée.

Montrées du doigt, les instances financières se défendent comme elles peuvent, à coup d’annonces tonitruantes ou de colloques bien-pensants où des financeurs de l’économie mondiale et leurs satellites « développement durable », dont certains de bonne foi, tentent de persuader les opinions publiques qu’enfin, ils ont compris le danger, qu’enfin ils vont agir, que désormais, ils sont des alliés fiables dans la lutte pour le climat.
Hélas, les faits sont têtus et dans l’économie réelle, comme ils disent, leur contribution effective à l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris est des plus réduites https://www.lesechos.fr/Climat : moins de 1 % des actifs sous gestion du monde alignés sur l’Accord de Paris. Du coup, cela devrait provoquer l’ire des pouvoirs publics, garants de cet accord qui, rappelons-le, engage toutes les parties prenantes au sens de l’ONU -une COP en effet n’est que le comité des parties chargé de vérifier régulièrement que ce qui a été acté entre les gouvernements, les entreprises et les ONG, est correctement mis en œuvre.
Or il n’en est rien. Récemment encore, lors d’un de ces colloques, le ministre français de l’économie et des finances n’osait même plus demander aux entreprises financières concernées de proposer une stratégie ambitieuse en matière de transition énergétique. Pire, quand il prend des engagements cela frise le ridicule ; ainsi annoncer qu’on va arrêter les aides à l’exportation de produits pétroliers, c’est vraiment se moquer du monde car cela se saurait si la France était productrice et encore moins exportatrice, d’hydrocarbures. Ceci explique que des ONG ait pris le mors aux dents https://reporterre.net/« Les fossiles ou notre avenir ! » Des militants perturbent un colloque de la finance.
Certains pourront être effrayés de tels débordements et considérer que le cadre légal, représenté par les COP, est encore le meilleur moyen de se faire entendre et comprendre. Compte tenu de l’ambiguïté, pour ne pas dire plus, des entreprises financières, il n’est pas impossible que les deux démarches soient nécessaires et complémentaires. A défaut, si l’activisme n’existait pas, ce serait l’échec assuré de ces sommets onusiens, , par procrastination, comme on l’a vu de façon si dramatique à Copenhague en 2009 ; de même si le dialogue ne continuait pas à se dérouler dans ce cadre institutionnel, l’activisme, par dépit ou par rage, risquerait de prendre des formes de plus en plus violentes.

Finalement, la meilleure chose qui puisse arriver serait que les milieux financiers arrêtent ces demi-vérités qui sont en fait de vrais mensonges. Hélas, l’histoire économique montre que le monde de la finance, depuis que la finance existe, a toujours fondé sa puissance sur le mensonge et la dissimulation. Alors désespérant ?

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.