Docteur Manu et Mister Macron.

Il a promis qu’il avait changé, qu’il changerait de méthode, mais une chose n’a pas changé, il continue à croire aux vertus du « en même temps ». Je crois qu’il est inutile à ce stade que je précise qui j’entends par ce « il » omniprésent.

J’ai déjà eu l’occasion à maintes reprises de montrer qu’en fait de Jupiter tonnant, c’est plutôt Janus bifrons que nous avons. Appelons cela par gentillesse « ambivalence » pour ne pas dire « ambiguïté ».

Ainsi, reprenant le discours entraînant qu’il eut à Brest lors du premier One Ocean Sumit, il a pris de court tous les observateurs en déclarant ceci https://www.ouest-france.fr/Protection des océans. Macron veut « mettre fin à l’exploitation minière en eaux profondes »

Cela rappelle cette belle envolée lyrique du précédent quinquennat quand il lança à la face du monde son emphatique cri « Make our planet great again ! ». On sait ce qu’il en advint ensuite.

D’ailleurs, rendant compte du même événement le journal Le Monde se montre un peu plus circonspect, voire critique de la méthode https://www.lemonde.fr/Emmanuel Macron se prononce contre l’exploitation des grands fonds océaniques.

Et il y a de quoi, car de façon générale, les discours ne résistent jamais à l’épreuve des faits. Or les faits sont beaucoup plus mitigés https://www.novethic.fr/OCÉANS : LA FRANCE EST-ELLE VRAIMENT LA CHAMPIONNE DE LA PROTECTION DES AIRES MARINES ?. La France n’est pas vraiment le bon élève des classes de mer. Mais cela on s’en doutait un peu.

Je l’ai déjà dit mais je le répète : en public, il y a Manu, le gentil, celui dont le cœur penche du côté généreux des vrais progressistes. Et puis dans le secret de son bureau, de retour aux affaires entouré de ses conseillers et de ses visiteurs du soir, il y Macron, le technocrate dont la raison froide dicte des choix ou plutôt des absences de choix très conservatrices.

Du coup, le résultat est ce qu’il est https://www.lesechos.fr/Climat : la réponse de la France au réchauffement « progresse » mais « reste insuffisante ». Or, la situation est telle que le temps n’est plus aux petites avancées ou aux légères inflexions mais plutôt aux grands bonds en avant ou aux bifurcations.

Manu, essaies de convaincre Macron !

Cet article, publié dans démocratie, je dis ton nom, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.