L’Etat semble découvrir la RSE (et il n’est pas le seul)

Cela fait maintenant plus d’une décennie que la RSE fait partie du paysage des grands groupes et plus d’un lustre que cette culture a commencé à infuser dans les entreprises de taille intermédiaire, voire les grosses PME.

Mais voilà que Bercy se réveille et cherche à savoir comment les entreprises s’en sortent pour faire face à ces nouvelles obligations, y compris celle issue de la loi sur le devoir de vigilance de 2017 ou de la loi PACTE qui crée notamment les entreprises à mission https://www.optionfinance.fr/France : le ministère de l’Economie lance une mission sur la gouvernance responsable des entreprises

Et dans ce cas, il n’y a rien de mieux que de faire appel à des praticiens chevronnés. En l’occurrence, la personne chargée de la mission semble remplir parfaitement toutes les cases. En effet, la RSE est inscrite dans les gènes de l’entreprise, quasiment depuis les origines https://groupe-rocher.com/metiers/rse.

Depuis même, il semble d’après le site du groupe, que l’entreprise se soit dotée d’une mission « reconnecter ses clients avec la nature ». Cela en dit long sur la responsabilité environnementale de l’entreprise, d’autant plus que, par atavisme ou par opportunisme commercial, l’entreprise s’est convertie au bio.

En ce qui concerne sa responsabilité vis à vis de ses partenaires, là non plus, rien à redire puisque dès janvier 2013, le journal régional pouvait titrer ceci https://www.ouest-france.fr/Yves Rocher récompense ses fournisseurs

Tout serait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes, s’il n’y avait ce petit couachttps://lexpansion.lexpress.fr/En Turquie, un conflit social écorne l’image d’Yves Rocher Et il ne s’agit pas d’un petit conflit puisque tout est parti du licenciement de 120 personnes, que la grève a duré plus de 200 jours et que les témoignages se sont multipliés sur la façon peu démocratique de gérer l’entreprise filiale.

C’est hélas ce qui se passe souvent dans ces entreprises qui surfent sur la vague RSE ; tout est a peu près convenable chez nous où tout est visible et vérifiable alors que loin des yeux, c’est un peu différent.

C’est d’ailleurs pourquoi la loi sur le devoir de vigilance a été votée en janvier 2017 afin que les plus grosses poussières ne soient pas grossièrement balayées sous le tapis https://www.novethic.fr/DEVOIR DE VIGILANCE

Puisqu’il s’agit d’une mission sur la gouvernance des entreprises, on pourrait peut-être suggérer à ce chargé de mission de proposer que la RSE soit confiée à un Directeur Général ayant même rang que le Directeur Financier le Directeur Marketing ou le Directeur Produits et non pas confiée à une simple chargée de mission comme semble l’indiquer le site du groupe en question.

Cet article, publié dans RSE, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.