Fable express du dimanche n°6

Dans son atelier d’Amsterdam, l’ébéniste Renato Dellecarti travaillait inlassablement à peaufiner ces petits bijoux mobiliers qui avaient fait sa réputation . Il y mettait tellement de soin que ces commodes étaient appelées des « méthodes ».

Mais il était d’un soin maniaque ; il ne fallait pas le moindre grain de poussière autour de son établi, notamment quand il allait s’apprêter à vernis une de ces petites merveilles. Alors, cela prenait l’aspect d’un vrai ballet des objets : un coup de papier un peu rêche, un coup de chiffon, un coup de papier à poncer, un coup de chiffon pour ramasser la poussière.

Cela devint tellement obsessionnel qu’un jour excédés, ces apprentis suspendirent par dérision sur la devanture de l’atelier le calicot suivant

« Renato Dellecarti, fabrique de méthode »

devise « Je ponce, donc j’essuie. »

Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.