L’obsession du CO²

GAZ A EFFET DE SERRE ! On nous rebat les oreilles avec cette expression et pour finalement ne plus nous parler que du CO² en oubliant que d’autres gaz ont les mêmes effets réfléchissants que le dioxyde de carbone. Parfois on parle du méthane, juste pour dire, en rigolant qu’une vache qui pète pollue plus qu’un 35 Tonnes, histoire de dégoûter les gens de manger une bonne entrecôte.

Mais pour les médias, l’ennemi, c’est le CO² et tout le monde veut le piéger, le capter, le capturer, l’enfouir, bref le faire disparaître.
Sur le sujet la littérature commence à être abondante et les chercheurs de toutes les disciplines y vont de leurs petites recherches mais pour l’instant, on a l’impression qu’ils brassent encore du vent

Ce sont parfois des solutions très compliquées et peu probantes pour le moment Le potentiel limité du captage de CO2 atmosphérique En effet, pieger du carbone dans de la biomasse aux Etats-Unis pour ensuite aller stocker cette biomasse au Royaume-Uni est une méthode un peu alambiquée. Il vaut mieux attendre que les neurones de ces chercheurs aient refroidis.

Ce sont parfois des solutions démiurgiques où le chercheur, se prenant pour Dieu veut reconstituer en éprouvette ce que fait de tout temps la nature Piéger le CO2 pour produire du carburant Avec surtout un sacré aveu : le but c’est de pouvoir retrouver du carbone pour….faire du plastique et des carburants. En voilà un qui a tout compris aux changements de paradigme qu’impose la transition écologique, sans compter que si la solution est techniquement faisable, il faut, de son propre aveu, beaucoup, beaucoup d’énergie. D’où vient-elle ?

Et puis il y a les mégalomanes qui veulent ni plus ni mois qu’inventer des « aspirateurs à carbone ». Il paraît que la technique est au point http://info.economie.lefigaro.fr/Une entreprise canadienne soutenue par Bill Gates veut capturer le CO2 dans l’air Mais là aussi on se heurte aux deux mêmes objection : comment produire l’énergie pour faire fonctionner le réacteur ? A quoi ça sert de capturer le CO² si c’est pour fabriquer du carburant qui par combustion repartira dans l’atmosphère. Et sur ce projet, j’émettrai une troisième objection : quand derrière un tel projet, on trouve des financeurs comme les grands groupes pétroliers américains, on ne peut pas avancer en toute confiance.

Alors que faire ? Eh bien si les arbres, et toutes les plantes d’ailleurs ne suffisent pas pour stocker l’excédent, il n’y a pas d’autres solution que de réduire cet excédent. C’est d’ailleurs la conclusion de ce dernier article que je cite bien volontiers : «La seule solution efficace reste alors la réduction des émissions de CO2 . »

Pour l’instant, il n’y a pas d’autres alternatives A COURT TERME pour éviter que la machine s’emballe. A plus long terme, on peut être plus optimiste; puisque « éliminer le CO² » est l’obsession de tous les laboratoires, ils finiront bien par trouver LES bonnes solutions.

Cet article, publié dans développement durable, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.