La saga des GAFA : dégâts à gogo chez les GAFA

Dans mon précédent billet, je laissais entendre que l’avenir n’était pas forcément tout rose pour ces nouveaux monstres qui dominent l’économie mondiale. Loin de moi l’idée de les plaindre, bien au contraire mais je veux juste montrer qu’il y a peut-être des fêlures dans leurs systèmes

J’écrivais ainsi que la pression que les États étaient en train de leur mettre finirait par payer et effectivement ça commence à payer puisqu’au moins un de ces groupes a fait un premier pas dans le sens d’une meilleure transparence fiscale https://decouverte.challenges.fr/Facebook ferme ses filiales irlandaises pour des raisons fiscales ça serait pas mal que d’autres suivent cet exemple comme nous le verrons prochainement

Il n’y a pas que les États qui leur en veulent, il y a également d’autres groupes de pression, pas forcément légaux ceux-là et pas vraiment amicaux qui tentent de les frapper là où ça risque de leur le plus mal leur sécurité https://www.lemonde.fr/Gigantesque cyberattaque aux Etats-Unis : les pirates ont vu le code interne de Microsoft Enfin quand j’écris « il n’y a pas que les États », je veux dire « officiellement, il n’y a pas que les États » puisque en réalité des soupçons commencent à se faire entendre sur l’origine de ces attaques.

Dans ce même billet, je faisais état à la fois de l’impressionnante progression technologique d’un groupe chinois et de ses déboires commerciaux dus à ses liens réels ou présumés avec l’État chinois. Mais il n’est pas le seul puisque le patron du principal concurrent du n°1 de la vente en ligne fait aussi parler de lui https://www.ouest-france.fr/monde/chine/le-milliardaire-chinois-jack-ma-fondateur-d-alibaba-com-a-disparu-depuis-le-mois-d-octobre-7107445 Certains y voit une intervention étatique liée autant à la politique intérieure de ce pays qu’à des considérations de contrôle des entreprises par l’État en question.

Ainsi dans la bataille qui est en cours entre les grands groupes de l’Internet et les États souverains, ces derniers, ouvertement ou en sous main, ont ainsi marqué quelques points, pour des bonnes ET des mauvaises raisons.

Mais cela suffira-t-il à bloquer la marche en avant des premiers nommés ? A suivre donc.

Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.