Installation des compteurs LINKY : Comment qualifier de tels comportements ?

Partout en France, les sous-traitants d’ENEDIS se démènent pour installer le maximum possible de ces nouveaux compteurs qu’on dit intelligents comme cela apparaît sur le site d’ENEDIS https://espace-client-particuliers.enedis.fr/web/espace-particuliers/compteur-linky
Mais tout le monde n’est pas d’accord avec cette vision idyllique du monde à venir et leurs griefs sont nombreux comme cela est explicité sur le site du collectif opposé au déploiement de ces compteurs : https://stoplinkynonmerci.org/?-Ce-qu-il-faut-savoir-sur-le-compteur-Linky-
Dans ces cas-là, je sors ma charte de l’environnement https://www.legifrance.gouv.fr/Droit-francais/Constitution/Charte-de-l-environnement-de-2004 et notamment son article 1 et son article 5 qui définit le principe de précaution : « Article 5.Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veillent, par application du principe de précaution et dans leurs domaines d’attributions, à la mise en oeuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage. »

C’est donc fort de tous ces éléments, que nous avons décidé de refuser, pour l’instant et dans l’attente de réponses aux questions que posent StopLinky, l’installation d’un compteur Linky dans notre logement en région parisienne.

Acte 1 : Le 4 décembre 2019, quelle ne fut pas notre surprise de nous rendre compte que l’électricité venait brusquement d’être coupée, vers 16 heures. En se penchant par la fenêtre, mon épouse a vu un technicien affairé devant notre compteur placé à l’extérieur. Réaction immédiate, nous sortons pour nous interposer, arguant que nous n’avons pas manifesté notre accord explicite. Pas de chance pour ce technicien, comme pour nous d’ailleurs, il avait essayé de nous avertir en sonnant à notre porte mais la sonnette n’est plus opérationnelle. Au lieu de passer son chemin, il a quand même décidé de procéder au changement. Il paraît que c’est dans ces entreprises une pratique courante. Je dis bien dans ces entreprises puisque le changement n’est pas effectué par ENEDIS mais par plusieurs sous-traitants payés, semble-t-il, en fonction des changements effectués.
Devant notre insistance et après avoir consulté sa hiérarchie et en présence d’un représentant d’ENEDIS arrivé dare-dare sur place, le salarié de cette entreprise a accepté de remettre l’ancien compteur après avoir signalé que nous étions un client KO ; je suppose que cela voulais dire « client refusant le Linky »

Acte 2 : le 5 décembre 2019 à 11heures 15 environ, nouvelle coupure de courant. L’expérience venant, nous allons directement à la fenêtre et nous voyons de nouveau un technicien s’affairant sur notre compteur, en présence d’un représentant d’ENEDIS, différent de celui de la veille. Alors que nous pensions qu’il s’agissait d’une erreur de planning et que tout allait revenir dans l’ordre, il est apparu que des consignes avaient été données pour être plus fermes. En effet, le technicien du sous-traitant, contrairement à son collègue, refuse de remettre l’ancien compteur, arguant qu’il n’en a pas le droit, puisque ENEDIS l’interdit. Evidemment les choses s’enveniment puisque, entre deux, le technicien de SCOPELEC a été rejoint par un de ses collègues, de même que celui d’ENEDIS rejoint lui aussi par un de ses collègues qui n’était autre que celui que nous avions vu la veille.
Le dialogue de sourds durent ainsi pendant une heure, dans le froid et en fin de compte, les représentants d’ENEDIS s’en vont, laissant les deux techniciens de leurs sous-traitants face à ces deux « clients » mécontents. Comme nous refusons toujours le compteur et comme ils refusent de nous rétablir le réseau, la hiérarchie leur conseille d’appeler le service dépannage d’ENEDIS qui viendra réinstaller l’ancien compteur, mais ils allaient partir avec celui-ci et il fallut en venir au mains pour le conserver. Le délai d’attente annoncé avant l’intervention du dépanneur est de 2 heures. Au bout d’un certain temps s’en vont en laissant un réseau à l’air libre donc dangereux.

Acte 3 : 5 décembre vers 14heures 15, nouveau bruit dans la rue alors que nous venions de rentrer désespérant de voir arriver le dépannage ENEDIS. Alerté, nous jetons un nouveau regard par la fenêtre et nous voyons encore une personne s’affairant autour du compteur. Naturellement, nous redescendons et ô surprise, il s’agit d’un technicien d’ENEDIS en train de poser un bandeau « attention!danger, installation sous tension » . Il n’était donc pas question de remise en place de l’ancien compteur. D’ailleurs, son intervention avait été sollicitée pour « une panne de disjoncteur » .
Voyant notre situation, couple de retraités comptabilisant à nous deux 135ans, malades cardiaques avérés, sans chauffage, sans lumière, il a de son propre chef réinstallé l’ancien compteur, constatant au passage que le dernier technicien de l’entreprise sous-traitante était parti avec deux fusibles sans lesquels la réinstallation n’était pas possible. Il nous confirme aussi qu’il était de la responsabilité de l’entreprise qui avait déposé le compteur de le reposer.

Je ne porte pas de jugement sur les comportements individuels des différents salariés auxquels nous avons eu à faire. Par contre, je me pose sérieusement des questions sur le mode de fonctionnement des entreprises et des exigences qu’elles ont vis-à-vis de leurs salariés pour que ceux-ci réagissent ainsi.

Du coup, je me pose des questions sur les raisons qui poussent ce entreprises à mettre en place des procédures aussi intrusives et intimidantes. A mon humble avis, un simple compteur intelligent ne justifie pas une telle violence.

Par acquit de conscience, j’ai voulu savoir si nous étions les seuls dans ce cas et je suis tombé sur cet article : http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/aubervilliers-rappelle-a-l-ordre-enedis-pour-les-compteurs-linky-06-08-2018-7845084.php Aubervilliers rappelle à l’ordre Enedis pour les compteurs Linky Tiens, tiens, l’entreprise dont les comportements sont ici dénoncé est la même qui est intervenue chez nous, SCOPELEC. Sur son site, on découvre qu’il s’agit d’une SCOP, donc d’une entreprise qui se revendique de l’économie sociale et solidaire et qui sur son site affiche :

« NOTRE IDENTITÉ
qui sommes-nous ?
Depuis sa création en 1973, sous la forme d’une SCOP, le groupe Scopelec est resté fidèle à son engagement d’origine : développer le territoire en créant des liens entre les personnes et en pérennisant l’emploi. Au quotidien, nous déployons et assurons la maintenance d’infrastructures de réseaux de télécommunications, de même que nous concevons et exploitons des solutions pour les services et les usages numériques.

nos valeurs
En plus de 45 années d’existence Scopelec est devenu un groupe de dimension nationale, qui continue d’honorer ses valeurs fondamentales. Humains, engagés, collectifs, nous sommes respectueux de notre héritage et attentifs à sa transmission vers les nouvelles générations. »

« NOTRE VISION

Acteur unique sur son secteur d’activité le groupe Scopelec est à ce jour la 1ère SCOP de France indépendante, fortement et durablement ancrée sur ses territoires et moteur d’innovation sociétale.
Tout en poursuivant l’accélération de notre croissance, grâce à la diversification de notre base de clientèle et au renforcement de notre offre de services, nous avons pour ambition de continuer à affirmer notre identité de groupe coopératif innovant.
*En contribuant à la sécurisation des moyens de communication entre les humains et les machines et au développement des usages numériques
*En portant une forte attention à l’amélioration de nos processus et de nos capacités opérationnelles
*En étendant notre modèle d’ancrage et de développement des territoires afin d’accompagner nos partenaires d’envergure internationale
*En engageant des initiatives d’innovation sociétale pour les hommes et les femmes, collaborateurs comme citoyens

Tout cela me laisse perplexe et j’hésite à qualifier de tels comportements tellement ils sont surprenants et contraires à ce qui me paraissent être les valeurs du service public pour l’un et de l’ESS pour l’autre.

Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.