Les cailloux noirs du rosaire

Mon Dieu que de bruit pour une rosette !

Un grand commis de l’Etat passé dans le privé d’abord pour gérer une entreprise publique privatisée puis carrément la succursale française de l’archétype de ce que le candidat Hollande avait appelé « la Finance » reçoit la Légion d’Honneur, la belle affaire ! Il n’est ni le premier, ni le dernier a recevoir ce hochet de la République sans que cela n’ajoute à l’honneur de Celle-ci. En pleine bagarre sur la réforme des retraites et en plein délire sur la transformation du régime français par répartition en régime anglo-saxon par capitalisation, une telle annonce était au mieux une très grande maladresse, au pire une très grosse provacation.

Du coup, cela a mis en pleine lumière cette institution, discrète mais tentaculaire, qui, par son savoir-faire à manipuler les cours, a réussi à capter une part notable de l’argent qui se balade dans le monde en attente de placement dont les fameux fonds de pension qui sont indissociables du régime par répartition


https://www.lesechos.fr/BlackRock en veut-il vraiment à notre système de retraite ?Bien sûr qu’un gestionnaire de fonds est intéressé lorsqu’il y a des fonds à gérer. Or depuis déjà deux décennies, l’épargne retraite ne vit pas trop mal en France et la réforme actuelle ne changera rien à la chose. Les fonctionnaires ont un système d’épargne retraite, comme les pilotes d’avion ou si je suis bien informé, les avocats et peut-être d’autres encore. Si pour les fonctionnaires, c’est un petit supplément, une gâterie pour ceux qui en ont les moyens, pour les autres, c’est une nécessité. En effet, étant leur propres financeurs et devant anticipé un éventuele retour de conjoncture démographique, ces régimes spéciaux doivent faire des réserves. Et que fait-on des réserves ? En général, on les place pour qu’elles fassent des petits et surtout pour éviter qu’elles ne fondent sous les coups de l’inflation.

Dès lors, tout cela c’est du nanan pour la finances et en la matière certains sont des artistes de haut vol dans la collecte des fonds, dont justement notre fameux « rocher noir » https://www.lesechos.fr/En 2019, BlackRock a collecté plus d’un milliard de dollars par jour

Un milliard par jour ! pas en France, dans le monde entier, je tiens à préciser afin d’éviter qu’une folle rumeur ne vienne encore s’ajouter aux autres.

Et malgré cela certains disent que le secteur va moins bien: https://www.lesechos.fr/finance-marches/La croissance de la « finance de l’ombre » marque le pas On imagine alors combien ils se sont gavés dans les années de poste-crise, quand les banques, payant pour les fautes des pires d’entre elles ont été, momentanément, entravés par des règles prudentielles leur laissant dès lors le champs totalement libre pour éponger les centaines de milliards que les banques centrales ont injecté dans l’économie pour éviter que tout bascule.

Notez au passage le joli nom que la finance officielle leur a accolé « finance de l’ombre », ça vous pose un opérateur !

Mais alors que peut-on faire contre ces pieuvres ? Prier diront certains et ils ne seraient pas forcément loin de la vérité.
En effet voici ce qui vient d’arriver dans ce monde feutré de la finance : https://www.lesechos.fr/BlackRock dans le viseur des Soeurs de la Miséricorde

C’est vrai qu’on avait un peu oublié que l’Eglise catholique et la foultitude de congrégations qui gravitent autour d’Elle disposent d’immenses ressources financières dont le moins qu’on puisse dire est que leur gestion est opaque. Ainsi, je ne sais pas ce que pèsent ces Soeurs de la Misericorde, mais si c’est le signe que les congrégations se mettent en branle pour appliquer le message que délivre depuis quelque etmps leur chef spirituel, il y aura du souci à se faire pour ces gestionnaires et peut-être l’annonce d’un peu de moralité dns l’orientation des financements. Mais il ne faudrait quand même pas oublier que des préoccupations écologiques ne peuvent pas faire oublier que, religieux ou pas, l’argent qui se place, cherche à bien se placer, ce qui me fait penser que nos bonnes sœurs pourraient raisonner un peu comme mes banquiers de Jackson Hole

« La question n’est pas comment les banques peuvent-elles lutter contre le réchauffement climatique ….. »
« Mais plutôt comment les banques peuvent-elles tirer profit de la lutte contre le réchauffement climatique ? »

Moralisée ou pas de toute façon, il faudra bien que cette masse financière soit gérée, ce qui assure de beaux jours aux dirigeants de Black Rock. Placer dans du pétrole ou des éoliennes, peu importe pourvu que le retour sur investissement soit bon.

ET tout cela sera doublement béni, une première fois par les souers de la misericorde, une seconde fois par la ministre de l’énergie et de l’écologie réunies.

Ce qui serait à la fois drôle, si on a le sens de l’humour, et scandaleux, si on a l’humeur plutôt agressive, ce serait que cette ministre élève le gestionnaire de ce fonds au grade d’officier de la Légion d’Honneur pour service rendu à la planète.

La pauvre Légion n’en est plus à un affront près !

Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.