Ce ne fut qu’une pause sur les chemins de la transition.

Dans le prologue de ce feuilleton de l’été « les chemins de la transition » , deux personnages, un philosophe et un économiste, définissaient les 5 voies qu’il convenait de prendre pour assurer une évolution aussi harmonieuse que possible vers un monde qui n’aurait plus peur de la catastrophe écologique annoncée.
1 – Vers une réconciliation avec la nature
2 – Vers une civilisation techno-responsable
3 – Vers une culture de l’optimum
4 – Vers un nouveau consensus démocratique
5 – Vers une liberté positive

Depuis que vous me lisez, vous savez que tous les ans, je salue comme il le mérite cet événement, le jour où l’humanité a « consommé » une planète pour satisfaire les besoins inextinguibles des plus avides.

J’ai toujours évité de parler de la façon dont les ONG calculent cette empreinte écologique car comme toute méthodologie expérimentale, les choix qui ont été faits sont forcément sujet à caution.

Par contre ce qui m’importe, c’est que avec cette même méthodologie, on a vu chaque année cette date avancer. Ceci signifie en effet qu’avec les mêmes outils de calcul, on constate que, d’année en année, les Terriens consomment toujours un peu plus vite les ressources que la Terre peut produire en une année, ce qui veut dire que chaque année les Terriens tapent un peu plus dans le capital accumulé depuis des milliers et des milliers d’année.

SAUF… en 2020 où pour la première fois le « jour du dépassement » a reculé et pas d’un peu, de près d’un mois.

Il aurait illusoire le 28 août 2020 de crier victoire et de croire à l’inversion des courbes. En effet, pendant au moins la moitié de l’année, les économies les plus développées du monde avaient tourné au ralenti. Notons quand même que cela apportait de l’eau au moulin des « décroissants » mais comme la méthode de réduction de l’activité n’était pas des meilleures, cela leur faisait une belle jambe.

D’autant plus que 11 mois plus tard, il faut déchanter

En effet quand j’ai lu çahttps://www.actu-environnement.com/Jeudi 29 juillet, l’humanité aura consommé ses ressources naturelles de l’année, je me suis dit « mais enfer et damnation! Le 29 juillet, c’est aujourd’hui! A partir de demain, je vis à crédit, c’est pire que lorsque j’étais étudiant, quand la fin du mois commençait le 20. »

Bon soyons lucide qand même, nous n’avions pas avancé à ce point sur les chemins de la transition pour espérer réellement avoir réussi à inverser la tendance. Mais regardons quand même cette date, le 29 juillet, le jour du passement tombe un 29 juillet, comme en 2019. Est-ce à dire que l’humanité serait en train de faire du surplace dans sa marche vers l’abîme ? Ptêt ben qu’oui, ptêt ben qu’non ! Car n’oublions pas que, rattrapage ou pas, l’année 2021 est encore une année de confinement partiel, que les migrations saisonnières, fortement consommatrices d’énergie fossile pour faire voler des charters archi-bondés, n’ont pas repris, que certaines chaines de production sont bloquées à cause de pénuries (mal venues ?) de pièces détachées indispensables. Cela reste quand même un indicateur qui confirme bien qu’il y a un lien entre ces activités, perturbées, et notre boulimie de ressources naturelles.

Laissons les ONG analyser tout cela avec l’aide ou non des économètres. Peut-être en tireront-ils de nouvelles pistes sur les chemins de la transition écologique.

Cet article, publié dans développement durable, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.