Batterie « de cuisine » ou la difficile tambouille européenne.

Tout le monde est d’accord là-dessus : les énergies renouvelables ne seront une véritable alternative aussi bien aux énergies fossiles qu’à l’électricité nucléaire que si on arrive à résoudre à grande échelle la question du stockage.

Tout le monde est également d’accord là-dessus : la question des mobilités en Europe dépend largement de la capacité de l’industrie à fournir des véhicules n’utilisant plus d’énergie fossile.

Certes, les batteries ne sont pas la seule réponse à ces deux questions mais elles en sont une pertinente dans bien des situations.

Donc, tout le monde devrait être d’accord pour que l’Europe se dote rapidement d’une filière de production industrielle de batteries performantes.

Mais comme l’Europe s’est lancé dans un Green New Deal, il est hors de question que les produits ne soient pas éco-conçus, c’est à dire, en utilisant des matières premières renouvelables, si possible, recyclables en fin de vie et dont l’élaboration provoque un minimum de nuisance à l’environnement. En outre, il faut que le processus de production soit socialement responsable.

En disant cela, la Commission a sérieusement chargée la barque. Il n’est pas sûr que le principal concurrent, l’économie chinoise, s’embarrasse d’autant de contraintes. Réussir à obtenir un accord dans ces conditions était donc une gageure.

Et pourtant, il y a eu un large consensus sur la question https://www.euractiv.fr/Large consensus autour du règlement batterie au Conseil Environnement de l’UE. Surprenant résultat semble-t-il donc. A quoi cela tient-il donc ? Vraisemblablement à ce que, à vouloir rechercher le consensus à tout prix, on soit tomber sur le plus petit commun dénominateur, chacun faisant un peu ce qu’il veut dans le respect des « grandes valeurs énoncées ». Après tout pourquoi pas ? Le compromis a aussi été possible parce que l’application de ce règlement communautaire ne prendra effet qu’en…2027. Et encore certains, les plus réticents trouvent que ce délai est trop court.

A la vitesse où les choses bougent dans ce secteur, je ne parierai pas ma vieille monoplace Diesel contre une rutilante SUV électrique que d’ici là, la place soit déjà occupée par d’autres que les préoccupations écologiques, le respect des travailleurs ou la défense des intérêts nationaux n’auront pas entravé.

Faut-il pour autant désespérer du fonctionnement de l’Union Européenne et croire, comme certains, à l’instar de nos cousins d’Outre-Manche, que la vie serait meilleure si chacun décidait dans son coin, à l’abri de ses petites frontières ? Loin de moi cette idée.

Acceptons donc que le processus de décision et de mise en œuvre au sein de l’Union Européenne soit plus long qu’ailleurs. Si c’est pour être plus vertueux, je n’y vois pas d’inconvénient, bien au contraire. Mais cela a une contrepartie, si l’Europe ne veut pas être définitivement largué, c’est qu’elle ait un coup d’avance dans le processus d’innovation, de façon à compenser cette lenteur

C’est le vieille histoire du lièvre et de la tortue. Tiens voilà une image qui devrait parler à un candidat à la magistrature suprême en France à qui pourtant les questions européennes donnent des boutons.

Evidemment, il serait également souhaitable que, dans le même temps, l’UE ait les mêmes exigences vis-à-vis des productions importées. Cela voudrait du coup que les services de la Commission aurait reconnu que le libre-échange a nécessairement des limites. Tiens, cela devrait aussi lui parler, à notre tortue ronchonne.

Cet article, publié dans pour l'Europe, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.