Coincer la bulle !

N’allez pas croire que je vais faire ici l’éloge de la paresse. Un autre s’y est essayé avant moi avec suffisamment de succès pour que je n’ai pas l’outrecuidance d’aller sur ses brisées.

Non, je veux parler ici d’un phénomène financier récurrent qui vient frapper à intervalles plus ou moins réguliers les bourses mondiales.

Depuis quelque temps, la rumeur d’une nouvelle bulle émeut certains milieux financiers, au point qu’une station de radio très branchée « business » s’est cru obligée d’allumer un contre-feu pour éteindre tout début d’incendie https://www.radioclassique.fr/Apple atteint 3000 milliards de dollars en bourse : Non, ce n’est pas une nouvelle bulle.

Mais il est vrai qu’à ce prix-là, une entreprise même de la taille d’Apple paraît surévaluée. En effet les résultats consolidés de l’entreprise en question pour l’année 2021 laissent apparaître un bénéfice de 95 milliards https://www.apple.com/Apple annonce ses résultats pour le quatrième trimestre. C’est évidemment énorme, mais si on ramène cela à la valeur des actions telles qu’elles cotaient en Bourse fin décembre, le rapport serait à peine de 3,15%. Certes, c’est mieux que les 0,75% de votre livret de caisse d’épargne mais on est quand même loin des taux que réclament habituellement les grands investisseurs.

D’ailleurs à ce propos, certains arrivent à un niveau d’avidité dont l’indécence est intolérable https://www.lesechos.fr/Le fonds le plus performant de l’Histoire a gagné 48 % en 2021. A ce niveau de rendement, la moitié de la mise récupérée chaque année, Apple ne serait plus valorisée qu’à 197 milliards. On voit dès lors la marge de révision qui existe entre le cours actuel et les standards de rendement maximaux.

Mais admettons que la situation de ce fonds de placement réservé aux seuls traders soit une exception mais considérons quand même que la rentabilité requise généralement oscille entre 10 et 14 pour cent, cela mettrait la valeur boursière d’Apple entre 675 et 945 milliards, ce qui serait déjà plus raisonnable. Et Apple n’est pas le seul exemple de ce type.

Beaucoup parient actuellement sur un futur enchanteur et acceptent de surpayer parce que cela est le prix de leur rêve. C’est exactement ce qui s’est passé en 2000 avec la « bulle du Net » qui a rincé les économies de millions d’épargnants.

Notez toutefois que les rêveurs semblent avoir pour l’instant raison puisque leurs prochaines étrennes n’auront jamais été aussi belles https://www.lesechos.fr/Les dividendes mondiaux devraient dépasser les 2.000 milliards de dollars en 2022. J’ai du mal à croire qu’une telle ponction sur les circuits économiques (1,5 fois le budget de l’Etat français tout de même!) puisse être supportées longtemps par les circuits économiques. Il y aura forcément un jour ou l’autre un retour à un étiage plus bas et du coup, les rêveurs en seront pour leurs désillusions. A moins que des esprits avisés se rendent compte de l’absurdité de la situation et le proclament. C’est ainsi que les bulles éclatent en général, quand les rêves se dissipent.

Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, mondialisation quand tu nous tiens, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.