En germe, quelle Europe ?

Sans qu’on y prenne réellement garde, l’urgence de la crise économique à venir est en train de provoquer une mutation majeure de la nature de l’Union Européenne .

Tout a commencé par un appel qui regroupait plusieurs centaines de personnes de tous les pays de l’Union. Un appel transnational, ce n’est pas une nouveauté ; par contre la qualité des premiers signataires l’était puisqu’on y trouvait pêle-mêle des parlementaires européens, des parlementaires nationaux,des elus locaux, des chercheurs, des syndicalistes, des responsables d’ONG, des militants de tous poils, des fondations et des think tank. Et que demandaient-ils ? 500 milliards pour le climat et pour l’emploi
https://www.ouest-france.fr/Appel européen : trois solutions pour le climat et l’emploi
https://www.ouest-france.fr/Europe. Un appel pour un budget de 500 milliards d’euros pour le Pacte vert
A l’aune du budget européen, cela n’est pas rien, plus de trois fois le budget annuel de l’Union. Cet « appel pour un pacte européen pour le climat et l’emploi » pousse donc à un changement d’échelle des finances de l’Union et quand on sait que la force de frappe budgétaire est une des principales manifestations de la puissance étatique, une telle démarche n’a rien d’anodin.

Banco ! A alors proposé le Président français, entraînant dans son sillage la Chancelière allemande sans laquelle rien n’est possible actuellement. Ils rajoutent même 250 milliards à l’enveloppe
https://www.actu-environnement.com/À saisir : plan de relance européen pour financer la transition écologique
https://www.sauvonsleurope.eu/Big bang budgétaire de la Commission: le premier budget de son histoire qui n’est pas une question de dépenses!
750 milliards ! Pour le coup c’est de l’inédit, non pas que les institutions européennes n’aient pas déjà par le passé injecté des sommes aussi colossales dans l’économie. Cela s’est déjà passé après la crise financière de 2008 quand la BCE de Mr Draghi vint au secours des banques en ouvrant largement les lignes de crédit. La nouveauté vient de ce que une partie des ressources viendront de nouvelles taxes communautaires et une autre partie d’emprunt contracté directement par l’Union et dont le remboursement sera mutualisé. L’autonomie de décision financière de l’Union s’en trouve renforcé. Et ça, c’est une véritable révolution. Comme le fait remarquer ce site, très europhile, c’est toujours quand il ya crise que l’Europe avance https://www.sauvonsleurope.eu/Quand l’Europe fait Date !

Mais si la tendance est au renforcement des mécanismes de mutualisation communautaire, sorte de fédéralisme qui ne dirait pas son nom, cela ne peut se faire avec les institutions telles qu’elles existent.

Parallèlement, un autre événement doit amener à approfondir cette question de la refonte institutionnelle. En effet, la Cour Constitutionnelle allemande s’est cru autorisée à remettre en cause les décisions de la Cour Européenne de Justice. Venant de la plus haute instance judiciaire du principal pays de l’Union, le coup était rude. Mais là aussi, la crise portait en elle sa solution car cela paraissait si improbable que la nécessité de clarifier les responsabilités afin d’éviter les mises en cause hors de propos est devenu une évidence. Toujours issue du même site europhile, voici l’analyse qui en est faite et les premières propositions qui en découlent https://www.sauvonsleurope.eu/Réponse du berger à la bergère : un pas de géant en perspective !Elles se fondent sur le principe de la légitimité démocratique qui ne s’obtient que par les urnes et le vote, comme le rappelle cette citation de Winston Churchill reprise dans cet article, la démocratie, au bout du bout de l’analyse, c’est quand même un citoyen, humble, qui glisse un bulletin dans une urne pour dire ce qu’il pense être la meilleure, ou la moins mauvaise, décision. Voilà donc ouvert un chantier qui porte en lui de bien beaux germes d’évolution vers une forme de souveraineté supranationale apaisée.
Il serait temps car si on regarde comment s’est passée la première étape de la mise en œuvre de ce beau projet « Next Generations EU », on se dit qu’il y a encore du chemin à parcourir https://www.lemonde.fr/Coronavirus : les dirigeants européens ouvrent les hostilités sur le plan de relance

Face à l’urgence, on ne peut pas dire que ce soit un élan unanime et enthousiaste !

Cet article, publié dans pour l'Europe, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.