Vaincues par TINA

Il y a quelques jours, au détour d’un précédent billet d’humeur, j’avais évoqué la menace qui planait de nouveau sur les population d’abeilles, Il n’y a plus d’après pour le climat si….

Ça n’a pas tardé, l’Assemblée Nationale a voté cette loi de circonstance (même pas atténuante) qui réautorise, provisoirement et pour les betteraves uniquement, l’usage de ces néonicotinoïdes dont la plupart d’entre nous ne savent pas grand chose, sauf qu’ils tuent les abeilles.

L’argument massue du sinistre de l’agriculture qui défendait ce texte a donc paru inattaquable à une majorité de députés : « nous n’avons pas d’alternative » https://www.lemonde.fr/Néonicotinoïdes : face à l’« absence d’alternative », les députés votent le retour de l’insecticide
Cela rappelle fâcheusement les injonctions, elles aussi imparables, de Maggie Thatcher qui faisait passer tous ses textes régressifs avec le même leitmotiv : « There Is No Alternative ». Depuis ce TINA est en quelque sorte le symbole d’un conservatisme qui refuse toute évolution, qui bloque même toute tentative d’évolution de sorte qu’en fin de compte, à force de n’avoir rien fait pour préparer le changement, il n’y ait plus d’autre solution que de continuer comme avant.

C’est exactement ce brouet que nous sert le jeune ministre, et nul doute que si un autre groupe de pression fait état de son refus d’évoluer, ce funeste précédent resserve,au nom de la défense de l’emploi, de l’indépendance alimentaire ou de n’importe quel autre sujet sensible, pour prendre une mesure législative ou réglementaire suspendant « provisoirement » et « sur un domaine limité » une mesure d’ordre général et d’intérêt commun.

C’est ainsi qu’on détricote une législation progressiste qui gêne finalement plus d’un groupe d’influence. On ne peut pas être, « en même temps », progressiste et conservateur. C’est ainsi que la république en marche c’est devenu « un pas en avant, un pas en arrière ». Il n’y a qu’à regarder le vote des parlementaires pour s’en persuader https://trombi-neonics.agirpourlenvironnement.org/, Grâce à ce lien, le camp des conservateurs est clairement identifié. Par contre, en face, c’est plus brouillé, car les groupes se délitent sur ce vote, sauf deux. Chez ces derniers, aucun état d’âme, aucune abstention, aucune absence : tout le monde est là et vote comme un seul homme. C’est sûrement ce qu’on appelle la discipline de groupe mais en l’occurrence d’autres groupes habituées pourtant à se l’appliquer, s’en sont abstenus cette fois-ci. Est-ce à dire que dans ces deux groupes la discipline, c’est « le petit doigt sur la couture du pantalon » et « pas d’état d’âme ». Cela augure mal de la « planification écologique » qu’ils veulent promouvoir.

Le débat sur la transition écologique s’annonce donc de plus en plus ardu entre le conservatisme du TINA et le caporalisme des autres qui l’un comme l’autre rendraient ce débat inutile et vain.

Il y aura peut-être un « après » pour la planète si…. on évite cela.

Cet article, publié dans développement durable, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.