En germe, changer le business plan des entreprises ?

Dans le monde des affaires, quand on dit Forum de Davos, c’est comme si on avait dit « Ainsi parla Zarathoustra » tant ses oracles sont écoutés. C’est pourquoi, quand on lit ceci, https://www.novethic.fr/après le covid-19, le forum économique mondial appelle à repartir de zéro, on est en droit de se poser quelques questions. Est-ce bien « du passé, faisons table rase » qu’il faut comprendre ? Il ne manquerait plus que «c’est la lutte finale, groupons-nous et demain » etc… et le poing levé. Mais quelle mouche les a donc piqué, tous ces dirigeants économiques, de nous parler d’avenir de la planète à cause d’une pandémie comme il y en a déjà eu par le passé ?

En fait, ils viennent de se rendre compte que l’économie mondialisée telle qu’ils l’ont pensée, à Davos déjà, dans les années 80 venait de buguer et qu’il fallait redémarrer l’ordinateur. Il ne s’agit donc pas de casser le système mais de lui permettre de recommencer à fonctionner quitte à modifier quelques lignes du logiciel. Et puis, ce n’est pas la première fois que, sentant d’où vient le vent, le FEM aura lancé des idées généreuses, sur le partage des richesses, sur l’entreprise inclusive sans que pour autant les choses n’aient fondamentalement changé. Mais peut-être suis-je trop impatient.

Toujours est-il que la question est sur la table et certains l’ont déjà prise à bras le corps ce qui est plutôt bon signe.

C’est d’abord la ministre française de l’écologie qui monte au créneau https://www.novethic.fr/relance verte : élisabeth borne met les grandes entreprises au défi de montrer l’exempleMais elle est là dans son rôle et elle ne l’aurait pas fait qu’on le lui aurait reproché. Toutefois, ce n’est pas lui faire injure de dire que son interpellation aurait eu plus de force si elle avait eu le charisme de son anté-prédécesseur.

Manifestement ce message trouve un écho auprès de certains chefs d’entreprises. Ces deux témoignages semblent le confirmer
https://www.la-croix.com/Élisabeth Ayrault : « Les entreprises doivent investir dans la transition écologique »
https://www.la-croix.com/Emmanuel Faber : « Il faut prendre cette crise comme un avertissement »
Mais j’y mettrai toutefois quelques petits bémols. En ce qui concerne la première, ayant fait une grande partie de sa carrière dans la gestion des déchets puis dans la production d’électricité d’origine hydraulique, il est en quelque sort normal qu’elle tienne ce discours ; elle prêche en fait pour sa paroisse. Quant au second, il est dans la lignée de la famille Riboud qui présida pendant un demi-siècle aux destinées de ce mastodonte de l’agro-alimentaire et dont les prises de position en faveur du développement durable puis de la RSE avaient toujours eu quelques longueurs d’avance sur le reste de la caste. Il n’empêche qu’ils sont en quelque sorte les porte-parole d’un courant qui semble prendre de l’ampleur au sein du grand patronat.

Toutefois, il n’y a pas que les entreprises du CAC 40 pour faire tourner l’économie et les ETI, PME et TPE sont aussi concernées par le nécessaire changement de leur logiciel de gestion, sauf que celles-ci n’ont peut-être pas les 6 milliards évoqués par le patron de Danone pour mener à bien leur mutation. C’est pourquoi le petit coup de pouce gouvernemental peut être apprécié de ceux qui à la tête de petites entreprises veulent, eux aussi, faire évoluer leur boite dans le bon sens, https://www.actu-environnement.com/Un plan pour accélérer la conversion écologique des TPE-PME

Pour autant, la partie est loin d’être gagnée de ce point de vue. En effet, au-delà des mots, il y a …des écrits et d’autres mots qui semblent contredire cette vision optimiste de l’avenir entrepreneurial. Et qui mieux que le think tank officiel des grandes entreprises pour exprimer au mieux leurs intentions réelles, https://www.institut-entreprise.fr/Les 1er jours d’avec : les entreprises veulent une nouvelle mondialisation En d’autres termes, il s’agit simplement de rebooter le logiciel « mondialisation ». Celui-ci était allé très loin dans l’arbitrage entre coûts et risques en faveur des coûts. Depuis, vu l’ampleur des risques pour l’entreprise, le balancier repart dans l’autre sens. Pour parler leur langage, « la répartition de la chaine de valeurs » passe par une réduction de la dépendance aux risquesd’approvisionnement et le rapatriement d’une partie de l’amont de l’entreprise, quitte à ce que cela coûte un peu plus cher , sous-entendu, « nos hommes de marketing arriveront bien à faire passer cette augmentation sur le dos des consommateurs finaux ».

De son côté, le MEDEF essaie bien de « verdir » son discours mais cela manque de souffle, https://www.ouest-france.fr/Les solutions vertes du Medef pour relancer l’économie
Instaurer des barrières douanières n’est peut-être pas une réponse à la hauteur et au-delà le discours tourne rapidement court pour revenir au vieilles antiennes sur la réduction des impôts. Une telle indigence de la pensée, après avoir lu les prises de position de deux chefs d’entreprises éminents, quelle désolation !

Mais ce n’est pas tout. Le patron du MEDEF, qu’on a connu plus moderne lorsqu’il jouait au chroniqueur télé matinal, enfonce définitivement le clou, en rechaussant les godillots lourdingues de son prédécesseur, https://www.lesechos.fr/Roux de Bézieux (Medef) : « Le gouvernement doit dire aux Français qu’il est temps de retourner travailler et consommer
Pour eux, un être humain, c’est fait pour travailler (plus) et consommer (beaucoup).
Pour eux, décidément, le business plan n’a pas fondamentalement changé.

Restent toutefois en germe, des promesses d’un autre modèle. A suivre donc.

Cet article, publié dans l'économie comme on la voudrait, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.