Les bonnes idées qui marchent …et les autres

Les bonnes idées existent partout : pour sauver la place de l’humanité sur notre planète, pour améliorer notre quotidien et aussi parfois pour y mettre plus de justice sociale.

Tenez en voici une qui semble bien marché https://www.novethic.fr/LE LAIT « C’EST QUI LE PATRON » DEVIENT LE PLUS VENDU EN FRANCE, UNE PREMIÈRE POUR UN PRODUIT ÉQUITABLE. Au moment du lancement, je vous en avais parlé mais en mon for intérieur j’avais quand même un petit doute quant à la pérennité d’une initiative aussi généreuse face aux rouleaux compresseurs de la grande distribution.

Je suis bien content d’avoir été démenti par les faits…et par les milliers de consommateurs qui ont ainsi affirmé que, contrairement à ce que pensent les Leclerc, Mulliez, Guichard et consorts, le meilleur marché n’est pas une obsession au point de spolier des travailleurs du fruit de leur labeur.

Cela ouvre d’intéressantes perspectives pour d’autres produits et cela donne envie de mettre en œuvre ce que promeut cette jeune députée https://www.lopinion.fr/Sandrine Le Feur: «Pas de souveraineté alimentaire sans respect des aspects sociaux et environnementaux dans les échanges» qui, semble-t-il, à mieux compris que les as du marketing made in HEC, ce que devraient être les nouveaux canons de la distribution. Dommage qu’en 5 ans, cela n’ait pas pu s’implémenter.

Par contre, voilà une autre innovation en matière de consommation responsable qui semble faire un flop https://www.lefigaro.fr/L’indice de réparabilité est à réformer, plaide l’UFC. L’idée était pourtant bonne d’informer les consommateurs sur leur possibilité d’allonger la vie des matériels qu’ils achètent. Ne parlons pas des enseignes qui s’abstiennent même d’un tel affichage ; elles se mettent hors-jeu dans un avenir proche. Quant aux autres et leurs fournisseurs, ils ont sûrement tort d’avoir dévoyé le label comme ceux de l’agro-alimentaire l’ont fait avec Nutri-score. Un label censé rassuré, dont les résultats parfois inquiètent peut en effet inciter les consommateurs et leurs organisations à élaborer leurs propres outils d’évaluation.

Après tout grâce au lait équitable, ils ont démontré qu’ils pouvaient avoir du poids et voter avec leur…pouvoir d’achat.

Cet article, publié dans l'économie comme on la voudrait, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.