Un cheque inflation à 1,2 milliards

On en a fait des manières sur la façon d’aider les gens à faire face à l’alourdissement de la facture énergétique qui pse sur leur budget domestique.

Les anti-taxes, s’engouffrant dans le brêche ouverte depuis des décennies par les grands argentiers avides de Bercy, ont aussitôt réclamé une baisse de la TVA, et notamment de la TVA qui grève les autres taxes perçues par l’Etat. L’idée était séduisante a priori car tout le monde sait ou devrait savoir que « la TVA est l’impôt le plus injuste » puisque tout le monde le paie et que proportionnellement, il touche plus les petits revenus qui consomment tout alors que les gros revenus épargnent , ces économies n’étant pas soumises à l’impôt sur la consommation.

En outre, une telle solution aurait eu le mérite d’alléger la facture uniquement pour celles et ceux qui la paient.

Cette solution avait toutefois un inconvénient, majeur celui-là du point de vue de la justice sociale. En effet, plus vous consommeriez, plus l’aide ainsi obtenue serait élevée. Or toutes les études publiées ces jours derniers par les ONG à l’occasion de la COP 26 montrent que les plus gros consommateurs d’hydrocarbures sous toutes leurs formes sont les plus riches. De fait, une Clio essence consomme notoirement moins qu’une limousine ou un SUV d’une tonne et demi et le chauffage d’un F3 en HLM consomme certainement moins de gaz ou de fuel qu’un appartement de 250 m² avenue Foch. La baisse de la TVA sur les hydrocarbures auraient donc été une prime aux riches. Socialement inacceptable.

On a donc opté pour une aide directe à la personne. On peut discuter du niveau de l’aide : 100 euros par an, cela fait 8,33 euros par mois soit environ 5 litres de gas-oil au cours actuel à la pompe. Cette façon de calculer un peu sommaire montre que l’aide est dérisoire sauf que cette vision est fausse. En effet que le carburant soit à 1,30 ou 1,50, vous ferez peu ou prou les mêmes trajets donc même à 1,30 votre budget carburant resterait conséquent. Il s’agit donc de comparer l’aide, non pas pas à la dépense totale mais au surcoût lié à la folie des cours mondiaux. 20 centimes de hausse me paraît une meilleure appréciation que les 9 centimes du Premier Ministre. Cela permet donc de dire que le chèque de 100 euros couvre le surcoût lié à l’achat de 500 litres de carburant. Après, à chacun de calculer si ça colle avec son mode d’utilisation de sa voiture. A 5 litre/100 kilomètres (petites voitures en déplacements péri-urbains), cela permet de faire 10.000 kilomètres dans une année soit environ 200 kilomètres par semaine ou si vous préférez 30 kilomètres par jour. Evidemment à 10 litres au cent (SUV en conduite urbaine) vous en faites deux fois moins. On pourrait faire le même raisonnement pour les consommations de fuel, de gaz ou d’électricité pour le chauffage, sauf que pour mesurer l’impact de ces 100 euros, vous allez peut-être devoir faire un choix entre le transport et le chauffage

Du coup, chacun peut mesurer l’intérêt réel mais aussi les limites de ce « chèque inflation ». Il reste toutefois un côté baroque au dispositif simple voulu par le gouvernement. Tout le monde peut en bénéficier qu’il ait ou non une voiture, qu’il se chauffe au fuel, au gaz ou à l’électricité. Enfin quand je dis tout le monde, c’est sous condition de revenu. La barre de 2.000 euros retenue fonctionne comme un couperet. A 1999 euros, vous aurez droit au chèque à 2001, à rien.

Comme quoi il n’y a pas de système parfait. C’est dur pour un gouvernement libéral de pallier les excès d’un système économique qui a érigé le marché en valeur suprême. C’est encore plus dur lorsque pour limiter le coût budgétaire de ces mesures dites d’accompagnement, on décide de tordre le cou, provisoirement rassurez-vous, au dogme du marché. En sortant l’arme du blocage des prix du gaz pendant un an, le gouvernement s’est fait violence. En arriver là prouve que le système bâtard qui a remplacé le service public du gaz, ne peut pas fonctionner même avec les stabilisateurs mis en place par la loi. Les formules de calcul de revalorisation des prix, qui en soi sont une hérésie en économie de marché, semblent ne plus fonctionner quand les marchés entrent en transe. D’ailleurs dans l’autre sens non plus cela n’a pas marché car la dépression des prix du gaz il y a deux ou trois ans s’est certes traduit par une réduction du prix « encadré » mais pas à la hauteur de la baisse des cours. Pendant cette période, il n’est pas totalement stupide de penser qu’une rente provisoire s’est constitué mais personne ne s’en est plein, ni le consommateur car les prix baissaient, ni les entreprises distributrices, car on se vante rarement de sa bonne fortune. Seul l’Etat aurait pu regimber mais il était tenu par ses propres règles. Mais aujourd’hui, la situation n’est plus la même, provisoirement aussi. Les entreprises distributrices peuvent se trouver coincées entre des cours élevés et un prix de vente bloqué. Heureusement, les députés ont volé à la rescousse de ces « malheureux » https://www.ouest-france.fr/Gel du prix du gaz. L’Assemblée vote en faveur d’un dédommagement des fournisseurs. La décision est trop récente pour en connaître les détails mais on sait quand même que cela va couter 1,2 milliards. Il reste à espérer que cette aide sera elle aussi distribuée sous conditions de ressources, que le rattrapage sera fait lorsque les cours reviendront à la normale et que les marges se reconstituant mécaniquement, ces entreprises bénéficiaires reverseront au Trésor cette aide provisoire.

Parierez-vous que c’est ce qui est prévu ? Si je perçois ce chèque inflation, je suis prêt à parier son montant que ce ne sera pas le cas.

Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.