« #Le monde d’après » où en est-on à l’orée d’un troisième confinement ?

En mars 2019, une vingtaine d’organisations avaient signé un « pacte du pouvoir de vivre » https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/03/05/les-66-propositions-du-pacte-pour-le-pouvoir-de-vivre_5431464_3232.html C’était une réponse structurée au débat citoyen biaisé voulu par Jupiter pour essayer de sortir par le haut de la crise des gilets jaunes

En mars 2020, la France était confinée pour la premièe fois et lesdites organisations s’étaient remises à phosphorer pour proposer 15 mesures indispensables pour le pouvoir de vivre dès la fin du confinement https://www.pactedupouvoirdevivre.fr/les-15-mesures-indispensables-pour-la-fin-du-confinement/ Ces 15 propositions n’avaient rien de bien innovant et ressemblaient beaucoup à la déclinaison opérationnelles de quelque unes des 66 propositions stratégiques proposées un an plus tôt. C’est vrai qu’en mai 2020, il était encore trop tôt pour ne serait-ce qu’imginer ce que pourrait être le monde d’après .

Et pourtant, le monde d’après, certains y pensaient déjà.

Il y a bien sûr eu le couplet du patronat sur l’air « nous, nous vivons en permanence dans la prévision, donc on sait ce qui faut faire » : https://www.lesechos.frCoronavirus : le projet des patronats européens pour une relance commune Et le « ce qui faut faire » se résumait en une phrase : «  mettez beaucoup d’argnt public sur la table, on saura quoi en faire, mais surtout ne nous en demandez pas ! » Bref, le discours habituel. A ce stade le monde d’après ressemblait fortement au monde d’avant.

L’un des promoteurs du pacte pour le pouvoir de vivre y était allé aussi de ses propositions pour le jour d’après https://www.letelegramme.fr/Laurent Berger : « Repenser l’organisation du travail » Là non plus rien de bien nouveau dans l’angle d’attaque sauf qu’on commençait à sentir que certains voyaient poindre des opportunités d’évolution fortes. Et il faut toujours battre le fer qund il est chaud.

Evidemment les chercheurs s’y étaient également mis de la partie et parfois dans des domaines où la réactivité n’est pas la vertu cardinale. Ainsi c’était une gageure d’envisager aussi tôt le monde d’après dans la vie administrative https://www.acteurspublics.fr/Isabelle Estienne : “Après le confinement, il faut recréer entre agents et managers les conditions du travailler-ensemble” Il est vrai que c’était un vrai traumatisme de se prendre en pleine figure la gestion dans l’urgence d’une crise sans précédent . Cela révélait des fêlures qui devient des fractures et on n’a jamais été loin de la rupture entre le top management et celles et ceux qui au quotidien voyaient les dégâts que provoquait l’incurie collective d’une organisation inadaptée à la situation nouvelle.

Et puis, il y eut ces initiatives citoyennes, mi-utopies créatrices, mi-prospective fumeuse dont cette fameuse plate-forme initiée par des parlementaires de tous bords https://www.lemonde.fr/Autonomie sanitaire, revenu universel, télétravail : les propositions citoyennes pour « le jour d’après »

Tout cela se passait en mai, c’est à dire au moment où tout le monde ou presque pensait que l’heure de la libération était proche et qu’après, c’en serait fini de cette crise.

Hélas, après, il y eut….un grand n’importe quoi, le défoulement estival qui nous renvoya dans nos quartiers en sorties surveillées puis de couvre-feu en couvre-feu vers un possible reconfinement.

Le monde d’après attendra donc un peu.

Pour autant, toutes ces généreuses réflexions (j’exclus naturellement le plan du patronat européen pour la relance, qui n’a rien à voir avec tout ceci) n’ont pas été inutiles. J’ai montré dans les derniers billets que je vous ai infligé qu’un peu partout ça bougeait. Je pense que dans les prochans jours j’aurai l’occasion d’en montré encore un peu plus.

Mais peut-être serait-il bien que maintenant, on rebranche les neurones réformateurs. Le Pacte du pouvoir de vivre » ouvraient largement des pistes de décloisonnement de la société française. Les propositions de « #lemonded’après » devrait permettre d’aller encore plus loin dans la remise en cause d’un modèle d’organisation de notre société qui a montré ses limites.

Cet article, publié dans pacte républicain, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.