Comment osez vous ?

C’est par cette anaphore que Greta Thunberg a interpellé les dirigeants de ce monde dans les couloirs de l’Assemblée Générale des Nations-Unies à New-York. Cela lui a été beaucoup reproché (j’y reviendrai ces jours-ci) en insistant notamment sur l’exagération de l’invective et encore j’emploie ici des termes plus mesurés que certains commentateurs-comptempteurs).

Hélas, les faits n’ont pas tardé à lui donner raison.

Evidemment, je ne vous parlerai pas de ces caricatures de « dirigeants responsables » qui sévissent en Amérique du Nord et du Sud dont on ne peut rien attendre de bon compte tenu de l’étroitesse de leurs vues. Par contre, je m’arrêterai volontiers sur le cas des dirigeants européens, d’autant qu’objectivement, au regard des résultats obtenus en matière de transition énergétique, l’Europe apparaît plutôt comme un « bon » élève comme le montre cet article par ailleurs très pessimiste sur la capacité des différentes économies à assumer les conséquences de l’Accord de Paris. Le monde s’éloigne des accords de Paris par Philippe Charlez 29 AOUT 2019
Certes l’Europe part de très haut et avec les Etats-Unis, ce devrait être la zone où l’effort en matière de décarbonation de l’économie doit être le plus intense, ne serait-ce que par l’effet d’entrainement que cela aurait pour les autres zones du monde dont certaines sont encore en phase de rattrapage.

D’ailleurs, il y a encore quelques semaines, il y avait de quoi être plutôt optimiste compte tenu des engagements que prenaient certains Etats-Membres 6 JUIN 2019 :La Finlande veut éliminer ses émissions en 15 ans L’engagement était fort et préfigurait d’une présidence européenne plutôt exemplaire pour la fin de l’année 2019, ce qui aurait changé des deux précédentes présidences tournantes. Les espoirs étaient d’autant plus grands qu’à peu près à la même époque, le Conseil des Ministres de l’Environnement entérinait un engagement fort de 2/3 des autres Etats-Membres 18 JUIN 2019 : 18 pays européens soutiennent la neutralité carbone pour 2050

Hélas ! Il faut bien déchanter , car dès qu’il s’agit de préciser les ambitions à plus court terme, c’est à dire les décisions qu’il faut prendre MAINTENANT, la procrastination est de règle : 7 OCTOBRE 2019, L’UE peine à muscler ses objectifs climatiques avant la COP25 Certes, décider à 27 ou 28 reste un exercice diplomatique compliqué et il existe des EM dont la réalité économique complique le passage à une économie décarbonée, comme par exemple la Pologne. De leur part, on peut donc attendre des combats d’arrière-garde comme celui-ci : 4 OCTOBRE 2019 La Pologne attise la querelle sur le coût et la signification de la neutralité carbone

Mais on pouvait s’attendre à plus de dynamisme de la part du pays qui, le premier en Europe, a décidé de sortir du nucléaire, démontrant par cette décision, une sensibilité particulière aux enheux écologiques. Mais c’était faire fi de certaines considérations beaucoup plus politiciennes et à courte terme, concernant notamment la dépendance actuelle de l’Allemagne aux énergies fossiles comme la lignite, produite dans la partie Est du pays : 8 OCTOBRE 2019 : L’Allemagne refuse de signer une lettre réclamant des objectifs climatiques plus ambitieux
Ainsi donc, pour des raisons de pure tactique, certain-e-s se refusent à prendre maintenant les décisions qui permettraient que plus tard leurs grandes déclarations vertueuses ne soient pas que des mots en l’air.

Cela dit, il faut voir aussi que certain-e-s n’ont pas forcément une hauteur de vue suffisante pour transcender leurs petits intérêts personnels. A cet égard, une petite comparaison s’impose.

En 2019, Trump a 73 ans, Merkel et Juncker 65 ans, Bolsonaro 64 ans, Trudeau 48 ans , Macron 42 ans et Thunberg 16 ans.

En 2030, Trump aura 84 ans (retraité), Merkel et Juncker 76 ans (retraité-e-s), Bolsonaro 75 ans (c’està dire à peu près l’age actuel de Trump et retraité on espère), Trudeau 59 ans Macron 53 ans (en activité et en capacité de répondre de ses actes) et Thunberg 27 ans (entrant dans la vie active).

En 2050, Trump aurait 104 ans (ce qui ferait de lui l’ex-président ayant vécu le plus longtemps), Merkel et Juncker auraient 96 ans et Bolsonaro 95 ans (c’est à dire un âge où en général, on ne va plus embêter les gens avec leur passé), Trudeau aurait 79 ans Macron aurait 75 ans (c’est à dire à peine plus que l’âge actuel de Trump) et Thunberg aurait 47 ans, c’est à dire à peine plus que l’âge actuel du Président français ou du Premier ministre canadien, deux « progressistes » à qui ont reproche de beaucoup parler de l’avenir sans pour autant passer aux actes avec autant de détermination qu’il faudrait.

Quand vous avez cette chronologie en tête, on comprend mieux la colère de cette jeune adolescente et plutôt que de la dénigrer, il aurait été plus décent de rappeler qu’il y avait urgence à agir MAINTENANT !

Cet article, publié dans développement durable, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.