#blackfriday : HONNI SOIT QUI MAL Y PENSE

Mon Dieu quelle histoire ! Je ne comprenais pas cette polémique autour d’un certain « Vendredi Noir » qui nourrirait une amazone au dépends des petits commerçants. Il faut dire que, n’étant pas un consommateur compulsif mais plutôt limite frugal, sauf quelques savoureuses exceptions, il m’a fallu quelques temps pour comprendre que c’était un coup publicitaire monté par les grandes chaînes de distribution américaines pour profiter du long pont qui soit le jeudi d’action de grâce1.

Il est évident que lorsqu’on ferme les petits commerces, la seule solution pour les consommateurs addictifs est d’aller acheter en ligne et du coup, l’entreprise dominante est mécaniquement la principale bénéficiaire. Evidemment, cette position dominante est assez rapidement perçue comme une injustice et comme les grandes entreprises font de plus en plus attention à leur réputation, paraît-il, le patron de ce leader du marché en ligne ne pouvait pas rester muet et c’est pourquoi il a déclaré ceci : https://www.novethic.fr/en pleine polémique, Jeff Bezos, le patron d’Amazon, verse 800 millions de dollars à des organisations environnementales
La somme est effectivement conséquente, mais à la hauteur des moyens du monsieur, considéré par les gazettes spécialisées comme le plus riche du monde. On est là dans une tradition très américaine (encore une!) de « philanthropie sélective » qui à travers moult fondations se substituent souvent aux Etats pour impulser et soutenir des actions citoyennes correspondant à leurs attentes.
C’est généreux mais il existe une alternative pour bien utiliser son argent pour le bien commun, c’est de contribuer aux budgets publics des pays où se bâtissent des fortunes. Mais manifestement chez ces gens-là les mots « Etats » et « Impôts » semblent des gros mots.

Mais cela ne devait pas suffire, il fallait faire un geste immédiat et ce geste fut fait, avec le discours qui va bien : https://www.lefigaro.fr/«Nous agissons en responsabilité», dit Amazon qui décale le Black Friday. C’est parce qu’ils sont responsables qu’ils daignent repousser d’une semaine la razzia commerciale qui fait leurs choux gras.
Mais finalement est-ce que cela change grand chose ? Pas vraiment car il existe tant d’autres moyens de contourner l’obstacle et en la matière les gens de marketing et les publicitaires ne manquent jamais d’imagination (on les paye même pour ça!).

C’est un peu ce que dénonce de manière générale cette organisation de défense des consommateurs : https://www.lefigaro.fr/Black Friday: UFC-Que Choisir dénonce le matraquage publicitaire

C’est aussi ce que dénonçaient des pétitionnaires dont j’ai parlé lors d’un précédent billet. Manifestement leur initiative a déplu puisq’il ont connu des déboires sur Internet pour diffuser leur texte :https://www.lefigaro.fr/La pétition pour un «Noël sans Amazon» cible d’une cyberattaque

Honni soit qui mal y pense !

1Appelé dans l’idiome des indigènes « thanksgivin », coutume surprenante qui consiste à sacrifier en famille une dinde ou un dindon pour remercier leur Dieu de je ne sais plus quel bienfait ! Peut-être de les avoir proteger des indigènes qui les précédaient ? Peut-être pour leur avoir « donné un bout de bois quand dans leur vie il faisait froid »

Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.