Mieux vaut en rire-rubrique décidément inépuisable- n°187 : histoire belge à méditer

«Dépêchons-nous d’en rire aujourd’hui, de peur d’avoir à en pleurer demain. »Beaumarchais
« L ‘humour est la politesse du désespoir. » Oscar Wilde
« On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde. »PierreDesproges
« parce que le rire est le propre de l’homme. » Rabelais

Le moins qu’on puisse dire est que ça tangue pas mal dans les démocraties de l’Europe occidentales, qu’elles soient très anciennes comme le Royaume-Uni, ou plus récentes comme l’Espagne. Même la stablissime Allemagne connaît des soubresauts inquiétants.

Mais une mention spéciale doit être faite à deux peuples connus pour leur esprit facétieux : les Irlandais et les Belges. Les premiers avaient établi, il n’y a guère, une espèce de record mondial en restant pendant environ 520 jours sans gouvernement. Les Belges qui avaient déjà fait auparavant l’expérience d’un long gouvernement fantôme avaient rapidement répliqué en inscrivant leur nom au Guinness Book dans la catégorie « a-gouvernés ».

Et ils sont sur le point de récidiver puisque cela fait pas loin de 350 jours que les libéraux flamands, les scociaux-démocrates wallons, les écolos belges, les autonomistes flamingands, les chrétiens démocrates bruxellois et une myriade d’autres particules n’arrivent pas à se mettre d’accord pour former une majorité de gouvernement suffisamment cohérente.

Les Flamands qui ont la réputation, paraît-il d’avoir moins d’humour que les Bruxellois s’en impatientent https://www.levif.be/Les éditorialistes flamands écoeurés par le blocage fédéral
Je vous conseille de lire cet article, si vous arrivez à l’ouvrir, car cela permet de comprendre à quel point la situation est compliquée là-bas.

Du coup, les citoyens commencent à se faire à l’idée qu’un pays peut fonctionner sans gouvernement, ou à tout le moins sans personnel politique aux manettes. D’ailleurs, certains ont tiré les conséquences logiques de cet état de chose qui dure https://www.levif.be/Au dialogue, citoyens ! Quand une première mondiale voit le jour à Eupen L’idée n’est évidemment pas nouvelle de tirer au sort les membres d’une assemblée pour délibérer des affaires publiques. Cela existait déjà dans certaines cités grecques de la grande époque démocratique. Et après tout nos jurys d’assises sont bien composés de citoyens tirés au sort sans qu’on s’en offusque.

Mais que cela se passe dans la plus petite communauté des 4 qui composent la Belgique, prend une saveur particulière. L’idée d’essaimer à Mollenbeek ou à Charleroi est encore plus drôle. Et pourquoi pas à Bruges ou à Knokke-le-Zoute !

Cet article, publié dans démocratie, je dis ton nom, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.