Mercenaires de luxe ? Gourous du libéralisme ? Ou tout simplement apprentis sorciers ?

Cela fait maintenant près de trois décennies qu’il ne peut plus se faire un projet de réforme, aussi bénin soit-il, dans l’administration française sans qu’aussitôt apparaissent la figure magique du CONSULTANT.

Personnellement, je les ai rencontré pour la première fois en 1997, lors d’un projet de réorganisation d’une direction d’administration centrale. Ce n’était pas un gros cabinet, ils écoutaient ce qu’on leur disait et je ne sais pas si c’est leur influence sur les patrons de cette DG ou les consignes données dès le départ par ces dits patrons, mais toujours est-il que l’architecture finale correspondait pile-poil à ce que cabinet et direction pensait. Cest sûrement ça le miracle du consulting. Pour que mon histoire soit complète, je préciserai quand même que depuis, la même direction a subi quatre nouvelles réorganisations en vingt ans qui se sont traduites par une augmentation du nombre des services, sous-directions et bureaux, là où le sens de la réforme allait vers l’allégement du poids des administration centrale.

Cette petite anecdote personnelle ne sert ici que d’entrée en matière à un sujet plus vaste, l’envahissement par les grands groupes d’auditeurs des allées du pouvoir partout où il y a du pouvoir.

Actuellement, le mal touche les services de la Commission Européenne. On y connaissait de longue date le poids des lobbys, ce qui influencent sans conseiller. Par contre, il semblerait que l’irruption des grands cabinets d’audit soit une chose nouvelle https://www.euractiv.fr/section/la facture faramineuse de la Commission européenne avec les Big Four
Retirons ce qui relève de l’exagération journalistique, en l’occurrence 30 voire même 40 millions d’euros n’a rien de faramineux vu le budget de l’Union. Il n’en demeure pas moins que la progression exponentielle des budgets qui sont confiés à ces quatre usines à produire de la « pensée unique » devient préoccupante. Elle l’est d’autant plus que ces entreprises travaillent aussi et surtout pour des grands groupes privés et que volens nolens il y a risque sérieux de conflits d’intérêts à répétition. C’est d’autant plus risqué que deux de ces entreprises se sont reconstruites sur les débris du scandale de maquillage des comptes qui causa la perte l’entreprise Enron et de ceux qui la conseillèrent alors.

C’est d’autant plus scabreux que ces entreprises se sont également illustrées par leur capacité à conseiller des stratégies de contournement des réglementations nationales et communautaires.

Du coup, un sérieux examen des procédures et garanties déontologiques internes et contractuelles s’impose et les investigations de la Cour des Comptes européenne ne vont permettre d’éclairer la chandelle des Commissaires et des parlementaires que partiellement https://www.euractiv.fr/La Cour des comptes européenne examine les contrats passés par la Commission avec des consultants En effet, par essence celle-ci ne pourra dire que deux choses, si les marchés ont été passés conformément aux régles de l’Union, et là-dessus on peut compter sur le savoir-faire des Big Four pour être resté dans les clous d’une part et d’autre par si la dépense était opportune. Du coup, on est impatient de voir ce que dira la Cour des Comptes sur l’opportunité de recourir à des « experts » extérieurs dès lors que les différentes directions générales de la Commission sont considérées être déjà des nids d’experts.

En creux, ce recours massif aux consultants, dans la sphère publique comme dans la sphère privée, pose la question de fond de la capacité de ces organisations à générer leur propre expertise et surtout à la conserver. Pour mémoire, la fonction publique française a créé, il y a vingt ans à peu près, deux nouveaux statuts, qui sont autant de débouchés de carrière pour ses cadres supérieurs, les directeurs de projet et les experts de haut niveau. Dès lors, de deux choses l’une, soit ces postes n’ont pas de réalité et ne servent que de voies de garage ou de recyclage à des cadres burn-outés, soit ils correspondent réellement à des savoir-faire reconnus et dans ce cas, on ne comprend pas très bien ce que viendraient faire des consultants dans ces mécanismes de transformation de la fonction publique.

Tiens, puisque j’en suis à parler de la fonction publique française, il est intéressant de constater que sous ce quinquennat, plus qu’avant les cabinets prospèrent aux frais de l’Etat et que l’un d’entre eux est particulièrement choyé https://www.lemonde.fr/McKinsey, un cabinet dans les pas d’Emmanuel Macron Ne dit-on pas que c’est ce cabinet-là qui a conçu, orchestré et mis en musique la politique de vaccination de la France. Comme on le voit, ce n’est pas une intervention anecdotique. Elle est même très politique. Ah oui, très politique elle l’est même puisque celui qui au sein de ce cabinet dirigeait la manœuvre ne cache pas son appartenance active à une organisation politique https://www.consultor.fr/Vaccin covid : ce juppéiste surprenant consultant McKinsey du gouvernement Qu’il se soit déclaré « macro-compatible » peut dès lors revêtir une certaine importance.

Mais le plus dérangeant dans l’histoire est que, non content d’inspirer l’action publique, il ambitionne à prendre directement des responsabilités politiques majeures https://www.letelegramme.fr/« Je serai candidat pour la présidence du Conseil départemental du Finistère » Maël de Calan A ce stade, on ne peut plus parler de mercenaire de luxe, ni même de gourou du néo-libéralisme, mais peut-être plutôt d’apprenti-sorcier. A mélanger ainsi les fioles, on risque parfois l’accident.

Cet article, publié dans administration publique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.