Les emplois de demain (3)

L’angoissante question qui stresse les salariés actuels est «  Est-ce que les emplois d’hier et d’aujourd’hui seront encore les emplois de demain ? ». Tout naturellement se trouvent actuellement dans l’oeil du cyclone tout ce qui touche de près ou de loin à l’émission de CO², le nouveau Satan des médias, et tout en haut de la pile il y a sans conteste toutes les activités fondées sur le moteur à explosion. Ceci inclut l’industrie automobile, l’industrie aéronautique et de manière générale toutes les activités mécaniques. Les salariés de ces secteurs ont manifestement du souci à se faire.

En ce qui concerne l’industrie automobile qui est devenue une activité structurante de l’économie dans plusieurs pays européens, le souci est immédiat puisque un projet de norme européen d’émissions de CO² dit Euro 7 aboutirait, si la démarche normative va jusqu’à son terme, à l’arrêt des chaînes de production de moteurs à combustion interne en 2025, c’est à dire aujourd’hui quasiment.

Evidemment, les acteurs de la filière crient à l’utopie https://www.euractiv.fr/Selon l’industrie automobile, « il est impossible d’éliminer les moteurs à combustion interne d’ici à 2025 » et on ne peut pas leur donner tout à fait tort, tant le délai de conversion est court et le fossé à combler, profond. Mais la contre-offensive s’organise déjà, venant des principaux intéressés, c’est à dire des pétroliers https://www.novethic.fr/l’industrie du pétrole croit que les voitures thermiques ont un avenir… avec des carburants vertueux

On se souvient alors du rôle qu’avaient déjà joué les pétroliers, essentiellement nord-américains alors, dans la domination du moteur à combustion interne dans l’industrie naissante de l’automobile. Il s’en fallu de peu en effet que la voiture électrique devienne la norme, moins bruyante, moins salissante, plus rapide. En fait si l’industrie électrique avait été aussi puissante que les famille Rockefeller et consorts, on ne sait pas comment auraient évolué les technologies et peut-être que les questions du changement climatique mais aussi de l’épuisement des ressources mais encore des équilibres géopolitiques dans une région comme le Moyen-Orient se poseraient en des termes fort différents.
Les pétroliers savent donc bien où se trouvent leurs vaches à lait. Mais encore convient-il de savoir ce qu’est un « carburant vertueux ». En lisant ceci, on pense y voir un peu plus clair https://www.ouest-france.fr/Les industriels du pétrole misent sur les carburants bas carbone mais que nenni, car du carburant bio-sourcé reste quand même une combinaison d’atomes de carbone et d’hydrogène dont la décomposition à l’air donnera toujours du CO². Le plus surprenant dans tout cela est que si on se limite à la seule émission de dyoxide de carbone, utiliser de l’hydrogène produit à partir de l’électricité d’origine nucléaire serait vertueux. C’est limite quand même.

Bon vous voyez, il y a du pain sur la planche pour faire évoluer cette industrie, mais tant qu’il y aura un besoin de déplacement individuel et sur des distances non négligeables, les perspectives resteront bonnes à condition encore une fois que les industriels mettent l’effort d’innovation au bon endroit.

En attendant, les pétroliers continuent à se goberger https://www.novethic.fr/malgré la crise du covid, les majors pétrolières ont versé de généreux dividendes à leurs actionnaires en 2020
C’est un peu Don Juan trinquant par provocation au diner du Commandeur. Mais ce n’est pas la meilleure manière de financer une quelconque innovation. Ont-ils décidé de brûler leurs vaisseaux et de tirer ainsi un dernier feu d’artifice ? Si tel est le cas, pour le coup, c’est sûr que les emplois dans les hydrocarbures sont mal barrés.

Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.