Nouvel an chinois : les soldes auront déjà commencé!

Pré-scriptum : si le ton de ce billet vous surprend un peu, c’est que dans un premier temps je l’avais écrit en prévision du nouvel an chinois car je pensais qu’à cet date l’accord serait peut-être scellé. Manifestement la présidence allemande était pressée d’engager, même pour le principe, l’Union dans un accord avant de passer le relais à la présidence française. Du coup, ce que je pensais être des étrennes à la chinoise devient pour la Chine des étrennes tout court.

Ce 12 février 2021, c’est le nouvel an chinois qui commencera l’année du buffle. Rappelez-vous, il y a un an, l’année du rat venait de démarrer le 25 janvier 2020 et tout le monde craignait, ou s’en réjouissait en douce, la dégringolade de l’économie chinoise tellement le freinage avait été brutal en décembre 2019/janvier 2020 pour bloquer la diffusion du virus qui venait juste d’être baptisé COVID 19.

Fausse frayeur mais vraie source d’em…bêtement pour les autres, cette épidémie chinoise est devenue une pandémie mondiale. Mais pour autant qu’on sache, les choses ne semblent pas aller trop mal pour les Chinois. Ils peuvent même se permettre de faire des concessions et d’accepter de signer un accord auquel ils se refusaient jusque là https://www.lefigaro.fr/Accord inattendu sur l’ouverture des marchés entre la Chine et l’Europe Quelle belle ouverture en effet sur le papier que de faciliter l’investissement étranger sur le marché chinois et notamment renforcer la protection de ces intérêts. Il faut dire que, compte tenu des clauses léonines qu’imposaient les autorités chinoises, ce n’était pas du luxe.

Et de plus, cela rétablirait un peu l’équilibre car dans l’autre sens, c’est à dire les investissements chinois en Europe, cela ressemble plus à une opération « table ouverte » au point qu’en juin 2020 la Commission a mis en route un programme de protection de son marché intérieur, la plus grande passoire financière mondiale, parait-il : https://www.lefigaro.fr/L’UE veut protéger son marché des appétits chinois Cela semble une initiative bienvenue, mais sans lendemain si cet accord va à son terme [Notons toutefois que le contenu de cet accord est encore secret à ce jour]

En effet, ce dernier risque d’être un marché de dupes . Tout d’abord parce qu’il ne s’agit que d’un accord de principe https://www.lemonde.fr/La Chine et l’Union européenne concluent un « accord de principe » sur les investissements et qu’en matière de respect des principes, les autorités chinoises nous ont habitué au pire surtout que parmi ces principes, il y a le respect de règles sociales minimales. https://www.letelegramme.fr/Travail forcé : Pékin « s’engage à œuvrer à la ratification » des conventions internationales. Ceci concerne au premier chef la minorités Ouïghours ce qui indique la portée réelle des engagements chinois.
En second lieu, parce que cet accord a priori réciproque concerne des protagonistes inégaux et sur ce point, ne nous faisons pas d’illusion. Actuellement, ce ne sont pas les entreprises européennes qui ont les capacités d’investir en Chine ; elles n’en ont peut-être plus la trésorerie. Ce serait plutôt les entreprises chinoises qui auraient de l’appétit pour ces entreprises dont certaines sont devenues très fragiles. C’est du moins ce que nous dit le nouveau Commissaire au Plan https://www.lefigaro.fr/L’industrie française est dans une «situation critique», avertit François Bayrou

Mais la France n’est pas la seule dans ce cas ; tous les pays européens traînent comme des boulets des entreprises exsangues qui ne demandent pas mieux que de trouver un repreneur. Or, justement, à propos de repreneurs, un des plus grands cabinets de consultants, ceux qui en général sentent le vent avant les autres, a concocté un petit programme d’aide au mariage d’entreprises plein d’opportunisme https://www.lefigaro.fr/KPMG lance une appli de rencontres entre entreprises et repreneurs
Du coup, imaginez un instant que ce cabinet propose cette appli à des investisseurs chinois et que ceux-ci se sentent autorisés, du fait de la bonne qualité affichée des relations commerciales et financières entre la Chine et l’Europe, à venir faire leur emplette en Europe, cela va être une véritable razzia sur les grands blessés de l’industrie européenne , un peu comme dans une grande surface, un premier jour de solde.

Bonne année, les buffles ! Ce n’est pas la crise pour tout le monde.

Cet article, publié dans mondialisation quand tu nous tiens, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.