RSE : Dans responsabilité, il y a « répondre de »

Tiens revoilà la RSE !

Et la question est remise sur le tapis par le média qui actuellement en fait le plus en France pour en promouvoir l’exemplarité. Le simple fait de poser cette question https://www.novethic.fr/procès de la RSE : faut-il tuer la responsabilité sociétale des entreprises ? laisserait-il sous-entendre que, même dans ce milieu très feutré, la grogne contre l’entourloupe intellectuelle que constituerait cette mode manageriale aura fini par arrivé à leurs oreilles? La réponse apportée à cette question dans l’article même est mi-chèvre mi-chou sans pour autant remettre en cause les principes fondateurs mais juste pour indiquer qu’il y a « des marges de progrès ».

C’est indéniable que quand on compare le contenu des rapports RSE de toutes les boîtes qui la pratiquent avec dévotion et la réalité de leur gestion, on est en droit de s’interroger sur l’efficacité, voire la sincérité d’une telle démarche. Plus d’un 3D (directeur du développement durable) doit vivre des moments existentiellement difficiles lors de la publication de leurs rapports RSE.

Tout ne serait qu’une question de temps parait-il, car il faut des années pour faire évoluer de grosses machineries comme les entreprises mondialisées qui sont la cible de mon propos.

Certes.

Regardons ce qu’il en est à partir d’un secteur particulièrement dans le collimateur, la production d’énergie et notamment à partir de sources fossiles (rappelons que le E de RSE peut vouloir dire aussi bien « entreprise » qu’ »environnementale »)

Dès 2005, l’un des plus grands groupes pétroliers indiquent qu’il s’engage résolument dans l’après pétrole https://www.actu-environnement.com/Le groupe BP crée BP Alternative Energy pour investir dans les énergies renouvelables
Trois ans plus tard, en 2008, ce sont les actionnaires, donc une partie prenante impotrtante de l’entreprise qui rappelent à l’ordre le management à ses responsabilité environnementaleshttps://www.liberation.fr/Les Rockefeller verts de colère contre Exxon
et ainsi de suite.
Ces dernières années encore ce sont les derniers récalicitrants qui s’y mettent semble-t-il, en 2017 Total https://www.lemonde.fr/economie/article/2017/09/19/Total se renforce dans les énergies renouvelables
et en2018 Shell https://vivredemain.fr/2018/12/27/Shell se tourne enfin vers les énergies renouvelables à coups de billets

Bref à part les sociétés d’Etat, le gratin de la pétrolie aurait fait sa conversion écologiste !

HELAS LES FAITS SONT TETUS !

https://www.novethic.fr/seuls 1 % des investissements des pétroliers vont vers d’autres énergies que les fossiles

Le constat est rude. L’ensemble de la profession méritérait un Pinocchio d’Or pour l’ensemble de son œuvre.
Mais il est vrai que quand la doyenne de la profession a à sa tête un management qui s’assoit avec désinvolture sur la colère des héritiers du fondateur avec ce qui ressemble fortement à du climato-scepticisme En 2014https://www.novethic.fr/coup de frein sur les énergies fossiles : EXXON écarte le risque carbone Il faut dire que cela fait belle lurette que la famille Roc$kefeller ne pèse plus grand chose dans le Conseil d’Administration de la firme et que ceux qui détiennent le capital (qui, au fait?) n’ont à répondre à personne de leurs actes puisque ILS SONT L’INSTANCE DE GOUVERNANCE UNIQUE.

C’est là que nous revenons à notre chère RSE. Et la réponse à la question posée se trouve peut-être dans cet article https://www.enviscope.com/Des nouvelles formes d’entreprendre solidairement, par Olivier Frérot et notamment dans cette phrase « …La gouvernance d’une entreprise qui prend au sérieux la RSE a des instances régulières qui permettent à ses différentes parties prenantes d’échanger et de confronter leurs points de vue et leurs intérêts et de trouver des accords… »

Hé oui ! Pour être responsable, il faut être en mesure de pouvoir répondre de ses actes et pour cela il faut des instances ad hoc devant lesquelles en répondre. Tant que les entreprises pratiqueront la RSE sans ces instances, on sera obligé de les croire sur parole…ou pas. Cela fait longtemps que je ne crois plus ce que me dit Pinocchio.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.