La mort des crocodiles

Les diplomates sont des gens délicieux, parait-il, toujours enclins à trouver la formule permettant à chacun d’y trouver son intérêt sans pour autant sembler léser les intérêts de tous les autres. Cela demande de l’expérience, du « métier » comme on dit. En effet, être diplomate, ce n’est pas un statut, c’est un métier, qui s’apprend et se pratique.

La France s’enorgueillit d’un corps diplomatique d’exception, bâti au cours de siècles d’avanies internationales avec nos voisins européens et d’autres plus lointains. Nous ne somme d’ailleurs pas le pays dans ce cas, les diplomaties britannique, allemande, autrichienne, japonaise, marocaine, russe, américaine, etc… ne sont pas mal non plus et c’est d’ailleurs normal puisque elles se sont forgées dans les mêmes vicissitudes et soubresauts des relations souvent tumultueuses entre Etats.

Or ces pays ne recrutent pas leurs diplomates comme nous, ne le forment pas comme nous formons les nôtres et pourtant le résultat n’est pas moindre.

En la matière, n’est-on pas, comme le souligne l’actuel Premier Ministre, en train de confondre statut et métier https://acteurspublics.fr/La suppression du corps diplomatique s’invite dans l’entre-deux tours.

L’appartenance à un corps n’est ni une garantie d’excellence, ni la condition nécessaire mais non suffisante à l’exercice de la fonction diplomatique. Il est en effet des personnes qui bien qu’ayant réussi brillamment un concours administratif spécifique ou ayant opté pour ce ministère en fin de formation à l’ENA qui ne seront jamais des diplomates de valeur et il en est d’autres qui, pour des raisons de rupture de carrière hésiteront à faire temporairement ce choix d’activité, alors même que dans leur activité passée, ils ont montré, par leur qualité d’écoute, leur capacité à nouer puis à maintenir un dialogue, par la pertinence de leurs analyses géopolitiques qu’ils pourraient parfaitement tenir leur rang dans la carrière diplomatique, ne serait-ce que pendant quelques années.

Du coup, on voit bien que l’existence d’un statut de corps qui fige les métiers diplomatiques dans un corset est certainement protecteur pour certains mais totalement inefficace globalement.

A partir du moment où la filière diplomatique est organisée de façon à pouvoir y progresser si on en a l’appétance et les qualités, à pouvoir y entrer provisoirement pour y acquérir une expérience nouvelle tout en y apportant ses expériences professionnelles passées, à pouvoir en sortir quand on veut pour vivre dans l’administration d’autres expériences, rien ne s’oppose à ce que globalement ce statut de fonction continue à être le creuset où se forge une élite diplomatique dans la grande tradition.

Il est évident que le raisonnement que je tiens sur les métiers de la diplomatie peut se transposer dans d’autres domaines également visés par ce grand chambardement de la haute fonction publique, comme l’administration préfectorale ou les inspections générales.

L’argument du retour des copinages et du spoil system n’est que partiellement vrai. En effet, un ambassadeur qui déplait est rappelé sur le champs et l’angoisse des mercredis [jour de conseil des ministres] est un phénomène bien connu des préfets, surtout de ceux qui ont fait des remous dans leurs départements et ce malgré l’appartenance à un corps. Plutôt que de finir dans les « cimetiere des éléphants », ils pourraient aller exercer leurs talents partout ailleurs dans l’administration, en tant qu’administrateur de l’Etat. Des talents, même frondeurs, sont toujours utiles quelque part.

C’est pourquoi, je comprends mal les réactions de deux personnalités politiques qui postulent aux plus hautes fonctions, avec l’idée affichée de renverser les privilèges et de changer le système, non d’en conserver les structures les plus corporatistes.

Quant aux réactions des organisations professionnelles, elles sont normales elles pleurent la disparition de leur spécificité. Les larmes des crocodiles ne m’ont jamais ému.

Cet article, publié dans administration publique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.