La lutte des castes

Ce n’est pas un fait exprès mais cela tombe le 1° mai 2021 que l’actualité m’amène à parler de la lutte des castes dans les hautes sphères de la société française et ici plus singulièrement dans la sphère publique.

Ce qui a déclenché ma réflexion, c’est cette interview d’un grand connaisseur de ces milieux https://www.acteurspublics.fr/Jean-Pierre Jouyet : “Le Président doit éviter de politiser la haute administration”

J’aurai pu m’arrêter à la simple lecture du titre et faire ce commentaire laconique « Compte tenu de sa carrière, est-il le mieux placé pour dénoncer la politisation de la haute fonction publique?» et vous laisser seuls juges de la réponse en lisant sa fiche Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Jouyet

Mais par curiosité, je suis allé plus loin et je vous invite à en faire autant. Certes vous pouvez passer la partie intermédiaire de l’interview où à part quelque perles, il n’y a que des banalités. Parmi ces perles on trouve :

«  L’important, pour un ministre, reste que son directeur de cabinet soit nommé directeur d‘administration centrale à l’issue de leur collaboration » En terme de politisation de la haute fonction publique, ça se pose là !

« L’avantage de l’IGF, c’est d’avoir des jeunes qui font des missions, comme Marguerite Bérard, Sébastien Proto et Emmanuel Macron en ont fait à l’issue de leur scolarité sur les bancs de la promotion Léopold Sédar Senghor de l’ENA (2004). Vous allez plus facilement sur le terrain lorsque vous avez entre 25 et 30 ans. Les agents chargés de famille de plus de 40 ans iront-ils passer quinze jours à trois semaines dans des hôtels Ibis en province ? » Est-ce censé faire pleurer dans les chaumières sur le sort misérable d’une major de l’ENA et d’un futur président de la République, traités comme de vulgaires stagiaires condamnés à vivre dans une chambre d’hôtel ? [Notez, il aurez pu choisir pire comme standard hôtelier]

Non, le plus savoureux, c’est la fin de l’interview où celui qui fut le chef du Corps de l’Inspection des Finances sort la grosse artillerie pour flinguer « les bureaux de placement » d’HEC, de l’Ecole des Mines, la « protection » dont bénéficieraient les corps de magistrats de la Cour des Comptes et du Conseil d’Etat. Voici résumé en une courte philippique, ce qui gangrène le fonctionnement de nos élites : les luttes d’influence et les jalousies entre différentes castes qui se déchirent pour savoir qui gardera sa place près des manettes du pouvoir.

Ce sont là querelles dignes de l’Ancien Régime finissant et ses finesses nobiliaires ou de la décadence du grand Empire Chinois et ses luttes mandarinales.

Il est temps de passer à autres choses avec d’autres gens.

Cet article, publié dans administration publique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.