Au chevet de la biodiversité, les mauvaises fées du verbiage et de l’enfumage.

Début septembre 2021, Jupiter est descendu de l’Olympe élyséen pour honorer la cité phocéenne de sa gracieuse présence. Et n’allez pas croire que c’était pour satisfaire à sa passion olympienne pour « l’Ohême », ni pour fustiger les petits voyous qui font un mauvais et sanglant remake de Borsalino (je ne pouvais pas rater cette citation) dans les quartiers Nord. Non, il était là-bas pour magnifier la défense de la biodiversité.

Jamais à court de lyrisme et face au Vieux Port, il s’est laissé aller à des grandes envolées sur la défense des océans https://www.liberation.fr/A Marseille, Macron se place au sommet de la nature. Compte tenu de l’importance de ceux-ci sur la surface du globe et plus modestement sur l’emprise territoriale de la France, Jupiter embrasse large.

Mais comme disait le pompier pyromane, qui trop embrase, mal éteint. Donc à force de s’enflammer à tout va, il a fini par partir en vrille

Car dans le même temps on il déclarait « l’océan bien public mondial », ses sbires à Bruxelles faisait tout pour que sur l’immense domaine maritime de la France , cela reste un bien national, taillable et exploitable à satiété https://www.actu-environnement.com/Extraction minière en eaux profondes : la France opposée au moratoire réclamé par l’UICN. Il s’agit là d’une vieille histoire qui rappelera aux plus anciens ces vieilles lunes sur les « nodules polymetalliques » qui faisaient rever tous les ingénieurs du BRGM dans les années 70. Mais avouez que cela fait désordre, ou alors c’est encore un symptome du fameux syndrome qui a frappé les plus hauts sommets de l’Etat, le « EnMêmeTemps-17/22 » qui fait qu’on peut être en même temps écolo à Marseille, et prédateur à Bruxelles.

Tiens, pendant que nous sommes à Bruxelles, restons-y un instant car il s’en prépare une belle https://www.euractiv.fr/Bruxelles se prépare à reconnaître le nucléaire comme une énergie « verte ». Ainsi l’énergie qui est considérée par beaucoup, depuis des années, comme le plus grand risque cataclysmique en matière d’énergie, serait considérée comme « verte ». C’est à croire que le vert est devenu une couleur passe-partout !

Après tout, il paraît que le caméléon est vert au naturel, alors pourquoi pas considérer que Jupiter est vert, lui aussi.

Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.