La peste soit des pollueurs !

Malgré des campagnes particulièrement efficaces des ONG écologistes, malgré les grandes déclarations du Président et de son ministre, malgré les avis des instances scientifiques indépendantes, malgré même les injonctions du Conseil d’Etat, il semblerait que l’addiction des exploitants agricoles aux pesticides ait connu une rechute après une rémission en 2019 https://www.actu-environnement.com/ La vente des pesticides en France en hausse de 23 % en 2020Il n’en faut pas plus pour jeter de nouveau la pierre à ces exploitants agricoles qui se moqueraient comme d’une guigne de toutes ces déclarations alarmistes. D’ailleurs, comme le fait remarquer l’auteur de cet article, la hausse constatée n’est en fait qu’un effet de rattrapage sur l’année précédente et si on lisse la courbe, il y aurait une véritable inflexion. Cela reste à confirmer.

En tout ce qui est déjà confirmé, ce sont les recriminations du syndicat agricole majoritaire qui déjà en 2019 était parti en guerre contre les mesures prises ici ou là pour limiter leurs épandages https://www.francebleu.fr/Les agriculteurs de la FNSEA se mobilisent contre la limitation des pesticides et « l’agri-bashing ». Certains avaient même parler de dénigrement systématique de la profession, revendiquant haut et fort leur expertise dans le maniement de ces produits dangereux et leur sens des responsabilités

Mais comme cela ne suffisait pas à faire baisser la pression, ils avaient utilisé l’arme judiciaire pour intimider leurs opposants, inventant au passage un drôle de délit https://reporterre.net/Pour défendre les pesticides, la FNSEA invente le délit de « pollution démocratique ». Manifestement, dans leur bouche, le mot pollution prend une signification particulière.

Mais puisqu’on parle de pollution, parlons des vraies saletés qui arrivent dans nos campagnes. Je ne sais pas si je vous en ai parlé, mais il y a trois mois, un petit cours d’eau côtier comme il y en a beaucoup sur le littoral du Nord-Finistère avait été totalement souillé par des arrivées massives de lisier de porc, à telle point que la pêche des coquillages avaient rendu impossible dans la baie où se deverse ce cours d’eau, une quinzaine de kilomètres en aval. A l’époque, le syndicat avait parlé de malchance, d’accident malheureux qui ne remettait pas en cause le bien-fondé des méthodes d’exploitation. Las, trois mois plus tard, c’est de nouveau l’alerte rouge dans ce cours d’eau https://www.letelegramme.fr/Des sacs d’engrais découverts dans la Penzé : la coupe est pleine pour les pêcheurs du Pays de Morlaix. Cette fois-ci, ce sont des sacs entiers d’engrais qu’on retrouve au bord de l’eau. Il n’est plus question de malchance, mais plutôt de négligence, pour employer un euphémisme. Difficile après cela de parler de l’expertise des exploitants qui savent ce qu’ils font avec leurs produits et de leur sens des responsabilités. S’ils sont minoritaires, ce serait pas mal que leur syndicat les morigène un peu ; il serait plus crédible ensuite pour parler de responsabilité.

Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.