…. sed perseverare diabolicum ?

Depuis que la pandémie s’est déclarée, rares sont les pays qui puissent dire que leurs dirigeants n’ont pas commis à un moment ou un autre des erreurs, parfois grotesques, parfois dramatiques. Je reviendrai vraisemblablement dans les prochains jours sur certaines erreurs dramatiques. Mais arrêtons-nous pour l’instant au grotesque.

Rappellez-vous ! Lors du premier confinement, on n’avait jamais eu un aussi beau mois d’avril et mai avait été encore mieux. Cette embellie climatique rendait d’autant plus difficile l’enfermement dans les cages à lapin urbais. Et dire que pendant ce temps-là, il était interdit d’aller à la plage même si on habitait à 100 mètres du littoral. Le motif invoqué était « il ne faut pas tenter les Parisiens de fuir vers le littoral au risque qu’ils amènent avec eux le virus. » Cette argutie pouvait s’entendre et d’ailleurs elle fut si bien entendu dans certains villages côtiers qu’il était devenu dangereux de circuler avec une voiture immatriculée 75, 78, 92 etc…
Mais cela n’a pas duré longtemps puisque les riverains ne comprenaient pas qu’on puisse aller en forêt en abord des villes pour trottiner mais qu’il fût impossible d’aller tremper les orteils das l’eau encore fraîche du printemps. On inventa donc le concept de « plage dynamique » mais rapidement tout fut oublié, la serviette interdite, le masque, l’obligation de se bouger sur la plage même l’interdiction de naviguer. Il faut dire que celle-là était particulièrement stupide.
En effet, sauf à disposer d’un bateau hors de portée des bourses moyennes, il est rare qu’on soit à plus de 2 ou 3 sur une embarcation. En outre, en mer, même dans la pétole, il y a toujours un peu de vent pour chasser les miasmes et quant à se laver fréquemment les mains, il suffisait de laisser tremper ses doigts dans l’eau, le sel est parait-il efficace contre les virus.

Et bien figurez-vous que lors du second confinement, ILS ont récidivé. Certes on n’a pas fermé les plages car à la Toussaint, les bains de mer sont plutôt rares sur la plus grande partie du littoral métropolitain. Mais les sports nautiques ont été INTERDITS. Or, en cette saison, pour peu qu’on s’intéresse un peu aux affaires nautiques , on sait que les seules activités qui marchent encore sont les sports de glisse (planche, surf, skite) et qu’en général cela se pratique seul et avec une combi isotherme ; le risque de contamination est donc réduit. Face à une décision absurde, la réplique l’a été tout autant : https://www.neonmag.fr/es surfeurs en colère bravent le confinement… avec un certificat médicalLJ’adore l’esprit « surf ».

Je crois qu’ils ont fini par avoir gain de cause. Il est vrai que cela ne concerne que 80.000 à 120.000 personnes si j’en crois les fédérations sportives concernées et donc le risque n’était pas bien grand de céder là-dessus.

Par contre, il y a un point sur lequel le gouvernement français ne cède pas, ce sont les sports d’hiver. Notez toutefois l’absurdité de la communication gouvernementale initiale : quand le ministricule du tourisme invite les Français à réserver dans les stations de ski comme si de rien n’était, son patron te quelques uns de ses collègues insistent pour que les équipements sans lesquels la pratique du ski alpin est, paraît-il impossible, restent à l’arrêt. Ce serait un peu comme si l’on avait autorisé la pratique du surf à condition de le pratiquer sur un lac ou comme si on avait autorisé le « Vendredi Noir » sans avoir le droit d’acheter en ligne (non ! Mauvais exemple, oubliez!). Bref, c’est une décision incohérente et incompréhensible.
En effet, si seulement, on nous avait donné le pourquoi de cette exclusion, c’aurait été moindre mal. Si c’est par crainte des contamination sur les tire-fesses, les téléskis ou dans les télécabines, je ferais, bien humblement deux ou trois petites remarques. La première est qu’il y a moins de presse dans ces équipement que dans le métro parisien entre 7h30 et 9h00. La deuxième est que là aussi, on est au grand air et non dans un espace confiné ; c’est même mieux que les terrasses des cafés parisiens au mois de juin. La troisième concerne le brassage de populations et je veux bien entendre que le premier cluster d’importance eut lieu dans les Alpes (dans la bien-nommée station des Contamines) du fait d’un touriste britannique qui était venu se reposer de ses activités professionnelles qui l’avaient amené dans les pays d’Asie à l’époque où démarrait là-bas la pandémie et que ce précédent rend les responsables prudents. Trop prudents sûrement eu égard aux risques encourus.
En effet même si ma pratique des sports d’hiver est des plus réduites (15 jours de séjours linguistique en Bavière en plein carnaval), il ne m’a quand même pas échappé que ce qui fait l’attrait de ces vacances à la neige, ce n’est pas tant la neige que les à-côté de la neige. Or bistrots, cafés, auberges, petits restaurants sympas, boîtes de nuit, tout ça est fermé. Donc au mieux le programme, ce serait tire-fesses descente, de nouveau tire-fesses, de nouveau descente, puis chalet ou studio (selon les moyens) télé vin chaud solitaire, télé et dodo. Pas grand risque donc de se faire rattraper par cette saleté !

Et bien malgré ça, le gouvernement persiste et même a sorti la grosse artillerie : https://decouverte.challenges.fr/Castex annonce des contrôles aux frontières pour dissuader d’aller skier à l’étranger
Grosse rigolade chez les douaniers. Aller donc contrôler les sorties de bons bourgeois ou de jeunes cadres dynamiques, pour vérifier qu’ils ne vont pas s’encanailler à l’étranger. Est-ce par haine du plaisir des autres ou est-ce de la communication maladroite à destination des stations françaises ? Si c’est cela c’est à peu près aussi stupide que ce qui s’est passé avec les libraires (autre absurdité « à la française ») ; plutôt que d’autoriser de vendre des livres partout, on l’interdit partout, un peu comme si l’acte de lire était contaminant. Notez que s’il était venu à l’esprit de certains d’en profiter pour relire Jarry, Kafka ou Orwell, cela aurait fait évidemment des dégâts.

Et puis on s’est rapidement rendu compte qu’en terme de communication, ce n’était pas terrible ; les termes d’enfermement commençaient à effleurer, ce qui n’est jamais bon dans un pays qui a « Liberté » dans sa devise.

On a donc changer son fusil d’épaule. Le message a changé de tonalité. Ce n’est pas pour vous punir d’être des jouisseurs malgré tout qu’on vous confine, mais c’est pour vous protéger des virus des autres et c’est pourquoi, on ne vous contrôlera plus à la sortie mais à la rentrée. C’est certes plus facile et pour le coup c’est plus dissuasif https://www.lefigaro.fr/Pour dissuader les Français d’aller skier à l’étranger, le gouvernement veut instaurer une quarantaine au retour

on en est là pour l’instant d’une polémique qui a occupé les médias pendant quelques jours comme si cela concernait la majorité d’entre nous. Mais je dois à la vérité de partager avec vous cette information : https://www.lemonde.fr/Sports d’hiver, sports de riches ? Moins d’un Français sur dix part en vacances au ski
Il semble très bien documenté cet article. On y apprend entre autres que « ces fameux clients étrangers qui font vivre les stations » ne représentent qu’un gros quart de la fréquentation et que leurs dépenses (puisque en fait, tout ça n’est qu’une affaire de gros sous)sont à peine supérieures à celles de nos concitoyens aisés.

Un élu a usé et abusé à propos de ces exemples du néologisme d’ »Absurdistan ». Je ne l’en félicite pas car ce néologisme est connoté et plutôt que de critiquer stérilement, il eut été mieux avisé de nous dire ce qu’il aurait fait à leur place.

Comme je l’écrivait en début de billet, rare sont les gouvernements qui peuvent se targuer d’un sans-faute. Face à un tel phénomène, aussi inhabituel dans son ampleur et sa durée, il est pardonnable de faire des erreurs.

Mais comme dit la vox populi « errare humanum est sed perserverare diabolicum. »

Une nouvelle manifestation du « en même temps » humain et diabolique ? Faut quand même pas exagérer, juste un peu largué !

Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.