Tous les écolos ne sont pas verts, il y a aussi des caméléons

Il fut une époque où on parlait des écolos « pastèques », verts à l’extérieur et rouges à l’intérieur pour qui la lutte anti-capitaliste primait sur les combats écologiques. Il paraît qu’il en existe encore.
Et puis il y est apparu une nouvelle espèce d’écolo, les caméléons dont les discours changent en fonction de la couleur de leur auditoire.

Il aura beau se fâcher tout rouge comme le bon élève qui ne comprend pas qu’on ne comprenne pas qu’il est vertueux https://www.tf1.fr/Entre Emmanuel Macron et les membres de la Convention citoyenne, rien ne va plus il n’en demeure pas moins que depuis que la Convention Citoyenne sur le Climat lui a remis ses conclusions, les décisions qu’il prend ou inspire (fortement) à ses ministres vont systématiquement à l’encontre de ce que ces citoyens tirés au sort lui suggéraient.

Il va même au-delà en détournant le discours écologique sous l’influence de ses ingénieurs et des chefs d’entreprises qui lui sont proches. Le tour de passe-passe est préparé de longue date. En ramenant le débat écologique à la seule question climatique, on ouvre la porte à une rhétorique bien huilée :
« Le changement climatique est l’enjeu écologique.
Or le changement climatique est dû aux émissions de gaz à effet de serre (GES).
Le CO2 est le GES le plus émis.
La production d’énergie est avec les transports la principale source d’émission de CO2.
Il faut donc éliminer les sources d’énergie donnant lieu à émission de CO2.
L’énergie nucléaire n’émet pas de CO2.
DONC l’énergie nucléaire est une énergie écologique. »

C’est beau comme un raisonnement de Polytechnicien. De fait c’en est un.

Et entre cerveaux surneuronés, on se comprend. C’est pourquoi Jupiter a fait sien ce discours : ttps://www.lesechos.fr/Macron met le nucléaire au coeur de l’enjeu climatique
Certes, je ne disconviens pas que le slogan « sortir du nucléaire TOUT DE SUITE » des écologistes intégristes est irréaliste et qu’il faudra du temps, beaucoup de temps pour y parvenir. Raison de plus pour se hâter de faire en sorte que cela soit possible un jour.

C’est pourquoi, cette façon un peu cavalière qu’a un syndicaliste https://www.francetvinfo.fr/Plaidoyer d’Emmanuel Macron pour le nucléaire : « Aujourd’hui, il fait une déclaration d’amour sans être sûr d’être le marié en 2022 », ironise un syndicaliste a peu de sens parce que de toute façon, ce qui se joue en matière de redéploiement énergétique se chiffre plutôt en décennie qu’en quinquennats. N’empêche que sur un point au moins, ce syndicaliste a raison : la France est en train de perdre ses savoir-faire et cela peut s’avérer gravissime du point de vue de notre sécurité.

Les signes les plus patents de cette perte de compétences est illustrée par les déboires de notre modèle d’exportation, l’EPR. J’ai suffisamment glosé sur le cas français de Flamanville pour ne pas y revenir mais en Finlande, ce n’est guère mieux : https://www.lemonde.fr/economie/Les déboires d’Areva en Finlande vont (encore) coûter plus de 600 millions d’euros à l’Etat Et dire que certains se tâtent pour en lancer un second. Comme je l’écrivais il y a quelques jours « sed perserverare diabolicum ». Et effectivement pour le coup, cela pourrait devenir infernal

Tiens à propos de feu de l’enfer et de Finlande, il s’en passe de belles dans le nucléaire finnois sans qu’ils aient besoin du concours de nos ingénieurs et techniciens : https://www.ouest-france.fr/Incident « sérieux » dans une centrale nucléaire en Finlande Des incidents comme celui-là, on en trouve de plus en plus fréquemment dans la presse, venant des pays baltes, des anciennes emprises russes, de France aussi. Bref, cette répétition d’ « incidents » est là pour nous rappeler que l’énergie nucléaire n’est pas une activité comme les autres et qu’à tout moment, MALGRE LES PRECAUTIONS PRISES, on n’est jamais à l’abri de la panne imprévue, de l’erreur humaine, d’un enchaînement de faits incontrôlables. Pour le coup l’environnement en prendrait une sacrée claque. Ce n’est plus tellement écologique du coup. ET si je regarde l’écologie par le petit bout de la lorgnette, c’est à dire notre confort de vie en bonne santé sur cette planète, on ne peut pas dire que ce soit très écologique non plus, sans parler des déchets car le nucléaire est la seule activité humaine qui NE SAIT PAS se débarrasser de ses déchets.

Pour être clair, s’il voulait être vraiment écolo, Jupiter pourrait tenir un discours plus nuancé, du genre « Nous ne pouvons pas nous passer de l’énergie nucléaire pour l’instant, tant que les solutions de rechange n’auront pas pris le relais. Nous devons donc maintenir nos compétences en la matière, ne serait-ce que pour assurer la maintenance du parc actuel et cela aura un coût. Il faut l’assumer mais sans plus. Mais il est hors de question de réinvestir dans de nouvelles capacités de production car nous ne pourrons pas financer à la fois ces installations, qui sont le passé, et le développement des solutions de rechange, qui sont l’avenir. Par contre, il est urgent de redéloyer les moyens dont on dispose sur la recherche et le développement de nouvelles sources d’énergie, leur stockage et leur transport. »Dire autre chose est, j’espère vous avoir convaincu, une illusion, car nous n’avons pas les moyens de vouloir une chose et son contraire.

Les « en même temps » sont durs pour certains.

Et effectivement, il est difficile dans ces conditions de vouloir tenir les deux bouts de la corde. Sa prestation face à la CCC (Convention Citoyenne pour le Climat) en atteste https://www.ouest-france.fr/Référendum, 5G, logement… Voici ce qu’il faut retenir des annonces d’Emmanuel Macron sur le climat
Promettre un référendum pour inscrire la lutte contre le réchauffement climatique dans la Constitution, c’est à la fois hypocrite, inutile, procrastinatoire et dangereux.
Hypocrite, car compte tenu de la composition actuelle du Sénat, il est vraisemblable que le texte, en l’état, ne sortira pas du débat entre parlementaire indispensable avant de lancer le débat avec la population.
Inutile parce que depuis Jacques Chirac, la Charte de l’environnement est déjà intégrée à la Constitution et ce texte correctement interprété suffit à protéger.
Procrastinatoire parce que tout le temps passé à débattre de la signification de la « garantie » de l’Etat ne le sera pas pour mettre en œuvre des actions concrètes et IMMEDIATES qui sont vitalement indispensables.
Dangereux enfin, parce que depuis le début de la V° République, les Français nous ont habitué à voter pour autre chose que la question qui leur est posée et à transformer cette consultation en plébiscite pour ou contre le pouvoir en place.

Mais il fallait bien lâcher quelque chose et rien de tel qu’une consultation populaire, forme de démocratie directe pour satisfaire une audience issue de la démocratie participative. Un caméléon prend toujours la couleur de son environnement.

Du coup, je ne suis pas loin de me poser la même question que l’un des participants à cette CCC : « Est-il climato-sceptique ou climato-cynique, »

Cet article, publié dans développement durable, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.