En germe, la fin de la pensée «economiste»?

Depuis le début de la crise sanitaire, le gouvernement français, conscient de ses carences en la matière, mais il n’est pas le seul dans le monde, s’appuie sur l’avis d’experts scientifiques avant de prendre les grandes décisions. Est-ce un prélude à la « république des savants »? Certains l’appellent de leur vœux, car, débarrassée des considérations partisanes, la décision publique leur paraîtrait plus rationnelle et donc ( ce « donc » est sujet à débat) plus conforme à l’intérêt général. D’autres la craignent car ce serait remettre le sort commun entre les mains de personnes dont l’expérience nous montre qu’elles sont sujettes à l’erreur comme tout être humain et que le consensus, indispensable pour être crédible, est rarement atteint dans ces doctes assemblées. Il n’empêche, les avis donnés par ces Hauts Conseils ont permis d’étayer des décisions qui, sans cela, auraient peut-être été plus contestées.

La crise sanitaire s’estompant, il faut bien maintenant affronter la crise économique et sociale que tout le monde annonce. Va pour la même recette. Appuyons-nous sur un collectif d’experts dans ces matières économiques et financières . Aussitôt pensé, aussitôt fait : https://www.lemonde.fr/Climat, inégalités, vieillesse… Macron s’entoure d’un cercle d’économistes pour penser l’après-crise

Tiens, tiens, un commission d’économistes présidée par un prix Nobel d’Economie, ça ne vous rappelle rien. Mais si, souvenez-vous, ce magnifique coup de communication réussi par le président de la République en 2008 pour penser « l’après-crise » financière de 2007-2008 Commission Stiglitz — Wikipédia. Ah ! Elle avait fière allure, cette commission, deux prix Nobel, classés à gauche, plus un économiste classé également à gauche,pour la piloter, plus une vingtaine d’économistes tous plus ou moins dans la même mouvance, pour redéfinir les instruments de mesure de l’activité économique.

Le résultat fut en théorie à la hauteur car même imparfait, le rapport final ouvrait de nouvelles pistes de réflexion https://www.vie-publique.fr/Rapport de la Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social -PDF-

Certes, certains dans les cénacles d’économistes, et au-delà car il n’y a pas que l’économie dans la vie, avaient trouvé que cette commission avait des tares de naissance rédhibitoires et en réponse avaient créé le Forum pour d’Autres Indicateurs de Richesse qui n’étaient pas composé que d’économistes, car il n’y a pas que les économistes pour nous expliquer le bonheur de vivre bien.

4 ans après, deux des animateurs de ce Forum FAIR tiraient un bilan plutôt désabusé des travaux de cette commission et l’usage qui en avait été fait : https://www.lagazettedescommunes.com/Quatre ans après, bilan de la Commission Stiglitz en interview croisée

C’est un fait que fondamentalement, nos économies n’ont pas beaucoup évolué dans le bon sens, puisque les inégalités n’ont cessé de croître, les dégâts faits à l’environnement n’ont pas vraiment diminuer, au contraire, et globalement notre sentiment de bien-être est plus un sentiment de mal-être qu’un sentiment de mieux-être. Bref, ce ne sont pas quelques chiffres de plus dans tableau de bord déjà chargé, qui ont changé notre vie.

Alors que penser de cette nouvelle commission Tirolle-Blanchard? Je laisse le soin de la présenter à un spécialiste, puisqu’il fut, à la fois, membre de la Commission Sen-Stiglitz-Fitoussi et cofondateur du FAIR, : https://blogs.alternatives-economiques.fr/De la « commission Stiglitz/Sen » de Sarkozy à la « commission Blanchard/Tirole » de Macron : un virage vers l’orthodoxie néolibérale, avec quelques nuances de rose

D’après lui, on ne peut rien en attendre. Personnellement étant optimiste de nature et sarcastique de tempérament je me demande si, insidieusement, l’intention ne serait pas autre chose que d’avoir LA réponse à la crise économique. Pour fonder mon impression, je reprends cette opinion, reprise en citation par Jean Gadrey:« le choix a été fait de privilégier une composition homogène en termes de profils et d’expertise, pour avoir les réponses des académiques sur les grands défis »

Au moins avec une telle commission, les choses seront claires : l’Académie aura rendu son oracle, mais nul n’est obligé de croire l’Académie, bien au contraire. Mais au moins, de ce côté-là, le terrain aura été déblayé : on saura ce qu’il ne faut surtout pas faire pour que les choses changent vraiment. En effet, l’Académie va dire ce qu’elle sait, c’est à dire ressasser ses recettes, qui n’ont pas marché et qui ne marcheront plus.

Il sera alors temps d’explorer de nouvelles pistes, cette fois sans les économistes, sauf pour reprendre l’image de Keynes, à les laisser « sur la banquette arrière ». Il sera temps en effet, de considérer que l’économie n’est plus l’alpha et l’omega du fonctionnement de nos sociétés, qu’elle n’est en fait pas vraiment une science mais un ensemble de techniques permettant, parfois, de mesurer avec précisions des phénomènes, le plus souvent de « prédire le passé », en l’expliquant mais totalement incapable d’établir des lois applicables par tous les temps et sous toutes les latitudes

L’économie retrouvera alors sa place et les économistes la leur qui est de rendre compte le mieux possible, de ce qui s’est passé en avançant quelques hypothèses sur ce qui pourrait se passer. Le reste, ce qui va se passer, c’est notre affaire puisque comme l’écrivit Bergson « L’avenir n’est pas ce qui va arriver, mais ce que nous allons faire. » !

Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, l'économie comme on la voudrait, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.