Innovation : un « sans » impur abreuve leur communication

C’est un peu partout la course au plus « propre », au moins carboné, un plus « vert » en d’autres termes. Et certains n’hésite pas à se livrer à quelques approximations.

C’est admis, l’ennemi, c’est le carbone. Allez savoir pourquoi ! Les fibres de carbone nous rendent bien dervices dont celui justement de fixer provisoirement quelques molécules de « C » qui sans cela pourraient aller se combiner avec des molécules d ‘ « O » afin d’aller former le véritable ennemi, j’ai nommé le CO² qui, pour reprendre les hyperboles journalistiques, asphyxie la planète, tout comme son cousin, le monoxyde de carbone nous asphyxie tout simplement.

Donc sans plus regarder, on chasse le carbone. C’est pourquoi quand j’ai lu le titre de cet article https://www.ouest-france.fr/La Suède a produit et livré au constructeur automobile Volvo le premier acier sans charbon, j’ai quand même souri. En effet, dans ma lointaine jeunesse, j’ai appris de mes cours de physique mais aussi des parents de mes voisins, tous ingénieurs sidérurgistes, que ce qui fait la qualité de l’acier, c’est…..la teneur en carbone.

Du, coup, je suis allé voir de plus près de quoi il retourner. Ah ! Ouiche ! En fait d’innovation, ils veulent tout simplement nous vendre ce qui existe déjà depuis au moins un siècle, c’està dire l’acierie électrique dit acierie Martin-Siemens qui permettait déjà au début du siècle passé de recycler les pièces métalliques en fer et acier. La nouveauté résiderait, si nouveauté il y a, dans la source de l’énergie électrique. Mais produire de l’électricité à partir de l’hydrogène, vous le savez depuis que vous me lisez, c’e n’est pas bien nouveau.

Cela dit, afficher « sans charbon », cela fait chic dans les diners en ville, mais il n’y a pas de quoi se rengorger. J’ai pris cet exemple parce qu’il me venait sous la main dans l’actualité. J’aurai aussi bien pu prendre les autres campagnes de communication à base de « sans » : vin « sans » sulfites, fruits « sans » pesticides, pâte à tartiner « sans » huile de palme, etc…

Ces « sans »  impurs ont une belle couleur verte comme aurait dit ce bon John Dalton.

Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.