Sortir du nucléaire : les solutions existent

Le PDG d’EDF s’est sûrement mal exprimé quand il a dit en octobre 2019 : ”il est clair que la France se prépare à construire de nouvelles centrales nucléaires”Par gentillesse, nous dirons qu’il a voulu dire : «  Il est clair que les ingénieurs d’EDF se prépare à construire de nouvelles centrales nucléaires. ». Quoiqu’il en soit, cela a permis à sa ministre de tutelle et principale actionnaire, en notre nom, de lancer une piste de diversion face à ceux que ces rumeurs de résurgence du nucléaire commençait à mettre en émoi. Du coup, rien de tel qu’un « Je ne m’interdis rien. J’attends les avis des experts. » qui n’engage à rien et montre une ouverture d’esprit qui peut n’être que de façade. Du coup, certains se posent cette bonne question https://lenergeek.com/une France “100% renouvelables” : ce scénario est-il possible ?Mais en bons apôtres hypocrites de la filière, ils en concluent que de toute façon, parce qu’EDF a été imprévoyant (?), il faudra de toute façon construire des centrales nucléaires puisque le parc actuel est à bout de souffle. Or si la construction de ces nouvelles centrales durent aussi longtemps que celle de l’EPR de Flamanville et qu’on les use jusqu’à la corde comme la génération précédente, cela veut dire qu’avec ce nouveau parc, la France en prendrait encore pour au moins 50 avec le nucléaire. Alors le « 100% renouvelable », il ne faut pas rêver, Madame la Ministre!

Or l’association Négawatt, https://negawatt.org/ depuis maintenant une décennie fournit régulièrement des scénarios de plus en plus élaborés pour démontrer qu’il est possible d’arriver à ce résultat de 100% d’énergie d’origine renouvelable mais à condition d’y croire et d’en faire l’axe structurant de la politique énergétique https://negawatt.org/Scenario-negaWatt-2017-2050 Tout n’est peut-être pas encore parfait dans ce scénario, mais voilà une base de départ qui peut servir au débat en testant la faisabilité des hypothèses qui le sous-tendent.

Si vous n’avez pas le courage de vous lancer dans la lecture de ce volumineux document, un peu technique quand même, vous pouvez toujours vous rabattre sur la lecture de cet article, facile d’accès https://lenergeek.com/Bernard Deboyser : “nous sommes à l’aube d’une véritable révolution photovoltaïque”mais dont le titre ne rend qu’imparfaitement compte de la richesse de son contenu. En effet, non seulement, on y découvre que le photovoltaïque n’a pas fini de nous surprendre mais aussi que les arguments contre l’intermittence des sources renouvelables ne tiennent pas longtemps la route à l’épreuve des faits et de l’expérience des pays qui sont allés très loin dans la décarbonation non-nucléaire de leur économie (je regrette juste que l’auteur n’ait pas rendu hommage à l’effort particulier fait par le Portugal en matière de renouvelable) .

Incidemment cela veut dire que même le scénario 2017-2050 de Négawatt peut devenir rapidement obsolète tellement les technologies évoluent rapidement. Tenez par exemple, je viens de trouver ceci dans la presse belge : https://www.levif.be/Des panneaux à énergie nocturneL’énergie du soleil, la nuit, ça ressemble à une mauvaise histoire belge mais cela paraît quand même quelque chose de sérieux, justifiant a posteriori ce merveilleux alexandrin cornélien tiré du Cid « Cette sombre clarté qui tombe des étoiles.. » Cela ouvre de sérieuses perspectives en matière de continuité de la fourniture. Et encore, personne n’évoque ici les pistes en matière de stockage de l’énergie.

Mais il existe une piste insuffisamment explorée, sauf justement par Négawatt, la seule énergie réellement non polluante, celle que nous ne consommons pas. Or en la matière, le constat est, en France, accablant : https://lenergeek.com/l’efficacité énergétique, maillon faible de la transition énergétique ?Et ici, il s’agit essentiellement de volonté politique d’aboutir ou non. Or, qu’il s’agisse de l’efficacité dans les transports ou dans le logement, il s’agit là de domaines où la ministre de l’écologie a pleine et entière compétence. En plus, cerise sur le gâteau, redoubler d’effort en la matière serait faire preuve de justice sociale, puisque les principales victimes de cette inefficacité énergétique sont les plus pauvres qui prennent de plein fouet le coût croissant de l’énergie.

Cet article, publié dans développement durable, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.