Ça ne me fait plus rire n°2 : Les chemins de la transition passent par leurs poches

La plupart des entreprises du CAC 40 ont, de par leur histoire, une lourde responsabilité dans la situation où se trouve actuellement notre planète, soit parce qu’elles ont participé directement au gaspillage des ressource naturelles, et particulièrement à la progression quasi-exponentielle de la production des différents gaz qui empêchent notre planète de respirer normalement, soit qu’elles l’ont activement financé.

Au nom de cette histoire, les conseils d’administration de ces grands groupes auraient dû voter une contribution volontaire aux financements des politiques publiques visant à atténuer les effets de la catastrophe annoncée au fil de ses rapports par le GIEC.

Loin de là, au contraire, elles ont mis en place des stratégies d’adaptation de leur propre modèle afin de le rendre acceptable à des opinions publiques, composées par ailleurs de consommateurs. Et c’est la mise en œuvre de ces stratégies que ces conseils d’administration récompensent ici https://www.huffingtonpost.fr/67% des patrons du Cac 40 touchent des bonus liés à leur stratégie climatique. Cela serait moindre mal si ces stratégies avaient pour finalité d’accélérer les mutations nécessaires à l’inversion des processus. Mais quand on y regarde d’un peu plus près, il s’agit de faire des petits pas afin de ne pas perturber l’équilibre interne au lieu d’un grand chamboulement. Leur stratégie climatique est après le statu quo, la pire chose qui pouvait arriver dans le monde économique. Ces gens-là n’ont pas compris que la transition, ce n’était pas un petit pas de côté mais parfois une soudaine volte-face. Et ça, les actionnaires, ceux qui en fin de compte paient ces patrons, n’en veulent à aucun prix.

Et stratégie « climatique » ou pas, la priorité reste pour la plupart d’entre eux, le retour le plus rapide des capitaux investis. Si on avait encore le moindre doute, la dernière mode dans le monde des affaires devrait suffire à nous convaincrehttps://www.lesechos.fr/fDes programmes de rachats d’actions musclés après un bon semestre 2021. Cela dit, une entreprise qui dépensent ses ressources à rembourser son capital, c’est un peu le serpent qui se dévore. Dans ce cas qu’ils s’étouffent ! Et si comme le dit un des pratiquants de ce petit jeu, il s’agit ainsi de se défaire de la tutelle pesante du résultat à court terme imposée par les actionnaires, c’est là qu’on va voir si ces patrons ont vraiment une vision à long terme pour leur entreprise …et pour la planète.

Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Ça ne me fait plus rire n°2 : Les chemins de la transition passent par leurs poches

  1. Ping : Ça ne me fait plus rire n°3 : On ne va quand même pas les plaindre ! | Dominiqueguizien's Blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.