Sur les chemins de la transition

Dans l’épisode précédent, deux personnages, un philosophe et un économiste, définissaient les 5 voies qu’il convenait de prendre pour assurer une évolution aussi harmonieuse que possible vers un monde qui n’aurait plus peur de la catastrophe écologique annoncée.

1 – Vers une réconciliation avec la nature
2 – Vers une civilisation techno-responsable
3 – Vers une culture de l’optimum
4 – Vers un nouveau consensus démocratique
5 – Vers une liberté positive

Dans la pratique, les choses ne se passent pas forcément de façon aussi claire et limpide. En voici trois exemples.

L’une des découvertes de la crise sanitaire, que nous vivons toujours, a été le télétravail. Certes, le concept était déjà connu et les prospectivistes avaient déjà imaginé ces bureaux à la campagne où depuis chez soi, on pourrait collaborer avec des dizaines d’autres personnes sur des mêmes projets. Mais ils n’avaient peut-être pas prévu ceci https://usbeketrica.com/Le « Bleisure », ou l’art de concilier travail et tourisme
Cela a tous les avantages du télétravail c’est à dire réduire les trajets quotidiens avec ce que cela signifie de temps perdu et de CO² émis, réduire le besoin d’espaces de bureaux dans les centres-villes déjà engorgés et rendre une autonomie d’organisation à des salariés notamment. Cela en a aussi les inconvénients, à savoir le sentiment d’isolement (quoique sur la plage au bord de l’eau, c’est surement plus supportable que dans un trois pièce-cuisine au 5° étage), la nécessité quand même de rencontres physique (et là c’est chaque fois un aller-retour Bali-New-York ou un Drubovik-Paris) et en plus cela présente l’immense inconvénient d’être difficilement généralisable donc difficile à faire accepter par la majorité frustrée.

Luc Besson, après d’autres auteurs de science-fiction, avait imaginé le ciel de nos ville encombrés de petits véhicules volant à basse altitude. Cela deviendra une réalité dans les années à venir https://usbeketrica.com/Taxis volants en Europe : un marché en pleine croissance
On peut quand même se demander pourquoi l’homme cherche à ce point à réaliser le rêve d’Icare. Il y a naturellement des raisons rationnelles. La première est que les voies terrestres urbaines étant tellement encombrées, que passer dans la troisième dimension apparaît comme une évidence. La deuxième est que, comme il y a moins de monde et que les contraintes de trajectoire sont moindres, on ira nécessairement plus vite. Là, le principe de l’optimum nous oblige à nous poser la question de l’efficience des minutes ainsi gagnées, tout comme devrait nous interroger cette congestion des voies terrestres et plutôt que de contourner le problème par le haut, l serait plus sain de l’aborder de front pour en trouver les causes et du coup en réduire la portée. Naturellement, la performance technologique elle-même ne doit pas éblouir surtout si on la rapporte à l’efficience globale en terme de service rendu et aussi en termes d’atteintes aux ressources naturelles.

Enfin, le dernier exemple est peut-être plus difficile à décrypter. En effet, qu’un géant du pétrole s’associe à un génie de l’industrie de l’environnement pour développer la culture des microalgues afin de relancer sa filière biocarburant est a priori une bonne nouvelle https://www.energiesdelamer.eu/TOTALENERGIES ET VEOLIA s’associent pour développer la culture des microalgues
Mais n’oublions quand même pas que si cette filière avait du plomb dans l’aile, c’est parce que le même pétrolier avait développé à outrance sa production à partir d’huile de palme issue d’une déforestation massive. Dès lors on peut craindre que les ingénieurs et chimistes qui pilotent ce projet oublient encore qu’en matière de production l’optimum correspond rarement au maximum possible.

Comme quoi, vous le voyez, les voies de l’évolution sont comme la langue d’Esope, la meilleure ou la pire des choses, selon l’usage qu’on veut en faire.

Cet article, publié dans développement durable, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.