L’école des cancres

Voici l’épilogue d’un petit feuilleton commencé ici il y a quinze jours
Maintenant, vous savez quoi faire ! Alors faites-le !
Le poisson pourrit par la tête
De l’importance des avis d’experts
d’où il ressortait que la décision politique dépendait de plus en plus du degré d’information des décideurs. C’était une évidence mais il était bon de le rappeler. C’est d’ailleurs si évident que chaque fois qu’on a mis un panel de citoyens en situation de produire de la décision publique, que ce soit les conférences de consensus du genre « enfouissements nucléaires à Bure » ou convention citoyenne pour le climat, le premier acte a été de remettre à niveau scientifique tous les participants avec l’appui d’experts indépendants.

C’est pourquoi l’initiative prise par quarante scientifiques de « déniaiser » les élus sur les questions de climat et de biodiversité était importante. Le bilan qu’on en tire est globalement positif https://www.novethic.fr/en trois jours, un quart des députés formés au climat et à la biodiversité : reportage au cœur de cet évènement inédit en france même si beaucoup restent sur leur faim. Rien n’empêche d’ailleurs les plus assidus à poursuivre en cours du soir. Il leur sera donné un billet d’excuse pour les absences en commission ou dans l’hémicycle.

Un autre bilan méritait aussi d’être fait https://www.actu-environnement.com/Le chiffre du 23 juin 2022 : 154. Ce chiffre de participation à cette séance de science citoyenne est intéressant. Un député sur quatre a pris la peine de s’informer. Si la proportion est de un sur deux dans le groupe de gauche, il n’est que de un sur trois dans les rangs de la majorité relative et ce qui est désolant, il n’est que 1% à l’extrême-droite et guère plus 1,5% parmi les Républicains. Je me garderai bien de conclure que ces deux derniers groupes en savaient déjà suffisamment sans qu’il soit besoin de rafraichir leurs savoir.

Gageons que ceci est un bon baromètre de l’intérêt porté par ces parlementaires aux sujets évoqués.

Certains risquent donc de voter sans savoir de quoi il retourne. Mais est-ce vraiment une nouveauté ?

Cet article, publié dans démocratie, je dis ton nom, développement durable, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.