La grande lessive : «  on va encore les essorer » [rire sardonique]

Cela fait maintenant près d’un, depuis le précédent déconfinement exactement, que les analystes économistes nous disent que les Français épargnent plus. Ces jours-ci, le chiffre est tombé https://decouverte.challenges.fr/Pendant la pandémie, les Français ont épargné 142 milliards d’euros supplémentaires

Déjà qu’en temps ordinaire, le Français est avec le Japonais et le Chinois un champion du monde de l’épargne mais avec ce surplus, les bas de laine sont en train de craquer. Enfin, quand je dis bas de laine, c’est évidemment une image car ces épargnants, ce ne sont pas les petits retraités, ni les employés et ouvriers mais plutôt les cadres moyens et surtout les cadres supérieurs qui disposent de confortables comptes bancaires avec moult livrets.

Le ministre de l’Economie espère que cette épargne va se dépenser rapidement pour relancer la consommation. Cruelle erreur car les consommations non quotidiennes de ces gens-là sont de celles qui ne peuvent pas se faire facilement actuellement, style grands voyages à l’étranger.

Non, cette épargne va evoir s’investir. Et c’est d’ailleurs ce que pensent aussi les professionnels de la gestion de portefeuille qui vont tout faire pour favoriser la vie de ces candidats à l’investissement « rentable et sans risque » https://www.lesechos.fr/Les particuliers auront bientôt accès aux placements accélérés d’actions

On peut donc s’attendre à une ruée vers la Bourse, comme il y en eut une à la fin du siècle précédent quand sous les impulsions successives de ministres sociaux-libéraux ou libéraux pas socialos, la « titrisation » avait ouvert largement les portes de la Bourse aux épargnants aisés de France et de Navarre.

Il se trouve que cela se faisait dans un climat d’euphorie lié à l’émergence d’une nouvelle économie. Or coïncidence ou pas, on retrouve ces jours-ci le même climat https://www.optionfinance.frLe CAC 40 retrouve ses sommets de septembre 2000La séance du lendemain, c’est à dire le 2 juin fut encore meilleure.

Du coup, tout s’annonce bien, non ? Eh, bien NON ! Car souvenez-vous de ce qui se passa juste après https://fr.wikipedia.org/wiki/Krach_boursier_de_2001-2002

Il convient alors d’avoir en tête ces deux adages connus des vieux boursicoteurs : « les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel » et « il faut acheter au son du canon et vendre au son du violon ».

Il est certain que ceux qui vont se risquer au jeu boursier ces jours-ci ont de fortes probabilités de se faire « rincer » au plus grand profit de ceux qui connaissent la chanson.

De toute façon, la Bourse a toujours été un jeu où les épargnants étaient perdants. Je ne vois d’ailleurs pas pourquoi je perds mon temps à vous en parler, il y a tellement d’autres façons d’employer utilement son épargne.

Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.