Plus c’est gros, mieux c’est, paraît-il

Pour faire face à la concurrence, les mutuelles d’assurance santé se regroupent et deviennent plus grosses https://www.insurancespeaker-wavestone.com/2017/09/groupe-vyv-naissance-dun-geant/. Pour nous transporter en toute sécurité, nos petites voitures familiales sont devenues de gros SUV (je ne sais même pas ce que veut dire ce sigle!) encombrants et forcément plus polluants.

Pour contrer la montée en puissance des nouveaux constructeurs de voitures bourrées d’électroniques( qui parfois tombent en panne), de vieilles entreprises familiales fusionnent et perdent ainsi leur patronyme qui fut jadis fameux https://www.usinenouvelle.com/article/stellantis-agnelli-et-peugeot-signent-un-accord-de-consultation-.N1082229.

Autre moyen de transport, le paquebot est lui aussi atteint par ce syndrome du gigantisme https://fr.wikipedia.org/wiki/Wonder_of_the_Seas.

Bref, tout le monde veut grossir et grandir comme si cela était une loi de nature.

Or tout ceci est anti-naturel. Quand vous appartenez à une mutuelle de plusieurs millions d’adhérents, les principes de fonctionnement démocratique de ce type d’entreprises issues de l’Economie Sociale et Solidaire vous paraissent bien lointains, mais qui s’en soucie, le principal n’est-il pas en fin de compte d’avoir « une bonne couverture ».
Votre SUV qui pompe le carburant comme un gamin sa limonade avec sa paille, vous coûte au moins un bras par mois, sans compter que pour le garer en ville, c’est tous les jours, la tendinite des bras assurée mais qui s’en soucie puisque c’est « ce qu’il faut avoir » (c’est le sens exact de cet anglicisme comminatoire « un must »).
Les paquebots sont devenus tellement gros que leur passage dans certaines zones sensibles comme le Grand Canal à Venise, leur est interdit. C’est ballot quand même de partir en croisière et de ne pas pouvoir aller dans un des sites les plus touristiques de la Méditerranée, mais tout le monde s’en fout car à bord, c’est quand même « la croisière de rêve ».

Voilà donc un certain nombre d’exemples pour souligner les ravages et incohérences de cette nouvelle croyance. Mais je souhaiterais m’arrêter un instant sur un autre domaine où le gigantisme commence à faire des ravages, les énergies renouvelables.

A l’origine, ces filières avaient l’air éminemment sympathiques avec leur look un peu rebelle de francs-tireurs de l’électricité, face à la grosse artillerie des centrales nucléaires, à charbon, au fuel ou au gaz. Quelques pylônes plantés en pleine campagne, quelques centaines de panneaux collés sur un toit de hangar ou posés sur un sol caillouteux qui n’avait jamais rien produit d’autre auparavant, c’était l’image bucolique que renvoyait cette activité qui la rendit si rapidement populaire avant qu’elle ne devienne une industrie.

On n’en est plus là maintenant. La course à la grande taille est engagée avec comme seul leitmotiv, faire baisser les coûts. Il paraît que le nouvel Eldorado en la matière est l’énergie des vents marins. Alors que dans la plupart des pays on commence à peine à avoir une expérience un peu dense du fonctionnement de ces parcs marins, les ingénieurs, mégalomanes semble-t-il, ne trouvent rien de mieux que d’inventer ça https://www.energiesdelamer.eu/DEC sort sa 13 MW à entraînement direct. Sur un seul pylône, mettre la puissance qu’aurait représenté une décennie plus tôt une ferme éolienne classique à 5 ou 6 pylônes est sûrement une performance technique mais à quel prix. Pour imaginer ce que peut représenter un mat de plus de 130 mètres de haut, il suffit d’avoir en tête que le plus haut phare d’Europe se trouve au large du Finistère sur l’Ile Vierge et ne fait QUE 75 mètres de haut. Heureusement que le journaliste a eu l’intelligence de nous préciser que la surface de balayage des pales représente la superficie de 5 terrains de football, sinon nous aurions eu du mal à nous faire une idée du mur mobile que les vols d’oiseaux de mer auront à franchir. Il ne reste plus qu’à espérer que ces monstres seront implantés au-delà du rayon d’action de ces charmants volatiles.

Notez que en matière de comparaison footballistique, on a fait mieux pour ce qui est des usines de production électrique. Ainsi la ferme photovoltaïque qui fait l’orgueil du Maroc https://www.fournisseur-energie.com/plus-grande-centrale-solaire-maroc/ couvre, paraît-il, 600 terrains de football. Pour ceux et surtout celles qui sont rétives au jeu de balle au pied, disons que 5 terrains de football c’est à peu de chose près la superficie de la place de l’Etoile-Charles de Gaulle autour de l’Arc de Triomphe et que 600 terrains de foot, c’est deux fois la superficie de l’Ile de la Cité, l’antique Lutèce. Heureusement que le Maroc dispose de telles surfaces, autrement incultes. Mais en France on a envie de faire la même chose https://www.batiactu.com/ENR : la construction du plus grand parc photovoltaïque de France en discussion; or le contexte n’est pas tout à fait le même. Faire disparaître 1.000 hectares de forêt (c’est à dire 2,5 fois la surface de la Centrale Noor marocaine) pour un gigawatt d’énergie solaire, les enjeux ne sont pas minces. Etonnez-vous après cela que des milliers de personnes pétitionnent contre un tel projet.

N’allez pas chercher plus loin la cause principale du rejet de plus en plus fréquent de ces installations.

Et maintenant, les « collectifs de riverains » ne sont plus les seuls à réagir, les collectivités commencent à s’en mêlerhttps://www.ouest-france.fr/Le Département de Loire-Atlantique ne veut pas du méthaniseur XXL à Corcoué-sur-Logne. L’ironie de l’histoire, c’est qu’en l’occurrence, il s’agit de la collectivité locale qui jusqu’au bout défendit le maintien du projet d’aéroport international à Notre-Dame-Des-Landes. Il y a joie dans le royaume des cieux pour accueillir les nouveaux convertis.

Peut-être qu’à force de le leur dire, ils ont fini par comprendre que plus c’est grand, pire c’est pour l’environnement parce qu’il y a à chaque fois un effet de concentration des nuisances et que souvent « small is beautiful ».

Cet article, publié dans développement durable, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.