Du sucre dans mon réservoir !

Il y a 3 ans, une telle annonce https://www.lesechos.fr/Le prix du gazole bat son record historique en France aurait mis dans la rue des centaines de milliers de personnes.

La situation n’était évidemment pas la même puisque ce qui à l’époque avait provoqué l’ire des protestataires était une augmentation des taxes. Or si on regarde l’évolution des taxes sur les produits pétroliers https://www.ecologie.gouv.fr/fiscalite-des-energies, force est de constater que depuis cette date celles-ci n’ont pas bouger sauf en ce qui concerne le fuel, où cette forte progression des taxes va accélerer l’abandon de ce mode de chauffage particulièrement polluant.

Donc si aujourd’hui des records sont battus ou en passe de l’être cela tient à d’autres causes parmi lesquelles, le prix du produit brut, les coûts de transformation et de transport et la marge des distributeurs.

Or que constate-t-on ? Les commentateurs unanimes ne parlent que de la brusque tension sur les marchés mondiaux des produits pétroliers. Je veux bien l’entendre mais je ne suis pas naïf au point de croire que les grands distributeurs de produits pétroliers n’ont pas pris la précaution de passer des contrats à long terme à des prix relativement stables. L’instantanéité de la réponse à la pompe me laisse un peu dubitatif sur ce point.

En outre, quand bien même ces distributeurs seraient asse ballots pour se soumettre intégralement aux fluctuations du marché à court terme, je constate que lors de la précédente flambée du prix des carburants à l’automne 2018, les cours des différents « crus » de pétrole étaient supérieurs au cours actuels. Du coup, je me dis que certains doivent avoir profité de la situation pour améliorer leur propre position. Ne restent donc plus pour cela que les raffineurs, transporteurs et distributeurs.

A cet égard, je trouve que le journal qui a publié l’article qui servi de base à ce billet a l’esprit vraiment mal tourné de mettre comme autre article de référence sur le même sujet ceci : RECIT -ZOOM –Le futur siège à 1 milliard d’euros de TotalEnergies dévoile ses aménagements

« Honni soit qui mal y pense ! » comme on dit au Royaume-Uni.

Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.