Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées

Cela m’avait échappé, tellement ce qu’elle disait sur le fond m’exaspérait, mais je viens de constater que le véritable titre de la sous-ministre en charge de l’ESS était « secrétaire d’Etat chargé de l’économie sociale, solidaire ET responsable » et ce dernier adjectif change tout. Cela explique notamment pourquoi lors de son interview récente à Sociétal, revue de l’Institut de l’Entreprise, elle insistait tant sur le fait que la loi PACTE, qui crée les entreprises à mission, était en fait un texte visant à rendre « plus responsable le capitalisme français« . Ceci est un bel aveu que dans l’esprit de cette ministre mais aussi de son mentor jupitérien, le capitalisme français est majoritairement irresponsable. Curieusement, ni le MEDEF, ni l’AFEP (association française de l’entreprise privée, qui regroupe le gratin du CAC40) n’ont jugé bon de relever cette insolence. Mais la sous-ministre va plus loin dans l’outrecuidance. Elle veut leur apprendre à penser, à gérer, à communiquer « durable », bref elle veut renvoyer à l’école les patrons français https://www.novethic.frle gouvernement lance IMPACT, une plateforme pour enseigner aux entreprises le reporting extra-financier C’est vrai que quand on voit la façon indigente dont sont sont rédigés la plupart des rapports RSE de ces entreprises, il y a de quoi s’interroger sur leur capacité à faire les choses correctement.

L’initiative en soi ne serait donc pas mauvaise si elle ne dénotait pas deux tournures d’esprit propres à la caste qui dirige actuellement ce pays. La première est le sentiment d’omniscience qu’on pourrait traduire ainsi : « Ce n’est pas ma partie, je le sais bien, mais peu importe, je pige tellement vite que je vais vous expliquer votre job. ». C’est fréquent chez les forts en thème imbus de leur « fortitude » mais ça peut se soigner à coup de dégonflage de melon. La seconde est par contre plus pernicieuse car c’est cette mauvaise habitude de tenter de faire porter à autrui toute la charge d’une catastrophe annoncée alors que dans les faits, chacun a sa petite part de responsabilité.

Ainsi, s’agissant de renforcer les compétences des équipes dirigeantes en matière de reporting extra-financier, grands dieux, !que l’Etat laisse les partenaires sociaux bâtir leurs propres outils ! Il y a suffisamment d’Instituts et de think tanks qui gravitent autour des syndicats patronaux et salariaux ou des ONG sans que l’Etat, dont ce n’est pas le métier, vienne y mettre son grain de sel. A chacun ses responsabilités : la gestion des entreprises et leurs relations avec leurs parties prenantes, c’est d’abord et avant tout l’affaire des entreprises et de ces parties prenantes.

Quant à l’Etat, puisqu’il s’agit de justice sociale autant que d’inocuité environnementale, son rôle est de donner le cadre réglementaire (les super-structures) nécesssaires et les infrastructures permettant à ces partenaires de mener leur jeu comme ils l’ont définis.

Or de ce point de vue, ça coince un peu.

Les promoteurs du procès « l’affaire du siècle » l’ont bien identifié : l’Etat est responsable devant les générations futures dès lors qu’Il n’aura pas mis en œuvre les actions nécessaires pour garantir une moindre nocivité de l’activité humaine dans son ensemble, du point de vue social comme environnementale.

L’actualité de ces derniers jours montre que de ce point de vue, l’Etat a failli ou est sur le point de lle faire.
Il y a tout d’abord ce constat sans appel https://www.euractiv.fr/Fret ferroviaire et fluvial : la France accumule du retard Alors que le transport routier représente 90% des transports de marchandises, pourcentage inégalé en Europe, que celui-ci est la cause de près du tiers des émissions de GES, et que sa performance écologique est au moins 6 fois pire que les deux modes alternatifs qui lui sont concurrents, les pouvoirs publics restent bras ballants. Il paraît que c’est en raison du trop mauvais état des réseaux. Pauvre excuse ! Au contraire, pire c’est, plus il est urgent d’agir fortement et ce n’est pas 5 milliards qu’il faudrait mais 50 milliards pour renverser la tendance. Mais le lobby routier veille. Mais admettons que le poids du passé soit lourd.
L’excuse ne sera plus valable pour un autre dossier où les équipes jupitériennes sont en train de se fourvoyer, la réforme de la PAC https://www.euractiv.fr/Les arbitrages du ministre de l’Agriculture en vue de la future PAC sèment la controverse Je ne vous cache pas que je partage assez fortement les analyses de la FNAB et de la Confédération Paysanne et que ce n’est pas en cédant aux pesanteurs du passé et aux pressions du lobby de l’agro-industrie que l’Etat fera face à ses responsabilités vis-à-vis des générations futures.

Voilà au moins deux chantiers pour lesquels l’Etat devrait se prendre par la main pour dire « dans ce combat commun pour une planète plus juste et plus saine, je vais faire ma part. », plutôt que d’aller battre sa coulpe sur la poitrine de Ses voisins, les chefs d’entreprises.

C’est d’autant plus dommage que si j’en crois la presse européenne, il serait plutôt dans l’air du temps de faire le contraire tant en matière de transport https://www.euractiv.com/EU to target industry, transport in renewable energy rules qu’en matière de réforme de la PAC https://www.euractiv.com/Well-designed CAP can deliver on biodiversity goals, German scientists say

Ce n’est pas en allant à rebours des autres qu’on améliore sa propre compétitivité.

Et pour un Président auquel on prêterait l’ambition, secrète pour le moment, de devenir Président de l’Europe, quand le moment sera venu, ce n’est peut-être pas une bonne stratégie personnelle. Rien que pour cette dernière considération, il devrait y réfléchir si le reste l’indiffère.

Cet article, publié dans développement durable, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.