ENA : Les grands corps malades ou « il faut que tout change….. »

ça y est ! Le rapport Thiriez est enfin connu. Mais à force d’en avoir laissé faire fuiter des petits bouts, on a l’impression de l’avoir déjà lu. Il y a toutefois des confirmations et quelques pistes de réflexion . Commençons par tordre le cou a cette fausse bonne idée « concours spécial égalité des chances » surtout si on rajoute que les épreuves de ce concours seraient allégées. Merci la condescendance et bonjour la stigmatisation. Il serait plus intelligent de prévoir des modalités de recrutement qui ne fassent pas la part aussi belle aux disciplines académiques et au savoir scolaire qui est devenu un marqueur social depuis que les élites ont trouvé, comme méthode de reproduction la, CPGE (non, non, ce n’est pas une forme de GA ou de PMA mais tout bêtement les classes préparatoires aux grandes écoles) où, si on n’y prête garde, se formatent les cerveaux des rejetons de ceux qui y ont déjà été formatés depuis parfois 3 ou 4 générations.

Le savoir-être, la capacité à évoluer dans un environnement mal connu et parfois hostile, la capacité spontanée à convaincre sont certainement des qualités aussi essentielles aux futurs dirigeants de l’administration française que la capacité à synthètiser en une demi-journée une masse d’informations représentant parfois deux tomes de La Pléïade ou à disserter ensuite savamment sur le sujet ainsi synthétisé dont souvent on n’avait jamais entendu parlé un jour plus tôt.

Mais notre système de sélection des élites est ainsi fait qu’il privilégie encore les têtes bien pleines aux âmes bien trempées. Mais n’épiloguons pas là-dessus puisque le rapport Thiriez est , hélas, muet sur le contenu de la formation dans la future école qu’il baptise Ecole d’Administration Publique.

L’ENA est morte ! Vive l’EAP ! Bon ça ne sonne pas terrible mais si on veut parler administration, publique qui plus est, il y n’y a plus grand chois une fois évacuée la marque démonétisée « ENA ». Bon alors va, pour l’EAP mais méchants comme je les connais, ceux qui en sortiront, et qui n’en sortiront rien, auront vite fait de trouver un petit nom qui collera à la peau de leurs collègues comme Chevènement avait réussi à coller celui d’Enarque à ses collègues. Mais avec l’EAP, ça ne va pas être facile et comme je ne suis jamais le dernier quand il s’agit d’avoir la langue un peu acide, je proposerai bien « l’EAPart » (prononcez « les à part ») ça leur irez bien.

En effet, ce n’est pas cette proposition de réforme qui changera grand chose car https://www.acteurspublics.fr/“La future ENA restera à l’écart du système de formation universitaire de la majorité des Français” . Eh oui c’est cette vieille manie française de se méfier des universitaires dès qu’il s’agit de la chose publique. C’est d’ailleurs une exception française et quand on voit ce qui se passe ailleurs dans les grandes démocraties https://www.letelegramme.fr/L’Ena n’a pas d’équivalent dans le monde, il n’est pas sûr que le modèle français soit le plus efficace pour permettre à la haute administration de garder un peu le contact avec les différentes strates d’un pays dont elle a la charge de défendre les intérêts collectifs.

Un des défauts majeurs de notre système est ainsi caricaturé dans l’article ci-dessus : « …… Les énarques « ont vocation à des carrières sommitales quasi immédiates : conseil d’État ou inspection des finances à 28 ou 30 ans, ministre à 35 et… président de la République à 39 », ajoute ce spécialiste, auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet….. »

Tous les anciuens élèves de l’ENA ne vont pas à l’Inspection des Finances, au Conseil d’Etat ou à la Cour des Comptes, très peu deviennent ministres, surtout à 35 ans et encore moins nombreux sont ceux qui deviennent Président de la République, mais ce sont ces « pseudo spécialiste, auteur de plusieurs ouvrage sur le sujet » qui contribuent à véhiculer cette caricature. Notez, si la réalité est plus nuancée, une partie de ce jugement est vrai pour les 15% de chaque promotion qui bénéficient alors de ce que les Britanniques pratiquent eux aussi, à partir de leur système Eton-Oxbridge, la « fast-track » ou si vous préférez l’accélérateur de carrière qui fait de vous un directeur d’administration centrale à 40 ans, ou , comme nous l’avons déjà vu un directeur général de banque ou « directeur des relations institutionnelles » d’un grand groupe du CAC 40.

C’est donc une excellente idée de proposer qu’on ne puisse pas entrer directement dans ces 3 institutions dès la sortie de l’école, c’est à dire pour les purs étudiants à l’âge de 27 ou 28 ans. C’est aussi une excellente idée de supprimer le classement de sortie et de mettre en place un marché de l’offre et de la demande où élèves et ministères pourraient confronter leurs attentes réciproques. Pour l’avoir pratiquer, je peux dire que cela marche très bien pour les recrutements au tour extérieur (promotion au mérite de fonctionnaires) et pour la reconversion des officiers dans des carrières d’administration civile. Ce serait drôle de voir des élèves de cette EAP, dans les trois mois qui précédent la fin de leur scolarité, se précipiter sur leur ordinateur pour voir les postes que proposent les ministères et indiquer leur choix préférentiel comme n’importe quel lycéen avec Parcoursup. Tiens, pour les aider je leur offre ces deux séries de conseil
https://www.ouest-france.frParcoursup. Cinq conseils pour bien saisir ses voeux et mettre toutes les chances de son côté
http://etudiant.aujourdhui.fr/Parcoursup : 5 conseils pour votre orientation et vous aider à formuler vos vœuxParcoursup : 5 conseils pour votre orientation et vous aider à formuler vos vœux

Quant à la proposition centrale de proposer un tronc commun à tous les fonctionnaires de catégorie A et A+, j’attends que le brillant esprit de cet ex-Inspecteur des Finances ait clarifié sa pensée avant d’avoir la moindre opinion. Mais pour les avoir fréquentés dans différents ministères, mettre ensemble pendant ne serait-ce que 6 mois, des administrateurs, des ingénieurs,Mines et Ponts-Eaux-et-Forêts, des INSEE, des magistrats, des cadres pénitentiaires et des commissaires de police peut se révéler un mélange détonnant, pour le meilleur comme pour le pire. Tout dépendra du degré d’imprégnation corporatiste déjà effectué.

Cela permettra-t-il de relancer l’ascenseur social et d’ouvrir plus largement la haute fonction publique ? Rien n’est moins sûr tant que les différentes voies d’accès resteront les mêmes.

Mais laissons pour terminer, la parole aux principaux intéressés, c’est à dire les actuels éléves de cette école. Comme cela est devenu une sorte de tradition, cette promotion, qui doit autant à Molière que la mienne à René Char, tire sur l’ambulance et fait son prurit révolutionnaire https://www.acteurspublics.fr/Harcèlement, discrimination, formatage : la dernière promo charge l’ENA
Ce constat accablant aurait pu être fait il y a un quart de siècle, sauf qu’à l’époque, il n’était pas de mode de parler de harcèlement et que même il était malséant de parler tout court de la médiocre qualité des « maîtres de stage » dont la principale motivation, le plus souvent, était la vanité d’avoir, comme tous les ans, leur « stagiaire de l’ENA », leur brevet de bonne intégration dans le système clanique en quelque sorte.

Quand on relit le rapport Thiriez à la lumière de ce rapport, on se rend bien compte que la réforme du recrutement et de la formation de l’élite de l’appareil d’Etat ne peut être une simple question de renouvellement des structures mais bien un changement des mentalités. Mais tant que rien ne sera fait pour contrebattre ce système de reproduction endogamique des élites, il y a peu de chance que la moindre réforme réussisse.

Par ce rapport, Thiriez applique à la caste dont il est issu cette formule que l’on prête au Prince de Lampedusa « Il faut que tout change pour que rien ne change. »

Cet article, publié dans administration publique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.