La nationalisation des moyens de production EST une mesure libérale.

Pour les plus anciens d’entre nous, la première grande vague de nationalisation d’entreprises à la fin de la II° guerre mondiale correspondait certes à une époque où le Parti Communiste était plutôt dominant sur la scène politique nationale, mais cela répondait aussi à un besoin vital des entreprises, leurs propriétaires ayant failli, par acoquinement avec la puissance occupante ou par incapacité à assumer les conséquences d’une économie de guerre. Il fallait donc remettre la machine économique en route et tant mieux si idéologie et pragmatisme allaient de pair.

Ceux de ma génération se souviennent de la seconde grande vague de nationalisation, suite à l’élection d’un Président dit de gauche, soutenu par une majorité de gauche. Là, c’est clair, c’était de l’idéologie pure.

Puis il y a eu d’autres interventions de l’Etat dans l’économie , la société créée pour la gestion du Tunnel sous la Manche, la reprise en main d’entreprises défaillantes dans le secteur de l’énergie ou des matériels de transport.

J’ai à maintes reprises parlé sur ce blog des péripéties de l’Etat actionnaire pour ne pas en rajouter dans la critique.

Mon propos est plutôt ici de souligner qu’en général, ces mouvements de nationalisation sont suivis de mouvement en sens opposé de privatisation. De façon quasi systématique, ces entreprises ont été nationalisées lorsque cela allait mal et remise en vente dès que des perspectives de rentabilité correctes apparaissaient. C’est ce que résume cet adage : » On mutualise les pertes, on privatise les profits. « 

C’est manifestement ce qui pend au nez d’Electricité de France qui est, paraît-il à la veille de temps très difficiles. Déjà, ces jours-ci, j’attirai votre attention sur cette opération de recapitalisation https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045457718 Arrêté du 29 mars 2022 décidant la souscription par l’Etat à l’augmentation de capital de la société Electricité de France . Il s’agit de 2,6 milliards d’Euros, ce qui n’est pas rien mais qui semble insuffisant pour faire face aux dettes et aux énormes investissements qui attend ce groupe.

Du coup, on commence à reparler de nationaliser EDF https://reporterre.net/EDF : les enjeux d’une nationalisation Reporterre explique parfaitement les enjeux et justifie ce qui apparaît comme une décision judicieuse compte tenu de l’état de santé du malade : une situation financière très difficile, des projets ambitieux mais trop risqués pour les investisseurs privés, la nécessité de remettre à niveau les paramètres de la sécurité de la filière.

De même, je ne suis pas surpris que cette rumeur, qui est devenue un argument de campagne, suscite des réactions rapaces de certains https://reporterre.net/EDF : les enjeux d’une nationalisation. Là aussi, la proposition paraît judicieuse, pour des raisons diamétralement opposées : les énergies renouvelables deviennent de plus en plus rentables, les projets, même ambitieux semblent sans risque et la sécurité n’est pas un problème majeur dans ces filières, quoiqu’en disent les contempteurs de l’éolien.

Le plus savoureux dans cet épisode est que Engie est en partie née de GDF qui elle même est un démembrement du grand groupe énergéticien né des nationalisations d’après-guerre, EDF. L’Etat n’y est presque plus présent.

En décidant de nationaliser EDF, le candidat qui a fait sienne cette proposition, ne fait pas preuve de dogmatisme de gauche mais bien d’une forme de pragmatisme très libéral. Quant à la position d’Engie, c’est typiquement une démarche libérale.

Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La nationalisation des moyens de production EST une mesure libérale.

  1. Ping : La mauvaise passe d’EDF | Dominiqueguizien's Blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.