Investissements responsables : après les pionniers, les carnassiers

Il y a encore 5 ans, investir dans le développement durable, la transition énergétique, la transition agro-écologique, la transition tout court, relevait de l’acte militant, sans la moindre intention d’en tirer un profit maximum mais au contraire avec la volonté de rendre utile un argent qui dormait. Il faut saluer ces pionniers de ce qu’on n’a pas tardé à appeler la « finance verte ».

Et puis les choses ont rapidement évolué. Il faut dire que les scénarios alarmistes présentés par le GIEC ont commencé à se réaliser. Cela a accéléré la prise de conscience d’un nombre grandissant de contemporains que la planète allait si ce n’est vers une catastrophe annoncée, en tout cas vers un avenir où la place de l’Homme serait de plus en plus précaire. Or une des caractéristiques majeurs de ces contemporains est que la plupart d’entre eux sont aussi des consommateurs et ça, pour les affaires, ce n’était pas bon. Cela tombe d’autant plus mal que dans le même temps, les premières catastrophes liées aux dérèglements climatiques plombaient sérieusement les coûts de production, alourdissant la charge d’assurance contre des risques de plus en plus onéreux, réduisant fortement les rendements des productions naturelles, désorganisant un peu plus les processus de production et de distribution.

Bref, la Berezina de l’économie mondialisée était une perspective qui ne pouvait laisser indifférents ceux qui en sont les principaux soutiens parce que les principaux bénéficiaires, les financiers.

Il faut leur reconnaître cette qualité : ils savent s’adapter et réagir vite à l’événement. C’est donc ce qu’ils ont fait. Il y a deux ou trois ans, les avis émis par les patrons des principaux gestionnaires de fonds avaient sonné la fin de la récréation. Et depuis, les choses se sont mises en place avec une rapidité déconcertante https://www.optionfinance.fr/La vague ESG se transforme en tsunami
Mais que se cache-t-il derrière ce premier bilan impressionnant. Tout d’abord, de quoi parle-t-on quand on parle d’investissement « ESG » ? Finalement est-ce si différent de l’ISR, investissement socialement responsable ? Je laisserai les experts et les champions siglistes en discuter et je me contenterai des définitions données par deux sites qui se sont penchés sur la questions depuis déjà quelque temps
Quels sont les critères ESG ?
https://www.novethic.fr/lexique/detail/esg.html
Le moins qu’on puisse dire est que ces définitions laissent encore une large part à l’improvisation, à l’approximation, donc à la manipulation.

Et pourtant, malgré ce flou, cela n’empêche pas des cohortes entières de jeunes diplômés de s’y lancer à corps perdu https://www.optionfinance.fr/L’irrésistible montée des métiers de la finance durable
Evidemment, parce qu’il sont jeunes, ils se sentent plus concernés par les questions de sens, du moins, c’est ce qu’on voudrait nous faire croire, car malgré tout, il y a quand même chez ces jeunes diplômés une autre puissante incitation, la carrière et pour nombre d’entre eux la rémunération. D’ailleurs, tant que les logiciels des directeurs des ressources humaines n’auront pas été modifiés, pourquoi voulez-vous qu’ils s’imposent des critères qui pourraient les desservir alors qu’on leur propose d’autres autrement plus attrayants.

Et c’est peut-être là où le cercle vertueux se brise inévitablement. En effet, tant que au plus haut sommet des entreprises et notamment dans les instances de gouvernance, l’ultime critère d’évaluation de la performance restera la rentabilité financière, tout le reste risque de n’être qu’un habile habillage. En effet, https://www.optionfinance.fr/Les fonds verts au défi de la performance financière et pour l’instant ce défi est loin d’être relevé. Les enjeux économiques l’emportent encore largement sur les autres considérations. Et cette prégnance ne se limite pas aux cercle dirigeants de l’économie puisque même dans les instances gouvernementales ou supra-gouvernementales, les considérations écologiques doivent passer sous le joug des impératifs économiques ou géopolitiques.

C’est du moins ce qui ressort des discussions qui s’achèvent pour définir réglementairement ce qui est vert et ce qui n’est l’est pas https://www.revolution-energetique.com/Les enjeux de la taxonomie européenne : qu’est-ce qui est vert et qu’est-ce qui ne l’est pas ?
On n’est ainsi peu surpris d’apprendre que pour la France, l’énergie nucléaire est verte donc éligible aux financement ESG alors que pour l’Allemagne, il ne saurait en être question. L’une envisage en effet de construire 6 EPR (dans quels délais ? [sourires]) alors que l’autre a banni cette source depuis Fukushima. Mais du coup, il lui faut une autre source d’énergie pas trop sale ; c’es pourquoi, pour l’Allemagne, le gaz est une énergie verte, par défaut, malgré sa composition hydrocarbonée.

Vous voyez, tant qu’il y aura de tels accommodements avec le ciel, les carnassiers de la finance vont pouvoir investir, avec la bénédiction des Etats et sous les applaudissements des foules conquises par un tel « civisme », dans des secteurs novateurs donc à hauts rendements pour peu qu’on ne prête pas trop attention aux contraintes annexes que supposerait un investissement réellement écologique.

Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Investissements responsables : après les pionniers, les carnassiers

  1. Ping : Les chemins de la transition vus de la planète « Finance » | Dominiqueguizien's Blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.