La procrastination est un art européen

Il est parfois difficile de trouver un consensus politique quand la question est, comme on dit maintenant, clivante. Alors dans ce cas, on botte en touche.

Tenez, prenez l’exemple du Brexit au Royaume-Uni ! Voilà bien sujet sur lequel il sera bien difficile d’aboutir à un débat apaisé.Cela faisait trois fois déjà que le Parlement britannique rejetait le projet d’accord avec l’Union quand finalement les parlementaires ont fini par accepter…d’en discuter, mais après le délai obtenu de la part de l’Union https://www.lemonde.frAprès le vote du Parlement, un Brexit avant Halloween paraît impossible se donnant ainsi une nième occasion de ne pas décider. Du coup, la réponse de l’Union a été dans un premier temps du même niveau puisque qu’ils se sont mis d’accord, à l’unanimité comme il convient de le souligner pour décider ceci https://www.lesechos.frBrexit : les 27 valident un report… mais laissent la date en suspens

Depuis, ils se sont quand même un peu repris puisque une date a été trouvée, le plus loin possible, c’est à dire en Janvier 2020 sauf si d’ici évidemment, le résultat des élections générales en Grande-Bretagne, prévues pour la mi-décembre [2019,NDLR} aboutissait à ce que ce scénario ne soit plus d’actualité. Et c’est ainsi que les décisions se prennent dans la plus grande puissance économique de la planète.

Et ceci est vrai pour beaucoup d’autres décisions, parfois moins importantes que celle-là. Les péripéties autour du changement d’horaire sont là pour en attester. Comme tous les six mois, tous les pays d’Europe ont changé d’horaire pour passer à ce qu’on appelle « l’heure d’hiver ». Comme à chaque fois depuis quelques années, s’est posée la question de la pertinence de cette pratique née dans la panique du premier choc pétrolier en 1974. Etre en décalage d’une heure avec l’heure solaire est déjà pour beaucoup d’Européens une difficulté en hiver mais imposer un décalage de deux heures, c’est carrément de la torture mentale pour celles et ceux qui vivent avec la lumière du jour. C’est pourquoi, en fin de compte,les Etats-Membres, unanimes, et cela commence à devenir une habitude, ont décidé….qu’il fallait arrêter de changer d’heure tous les semestres. Mais ce choix n’est fut pas un car : https://www.lepoint.frHeure d’hiver ou d’été ? Les pays de l’UE ont jusqu’à 2021 pour choisir

Le consensus est un art difficile. Le point de blocage est que de Riga à Saint-Jacques de Compostelle, il FAUT absolument que tous les Européens aient la même heure, sinon cela fausserait le bon fonctionnement ….du Marché Unique. Or il y a deux heures solaires de décalage entre les pays baltes et la Péninsule Ibérique. Après tout si on regarde de près, le Canada ou les Etats-Unis couvrent un spectre horaire beaucoup plus vaste et vivent très bien avec plusieurs fuseaux horaires sans que cela nuise au climat des affaires.

Et nous avons là une des causes de la procrastination européenne : le dogmatisme. Car c’est au nom d’un dogme qu’un accord ne peut pas être trouvé sur ce sujet.

Je gage qu’en cherchant bien, on trouverait d’autres sujets où c’est aussi le cas.

Cet article, publié dans pour l'Europe, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.