Réforme des retraites : solidarité, démographie et durabilité chapitre 3 : et l’avenir de la planète là-dedans

Cela fait déjà deux longues pages que je vous parle des retraites, de l’influence de la démographie et des exigences de la solidarité ; il serait peut-être temps que je vous parle un peu de l’avenir, qui n’est jamais que le présent de tout régime de retraite, quels qu’en soient les mécanismes.

Or quel peut bien être cet avenir quand notre monde bruisse de rumeurs collapsionnistes ou décroissantistes sur fond d’épuisement de la planète, de ses ressources et de ses habitants.

A cet égard, je m’attarderai un instant sur les analystes pétries de logique arithmétique d’un ancien professeur de mathématiques, https://www.lemonde.fr/Retraites : « Le gouvernement dit qu’il faut équilibrer les comptes des caisses de retraite, mais creuse un trou au bénéfice des grandes entreprises » Je passe rapidement sur le titre de l’article, qui ne rend pas bien compte de son contenu, malgré sa longueur. En effet, la thèse essentielle que soutient ce charmant universitaire est que, compte tenu de l’évolution démographique prévisible à l’échelle humaine, le maintien du niveau de vie des retraités nous condamne inéluctablement à une croissance plus proche de 2% que de 1%, à moins bien entendu d’accepter que la part dévolue aux retraités ne soit pas contrainte dans la limite de 14% du PIB. Alors que les perspectives d’amélioration du niveau de vie général resteront médiocres, c’est peut-être exiger un effort de solidarité de la part des générations futures, que celles-ci ne seront pas en mesure de supporter. Elles y seront de moins en moins enclines que cette poursuite efrénée d’une croissance salvatrice aura amoindri d’autant leurs espoirs de vivre dans un monde viable. Voilà de beaux conflits de générations en perspectives entre nos enfants et leurs propres petits enfants. Mais nous voilà dans des perspectives historiques qui dépassent le demi-siècle.

C’est en d’autres termes la thèse que défend cet article qui est un élément important à verser à la réflexion générale sur l’avenir de notre futur https://www.novethic.fr/financement des retraites et climat : l’éléphant dans la pièce !, Si nous sommes contraint à une croissance durablement faible, voire même à une certaine forme de décroissance, en termes de production de richesses, cela mettrait à mal toute la dynamique des régime de répartition. Pour certains, cela se traduirait par une frugalité qui n’aurait rien d’heureuse. Il est alors effectivement dommage que dans les esquisses de prévisions financières faites autour de ce projet de réforme, nul n’ait pris en compte cette donnée essentielle, qu’il va falloir adapter nos modèles économiques et sociaux à cette nouvelle donne qu’on appelle encore pour l’instant « transition climatique ». Dans ces cas, quand on maîtrise mal ce qui peut se passer, le plus sage est de constituer des réserves le temps de voir venir. C’est d’ailleurs ce qui existe déjà en partie avec le fonds de réserve des retraites et qui sera accentué avec la création d’un fonds de réserve universel. Et honni soit qui mal y pense, s’il y voit là un système de retraite par capitalisation puisque ces fonds ne serviraient qu’à assurer la solidarité entre les générations quand les mécanismes de redistribution immédiats n’y suffiront plus.

Toutefois l’existence d’un tel volant financier n’est pas sans poser quelques problèmes annexes, certains philosophiques sur le rôle de l’argent , d’autres plus techniques sur la fonction d’épargne. Toujours est-il que lorsque on dispose d’une telle masse de manœuvre, il vaut mieux l’utiliser à bon escient. Et quelle meilleure utilisation pourrait-on en faire que de la dédier exclusivement à financer les gigantesques investissements nécessaires pour adapter nos structures de production, nos infrastructures aux conséquences des changements climatiques. Du coup, l’idée de rendre obligatoire ce « flêchage » n’a rien de stupide .Après tout, notre maigre épargne, rémunérée chichement sur un livret éponyme, ne sert-elle pas, en théorie au financement du logement social. Alors consacrer les fonds de la cagnotte retraite au financement de la transition écologique climatique et énergétique (j’espère n’avoir oublier aucune transition), pourquoi pas ?

Cet article, publié dans pacte républicain, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.